Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

PREVIEW – AIX FAIT DANS LE NEUF
19 septembre 2020
19 septembre 2020

Un nouvel entraîneur arrivé plus tôt que prévu, sept joueurs à intégrer, une préparation tronquée, le PAUC a vécu un été très agité. Mais reste ambitieux à l'heure d'entamer un nouveau cycle.

Rendez-vous sur Instagram (@madeinhand) pour tenter de gagner le nouveau maillot du club !

Hier : Dunkerque
Lundi :  Toulouse

Une page s'est tournée à Aix-en-Provence. Jérôme Fernandez, après cinq ans passés sur le banc, a laissé cet été sa place à Thierry Anti, de retour en France après une aventure écourtée du côté de Lisbonne. Censé prendre les rênes de l'équipe en 2021, l'ancien coach de Nantes est finalement arrivé avec douze mois d'avance à la demande des dirigeants provençaux, sans coach après la décision de Jérôme Fernandez de partir un an avant la fin de son contrat. Thierry Anti est donc désormais dans la place, pour quatre saisons normalement, avec pour mission de relancer l'ambitieux projet du PAUC. Sixième du dernier exercice de Lidl Starligue, comme la saison précédente, le club provençal, cinquième il y a deux ans, avait semble-t-il besoin d'un électrochoc pour tenter de reprendre sa marche en avant. Les circonstances ont simplement accéléré le processus. ''Il n'était pas prévu que j'arrive cette année'', pose d'emblée Thierry Anti, lequel a dû batailler pour se libérer de sa deuxième année de contrat avec le Sporting.

Débarqué à Aix sur le tard, l'ancien coach de Nantes n'a pas pu influer sur le recrutement. ''Je n'ai pas construit l'équipe'', confirme-t-il. ''Mais je découvre des joueurs et je les aime bien. Ils sont très investis. Il y a une très bonne ambiance à l'entraînement. Je crois qu'on peut réussir à faire quelque chose ensemble. En tout cas, pour l'instant, c'est un vrai plaisir d'entraîner cette équipe.'' Une équipe qui, elle aussi, se découvre au fil du temps. ''Il y a sept nouveaux joueurs dont six étrangers, insiste Thierry Anti. Plus moi qui arrive. Cela fait énormément de changements d'un coup.'' Et puis le PAUC n'a pas été épargné, avec plusieurs éléments infectés au Covid-19 à la fin du mois d'août. ''C'était très compliqué pour nous, admet-il. On a eu ces cas positifs suivis d'une période de douze jours sans pouvoir travailler. Puis ce premier tour de coupe d'Europe finalement disputé sur une seule rencontre et alors qu'on n'avait même pas encore pu disputer un match amical. Rien ne s'est passé comme je l'avais prévu. Il y a eu beaucoup d'obstacles. C'est une préparation très problématique. En plus de 30 ans de carrière je n'avais jamais connu ça.''

''On verra peut-être le nouveau Aix qu'en deuxième partie de saison'', Thierry Anti

Toutes ces péripéties, ce retard pris à l'allumage, vont-elles pénaliser le lancement du PAUC cette saison ? ''Ça va demander du temps, souffle le nouvel entraîneur. On verra peut-être le nouveau Aix qu'en deuxième partie de saison, enchaîne-t-il. Mais j'aimerais bien vers le début du mois de novembre. Il faut qu'on essaie de gagner du temps. J'ai une certaine philosophie du jeu. Il faut que je la fasse comprendre, que les joueurs l'acceptent, et ensuite il faut travailler pour la réaliser.'' Avec donc sept nouveaux venus dont un seul, l'international William Accambray lui aussi de retour en France, connaît le niveau d'exigance de la Lidl Starligue. Les Espagnols Javier Munoz, Imanol Garciandia et Ian Tarrafeta, les Croates Ivan Filipovic et Marko Racic, et enfin l'Islandais Örn Kristjansson vont devoir se fondre dans un collectif qui a en plus perdu son capitaine de route, Iosu Goni Leoz, parti à Chambéry.

Faut-il alors s'attendre à une saison de transition pour un club dont le budget annoncé à 5.7 millions d'euros, toujours le quatrième de l'élite, a été réduit de 23% ? ''Chaque année, certaines équipes ambitieuses vivent des saisons qui ne répondent pas à leurs attentes, prévient Thierry Anti. Mais l'ambition, il faut continuer d'en avoir. Aix a vocation à être européen. Cette année on a été un invité de dernière heure parce que certaines cartes ont été redistribuées eu égard au contexte. Mais en France, pour être européen, il faut être dans le Top 5. C'est ce que doit faire Aix. En espérant, peut-être, dans deux ou trois ans, viser le Top 3 ou mieux.'' Finalement, malgré ce nouveau cycle qui s'ouvre, Aix, attendu à Paris dans huit jours pour l'ouverture du championnat, a conservé l'objectif de s'installer à la table des grands. Cela prendra peut-être juste plus de temps que prévu.

Arrivées : William Accambray (arrière gauche, Meshkov Brest), Thierry Anti (entraineur, Sporting Portugal), Ivan Filipovic (demi-centre, Porec),  Imanol Garciandia (arrière droit, Logroño), Kristjan Örn Kristjansson (arrière droit, Vestmanneyjar), Javier Munoz (ailier gauche, Berlin), Marko Racic (pivot, Eisenach), Ian Tarrafeta (demi-centre, Granollers)  
Départs : Jordan Camarero (ailier droit, Cesson), Noah Gaudin (demi-centre, Sonderjyske), Iosu Goni Leoz (arrière gauche, Chambéry), Vid Kavticnik (ailier droit, Nîmes), Martin Larsen (arrière droit, Leipzig), Oriol Rey (pivot, Granollers)

EFFECTIF
Gardiens : Anders Lynge Hansen (DAN), Wesley Pardin
Arrières gauches : Baptiste Bonnefond, William Accambray, Karl Konan (CIV)
Demi-centres : Nicolas Claire, Ivan Filipovic (CRO), Ian Tarrafeta (ESP)
Arrières droits : Kristjan Örn Kristjansson (ISL)
Ailiers gauche: Samuel Honrubia, Javier Munoz (ESP), Matthieu Ong
Pivots : Ignacio Pecina (ESP), Marko Racic (CRO)
Ailiers droits : Imanol Garciandia (ESP), Gabriel Loesch,
Entraîneur : Thierry Anti

Par Régis Aumont