Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

Stories

SUR LA ROUTE DE GRÂCE ZAADI
28 juillet 2020
28 juillet 2020

Après dix années passées à Metz, Grâce Zaadi va tenter l’aventure à l’étranger, du côté de Rostov, en Russie. A 27 ans, l’internationale tricolore a su peaufiner son jeu et son caractère au fil de ses années en Moselle.

A l’heure de boucler ses valises, Grâce Zaadi prendra sûrement le temps de jeter un oeil dans le rétroviseur. En partance pour Rostov, en Russie, la demi-centre de l’équipe de France met en effet un terme à une aventure de 10 ans passés à Metz, club au sein duquel elle est arrivée, à l’été 2010. La native de Courcouronnes a alors 17 ans, et vient de boucler son cursus au Pôle Espoirs de Chartres. "Elle a rejoint le Pôle à l’âge de 14 ans. A l’époque, celui de Châtenay-Malabry, en Ile-de-France, était encore en phase de lancement, et celui de Chartres était plus établi, se souvient Sébastien Gardillou, qui dirige alors la structure. Son coach, à Villepinte, m’a contacté, et on s’est rencontrés avec Grâce, qui a émis le souhait de venir." Les qualités de la jeune fille sont alors encore à l’état brut. "Elle avait de grosses qualités intrasèques et de détermination. Elle avait une bonne qualité de duel et de relationnel, était capable de jouer des deux côté du terrain", décrypte Gardillou, alors que sa joueuse migre dans le même temps du côté d’Issy-les-Moulineaux, pour les matches du week-end.

Trois ans plus tard, à l’heure de choisir son centre de formation, la Francilienne choisit d’opérer le premier grand déménagement de sa jeune carrière. Ce sera cap à l’Est, pour Metz. "A l’époque, le centre de formation était en restructuration et plusieurs jeunes filles sont arrivées en prévision d’un turnover générationnel", explique Gardillou, qui prend lui la tête de l’équipe première. De son côté, la jeune Grâce fait vite l’unanimité par son caractère. "C’est quelqu’un qui est très ouvert, toujours là pour mettre l’ambiance. Elle a vite trouvé ses marques", estime Laura Glauser, issue de la même génération du centre de formation. Sur le plan du jeu, la demi-centre devra patienter jusqu’à l’arrivée de Sandor Rac, en 2012, pour grappiller des minutes avec l’équipe fanion. Vite installée et investie dans le moule messin, elle peut alors exprimer toutes ses qualités. "Grâce a toujours su faire jouer les filles autour d’elle, analyse Glauser. C’est quelqu’un de très stable, qui a un gros charisme et peut porter une équipe sur ses épaules. Elle apporte beaucoup de confiance aux filles."

"L’une des meilleures passeuses mondiales"

De quoi rapidement intégrer le collectif France, en 2013, à l’âge de 20 ans, pour peu à peu s’installer, jusqu’à monter sur les plus hautes marches des podiums. Désormais championne du monde et d’Europe, la Messine est une figure incontournable du groupe dirigé par Olivier Krumbholz. "Elle a été une actrice majeure des titres que l’on a glanés ces dernières années, confirme Sébastien Gardillou, désormais adjoint du sélectionneur. Elle a énormément progressé dans son aptitude à jouer avec les autres. C’est désormais l’une des meilleurs passeuses mondiales et a beaucoup avancé dans sa capacité à diriger la stratégie offensive. Défensivement, elle a passé un gros pallier il y a trois ans, dans un secteur où elle n’était pas encore la meilleure. C’est quelqu’un qui tient aisément sa place en Ligue des champions."

Une compétition au sein laquelle Grâce Zaadi a brillé la saison passée, en terminant dans le Top 10 des buteuses, avant de chuter avec ses coéquipières en demi-finales, face à Rostov (25-27), et ce malgré les 9 buts de l’intéressée. Désireuse de prendre sa revanche cette saison, l’épidémie de Covid-19 a coupé net l’élan de la jeune femme. "Elle s’était investie à 1000% pour cet objectif, avait vraiment travaillé dur à l’entraînement pour ça, observe Laura Glauser. Ne pas avoir la possibilité d’aller chercher cette récompense a été difficile à digérer pour elle." Une douleur qui s’ajoute à celle de ne pas pouvoir dire au-revoir au public messin. "Pour nous, c’est très dur, confirme sa coéquipière, qui s’en ira elle du côté de Györ, en Hongrie. Le public faisait partie de nous. On a passé dix ans de notre vie ici, c’est énorme. On est arrivés en jeunes filles, on repart en jeunes femmes. C’est une aventure qui restera forcément dans nos coeurs."

"Elle incarnait parfaitement les valeurs du club de Metz"

Du côté du club, le son de cloche est d’ailleurs similaire. "Grâce est une joueuse qui compte et qui comptera toujours dans la vie du club. Elle fait partie des gens, comme Isabelle Wendling, Nina Kanto ou encore Zita Galic qui ont marqué l’histoire de Metz et cela méritait que l’on en fasse un événement. D’habitude ces annonces se font avec difficulté et tristesse mais pas cette fois. C’est comme un enfant que nous avons eu le plaisir d’élever et qui s’envole vers une nouvelle étape, saluait le président, Thierry Weizmann, lors de l’annonce du départ de sa pépite. Nous ne retrouverons pas tout de suite une capitaine de ce niveau car elle incarnait parfaitement les valeurs du club. Elle montrait l’exemple et nous a aidé à élever la nouvelle génération. C’est pour nous presque la satisfaction du devoir accompli d’avoir emmené une joueuse du centre de formation jusqu’à l’un des deux plus grands clubs européen."

Charge désormais à l’internationale de s’acclimater au sein de son nouveau club, en Russie. "Elle est en pleine possession de ses moyens et assez mature pour faire face à un tel changement, estime Sébastien Gardillou. Elle va pouvoir continuer à enrichir son bagage et sa connaissance du niveau international. Ce ne pourra être que bénéfique pour l’équipe de France, où elle peut encore passer un petit pallier dans son leadership." De son côté, Laure Glauser ne se fait pas de soucis pour son amie. "On est des compétitrices, et on était arrivées à un moment où on était dans un certain confort. Il fallait bousculer un peu tout ça pour continuer à progresser, conclut la gardienne de but. Chacune aura ses difficultés. Mais Grâce a une grosse capacité à s’adapter rapidement, je ne me fais pas de soucis pour elle." Nous non plus…

Benoît Conta