Aller au contenu principal

LES BLEUS RAVIVENT LA FLAMME

MADE IN HAND TV

NEWS

LES BLEUS RAVIVENT LA FLAMME
14 janvier 2021
14 janvier 2021

A l'image de Wesley Pardin (18 arrêts), l'équipe de France a fait une entrée magistrale dans le championnat du monde en asphyxiant la Norvège (28-24) jeudi soir en Egypte.

On a retrouvé les Bleus au meilleur des moments. Médiocres à deux reprises la semaine dernière face aux Serbes lors de leurs deux premiers matchs depuis près d'un an, les Français se sont métamorphosés à l'heure d'affronter la Norvège, vice-championne du monde en titre, pour leur entrée en matière dans le Mondial égyptien jeudi soir. Dans la ville du 6-octobre, à quelques kilomètres des Pyramides de Gizeh, les doutes se sont envolés et les joueurs de Guillaume Gille se sont libérés, à l'image de ce kung-fu inaugural entre Michaël Guigou et Kentin Mahé qui a planté le décor. Le joueur de Veszprem, auteur des quatre premiers buts des Bleus (1-4, 3ème), a montré la voie à suivre avec une envie contagieuse de tout renverser. Assez vite les Norvégiens ont perdu leur sourire affiché pendant les hymnes. Même si Sander Sagosen, leur joyau, allait leur permettre de rester au contact en première période. Car s'ils faisaient plaisir à voir jouer avec une belle solidarité, les Tricolores connaissaient quelques ratés en attaque, avec une base arrière un peu timorée, à l'image des Barcelonais Dika Mem et Timothey N'Guessan (9-8, 15ème).

La défense, en revanche, était parfaitement en place devant Wesley Pardin, titularisé pour sa première dans un Mondial. "C'était une surprise de débuter, dira plus tard sur beIN Sports le gardien d'Aix qui a appris la nouvelle juste avant l'échauffement. Je ne me suis pas pris la tête, j'ai pris du plaisir, j'ai gardé le même état d'esprit qu'en club et ça a fonctionné." Et pas qu'un peu. Le Martiniquais est entré au fil des minutes dans la tête des tireurs norvégiens, jusqu'à finir MVP de la partie avec 18 arrêts au compteur. Et si ce diable de Sagosen avait permis aux Scandinaves, les mêmes qui avaient mis fin prématurément à l'Euro des Bleus l'année dernière, de revenir à hauteur juste avant la mi-temps (13-13, MT), la France n'allait pas s'arrêter en si bon chemin.

"On est passés en mode compétition" (Guillaume Gille)

Au retour des vestiaires, les Bleus redoublaient d'efforts pour empêcher la Norvège de développer son jeu d'attaque. Et leur dépense d'énergie était récompensée, ils gardaient leur cage inviolée pendant sept minutes et Hugo Descat, entré à la pause au relais du capitaine Guigou, montrait qu'il avait les nerfs solides pour marquer un penalty synonyme de break (16-13, 37ème). Mais les Norvégiens ne squattent pas les podiums des grandes compétitions internationales depuis plusieurs années pour rien. Sans s'affoler, ils parvenaient une nouvelle fois à refaire leur retard (18-18, 44ème). Mais il était écrit que ce choc du tour préliminaire sourirait aux Français, plus en jambes, à l'image d'un Nedim Remili au four et au moulin sur le terrain. Après un petit coup de mou physique, Kentin Mahé retrouvait de sa superbe en fin de match et assurait la victoire à l'équipe de France en marquant son neuvième but de la soirée (26-20, 54ème). "Gagner avec la manière contre une équipe favorite, ça nous redonne la banane et ça nous lance très bien dans ce championnat du monde, savourait l'un des grands bâtisseurs de la victoire tricolore (28-24). On a eu le temps de se remettre en question après une préparation pas terrible. On a su aborder ce match avec de l'envie et on a bien joué tactiquement."

Guillaume Gille, pour qui il s'agit de son premier succès à la tête de l'équipe de France, et quel succès, appréciait aussi l'état d'esprit de sa troupe. "On est passés en mode compétition, analysait-il sans aucun triomphalisme. C'était nécessaire. Ce soir on avait la chance d'affronter la grande Norvège dans une situation un peu délicate pour nous et on est entrés dans ce Mondial sans calculer, en se livrant totalement. On a montré un visage totalement différent. C'est peut-être la peur qui nous a poussé à nous lancer, à ne plus se poser de questions. On a tout lâché." Et les Français ont réussi une très belle opération comptable, sachant que les points acquis lors du tour préliminaire seront conservés au tour principal. Mais inutile de se projeter trop loin, tant cette victoire face à un prétendant au titre demande confirmation. "Tout n'est pas réglé, comme tout n'était pas catastrophique la semaine dernière, prévient sagement Luka Karabatic, encore une fois exemplaire dans le combat. Il faut continuer à travailler." Et ne surtout pas s'arrêter en si bon chemin, alors que l'Autriche, battue en début de soirée par la Suisse (25-28), aura envie et besoin de se relancer samedi (18h) face aux Français.

J1 : Autriche - Suisse 25-28, Norvège - France 24-28
J2 : Autriche - France sam 18h, Suisse - Norvège sam 20h30
J3 : France - Suisse lun 18h, Norvège - Autriche lun 20h30
Classement : 1. France 2 pts (+4) 2. Suisse 2 pts (+3), 3. Autriche 0 pt (-3), 4. Norvège 0 pt (-4),

Par Régis Aumont