Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

COMPLÈTEMENT FOU !
16 octobre 2020
16 octobre 2020

Avec seulement huit professionnels, sans entraîneur, l'USAM est parvenu vendredi soir à accrocher Chambéry (29-29) à l'issue d'un match de Lidl Starligue reporté quelques heures avant son coup d'envoi avant d'être maintenu. Incroyable.

C'est l'histoire à peine croyable d'un match de handball reporté quelques heures avant son coup d'envoi, puis maintenu, avec une équipe visiteuse repartie en bus vers chez elle avant de faire demi-tour, et finalement disputé avec un effectif réduit comme peau de chagrin en raison des blessures mais aussi, et surtout, du Covid-19. A Nîmes, parce que c'est bien de cette équipe dont il s'agit, il y avait ce vendredi matin deux joueurs connus pour avoir contracté le coronavirus ainsi que l'entraîneur, Franck Maurice. Mais d'autres tests effectués ce jour ont révélé trois cas supplémentaires, portant à cinq le nombre de joueurs contraints de déclarer forfait pour ce match de la cinquième journée de Lidl Starligue à Chambéry. En ajoutant les blessés, c'est sans neuf éléments (Salou, Nyateu, Acquevillo, Dupuy, Tesio, Minel, Sanad, Gallego, Poyet) que les Nîmois se rendent en Savoie pour essayer de rebondir après deux défaites concédées à domicile face à Montpellier et Créteil la semaine dernière.

Après avoir pris connaissance des événements de la journée, la commission médicale de la Ligue nationale de handball se prononce pour le report de la rencontre quelques heures avant son coup d'envoi. Les Gardois remontent alors dans leur car pour rentrer à la maison. Mais une demi-heure après avoir quitté Chambéry, ils apprennent que la commission d'organisation des compétitions, la COC, souveraine pour décider de la tenue ou non des rencontres, a décidé du maintien du match. Le bus fait alors demi-tour et repart vers Chambéry pour la deuxième fois de la journée. La COC n'a fait qu'appliquer le règlement adopté avant le début de la saison avec l'aval des clubs, lequel stipule qu'une équipe doit être en mesure de présenter 12 joueurs professionnels (dont un gardien) qui n'ont pas le Covid-19. L'USAM n'avait pas ces 12 joueurs professionnels ce soir, seulement huit, mais   le protocole sanitaire indique que les joueurs blessés doivent être comptabilisés même s'ils ne sont pas présents physiquement. Nîmes, avec huit joueurs professionnels sur le terrain ce soir, dont deux gardiens, plus quatre blessés actuellement, remplissait donc bien les conditions pour que le match se déroule.

En plus Tobie se fait expulser...

Il a donc eu lieu, dans une atmosphère assez étrange, entre deux équipes dans l'obligation de faire un résultat mais qui, clairement, ne jouaient pas à armes égales. Mais malgré les défections, malgré l'absence de leur entraîneur et même de son adjoint, malgré tout ce qui pouvait se passer dans la tête des partenaires de Julien Rebichon, les Nîmois ont livré un combat de tous les instants, finalement récompensé d'un match nul (29-29). Ils ont même compté jusqu'à quatre buts d'avance (9-13, 22ème) avant de logiquement baisser de pied en fin de seconde période, la faute à des rotations quasi inexistantes. Après la pause, atteinte sur un score de parité (14-14, MT), les Chambériens, en mal de confiance, ont sans doute cru pouvoir prendre le contrôle de la partie lorsqu'ils ont pris, à trois reprises, deux longueurs d'avance en début de seconde période (17-15 ; 18-16 ; 19-17). Mais les visiteurs, à l'image des vieux grognards Michaël Guigou et Vid Kavticnik, respectivement crédités de 4 et 7 buts, n'ont jamais rien lâché.

Ils ont pourtant perdu un guerrier, Luc Tobie, expulsé à la 48ème minute pour une sortie trop virile, le bras en avant, sur Alexandre Tritta. Ils n'avaient pas besoin de cela, mais ce sont tout de même eux qui, après la sixième réalisation de la soirée de Nicolas Nieto, possédaient un petit but d'avance au moment d'entrer dans l'ultime minute. Mais Benjamin Richert, de loin le meilleur élément chambérien (8/9), est parvenu à tromper une dernière fois la vigilance de Rémi Desbonnet. Et cette journée complètement folle s'est donc achevée sans vainqueurs. Mais assurément, ce point du match nul n'aura pas la même saveur dans les deux camps. 

JOURNÉE 5
Cesson-Rennes - Limoges 26-30
Chambéry - Nîmes 29-29
Saint-Raphaël - Chartres 33-34
Créteil - Aix 27-31
Ivry - Paris sam 17h
Nantes  - Tremblay dim 17h 
Toulouse - Dunkerque dim 17h
Istres - Montpellier reporté

Par Régis Aumont