Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

PARIS CHERCHE MENEUR DE JEU
20 octobre 2020
20 octobre 2020

Privé de Nikola Karabatic pendant six mois, le PSG va devoir se réinventer sur une base arrière riche en qualité mais moins en quantité.

Cet été, le départ de Sander Sagosen vers Kiel, et surtout son non remplacement poste pour poste, avait beaucoup fait parler. En trois ans, le Norvégien s'était imposé comme le maître à jouer de l'équipe parisienne, sa plaque tournante dans le jeu d'attaque. Alors qu'il fut un temps question de faire signer le talentueux Slovène Stas Skube, finalement parti gonfler les rangs de Meshkov en Biélorussie, le PSG s'est résolu à ne pas recruter un demi-centre de métier. Comptant sur la polyvalence de Nikola Karabatic, les dirigeants parisiens lui avaient confié les clés du jeu, une mission dont il s'était acquittée avec brio depuis le début de saison jusqu'à sa blessure à un genou samedi à Ivry. Sa perte, pour les six prochains mois, se révèle donc encore plus problématique pour les champions de France à qui il ne reste que le seul Sadou Ntanzi comme demi-centre de formation. S'il n'y a pas de raison de remettre en question le potentiel du jeune joueur (20 ans), ses seize apparitions en Lidl Starligue ne pèsent pas bien lourd quand il s'agit de devenir le meneur titulaire de l'un des prétendants au titre de champion d'Europe.

En interne, les dirigeants s'affairent depuis que la mauvaise nouvelle est tombée pour trouver un joker médical. Ils souhaiteraient apporter une véritable valeur ajoutée au collectif avec un joueur qu'ils pourraient encore inscrire en Ligue des champions et que son employeur accepterait de libérer. A ce moment de l'année, cela relève presque de l'utopie. Raul Gonzalez et son staff vont plus certainement devoir s'adapter. Sur une base arrière dépeuplée, avec Ntanzi et les arrières Mikkel Hansen, Elohim Prandi, Dainis Kristopans et Nedim Remili, la moindre blessure ou maladie pourrait vite se transformer en casse-tête. En attendant, le technicien espagnol réfléchit à la possibilité de déplacer Remili au centre de l'attaque. Prandi, aussi, pourrait endosser le rôle sur certaines séquences. Les deux jeunes joueurs, au profil assez similaire, sont naturellement plutôt attirés par le but, grâce à leur qualité de shoot.

Poussifs en Ligue des champions, avec deux défaites concédées en trois matchs, dont une à la maison devant Flensburg, mais plutôt tranquilles en Lidl Starligue jusque-là, Paris était encore en période de rodage avant la blessure de Nikola Karabatic, avec cinq nouveaux joueurs à intégrer au plan de jeu de Raul Gonzalez. Il va se retrouver cette fois orphelin, sans doute pour les six prochains mois, de son leader de jeu et de son créateur attitré depuis le départ de Sagosen. Son premier test, le club de la capitale le passera ce jeudi, sur le terrain de Kielce où il n'a pas gardé que de bons souvenirs après son élimination en quarts de finale de la Ligue des champions l'année dernière. Ce sera l'occasion de voir quel joueur prendra la place de Nikola Karabatic dans le sept de départ. Avec la lourde tâche de tenter de faire oublier le meilleur Parisien depuis la reprise.

Par Régis Aumont