Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

PREVIEW - NÎMES DANS LE MONDE D'APRÈS
23 septembre 2020
23 septembre 2020

Brillants troisièmes la saison dernière, les Nîmois vont devoir confirmer leur nouveau statut sans Elohim Prandi, parti à Paris.

Rendez-vous sur Instagram (@madeinhand) pour tenter de gagner le nouveau maillot du club !

Hier : Montpellier 
Demain :  Nantes

La saison passée n'a pas été comme les autres à Nîmes. Pour la première fois depuis 1994, le club a terminé sur le podium du championnat de France. Devant Montpellier, le grand rival régional, ce qui n'était également plus arrivé depuis la même année, il y a donc vingt-six ans. A l'époque, l'USAM, en proie à des difficultés financières, avait été rétrogradée dans la foulée. Cette fois les comptes sont sains, Nîmes s'élancera en Lidl Starligue avec un budget de 5 millions d'euros, le cinquième plus important de l'élite, avec un nouveau statut à défendre. ''On a vraiment fait une belle saison'', analyse Julien Rebichon, au moment de regarder un peu en arrière. C'est une fierté d'avoir terminé sur le podium. Devant Montpellier en plus. Ce n'était pas arrivé depuis longtemps.'' Le capitaine ressent toutefois encore une pointe de frustration. ''On aurait bien aimé jouer jusqu'à la fin, confie-t-il. On aurait pu perdre cette troisième place, mais on aurait pu finir deuxième aussi, d'autant plus qu'il nous restait un match à jouer face à Nantes. On garde néanmoins le positif et maintenant place à la suite.''

La suite, c'est un championnat passé de 14 à 16 clubs et une admission directe dans les poules de la toute nouvelle Ligue européenne (ex-coupe EHF). ''On va plus jouer c'est sûr. Si tout va bien, on aura au minimum 40 matchs dans la saison. Nous les joueurs on préfère les matchs aux entraînements alors on ne va pas se plaindre. D'autant qu'il y a assez peu d'internationaux dans l'équipe et qu'on a un groupe plutôt étoffé.'' Pas habitués à jouer deux matchs par semaine, même s'ils avaient commencé à le faire en début d'année avec le tour principal de la coupe EHF, les Nîmois seront-ils capables de mener les deux compétitions de front ? ''L'objectif, c'est de finir dans les cinq premiers en championnat et de sortir de notre groupe de coupe d'Europe pour se qualifier en huitièmes de finale, répond l'ailier gauche. Mais on ne va pas s'interdire de finir encore troisième si on le peut, ajoute-t-il. Ce sera difficile, on le sait, surtout que beaucoup d'équipes se sont renforcées. Je pense à Saint-Raphaël qui aura envie de se relancer après une saison compliquée. A Aix-en-Provence aussi. Il faudra cravacher dès le début.''

''Le jeu sera un peu plus collectif, ça marquera un peu plus de partout'', Julien Rebichon

Et puis, si l'effectif est resté relativement stable, avec quatre départs et deux arrivées, le club du président Tebib, coiffé d'une double casquette jusqu'en février avec ses nouvelles fonctions à la tête de la Ligue Nationale de Handball, va devoir apprendre à vivre sans Elohim Prandi. ''On a perdu un joueur important, concède Julien Rebichon. Elohim, il nous débloquait des situations à lui tout seul. C'est évidemment une grosse perte. C'est une force individuelle incroyable, et c'est normal qu'il soit parti dans un plus grand club.'' Pas d'alarmisme néanmoins chez les Gardois dont la base arrière a été recomposée avec les signatures de Vid Kavticnik et Quentin Minel. ''C'est un recrutement qualitatif et intelligent, juge Julien Rebichon. Ils vont nous apporter un vrai plus. Vidko il va nous amener son expérience, mais aussi ses qualités humaines, ses qualités handballistiques. Quentin il est un peu revanchard après sa saison en Allemagne. Il est arrivé avec beaucoup de motivation. On aura peut-être une attaque plus complète que les années précédentes, avance le Montpelliérain, à Nîmes depuis maintenant 15 ans. Le jeu sera un peu plus collectif, ça marquera un peu plus de partout. Ça va aérer notre jeu.''

Sur le papier, l'ensemble dirigé par Franck Maurice, prolongé jusqu'en 2023, est équilibré. Sans joueur dominant, mais avec de très bonnes individualités, l'Egyptien Mohammad Sanad en tête, toutes prêtes à se mettre au service du collectif. De l'expérience aussi, avec la recrue slovène évidemment mais bien sûr Michaël Guigou, pour lequel il s'agira sans doute de la dernière saison. Et si O'Brian Nyateu, désormais aux portes de l'équipe de France, confirme qu'il a franchi un palier alors l'USAM peut aspirer à une nouvelle belle saison. Même sans Elohim Prandi.

Arrivées : Vid Kavticnik (ailier droit, Aix), Quentin Minel (arrière gauche, Erlangen)
Départs : Joze Baznik (gardien, Cesson-Rennes), Steven George (ailier droit, Sélestat), Hichem Kaabeche (pivot, sans club), Elohim Prandi (arrière gauche, Paris)

EFFECTIF
Gardiens : Rémi Desbonnet, Téodor Paul (SVQ)
Arrières gauches : Jean-Jacques Acquevillo, Quentin Dupuy, Quentin Minel
Demi-centres : Ahmed Hesham (EGY), O'Brian Nyateu
Arrières droits : Vid Kavticnik (SLO), Luc Tobie
Ailiers gauche: Michaël Guigou, Julien Rebichon
Pivots : Benjamin Gallego, Nicolas Nieto, Tom Poyet, Rémi Salou
Ailiers droits : Mohammad Sanad (EGY), Romain Tesio
Entraîneur : Franck Maurice

Par Régis Aumont