Aller au contenu principal

UN CROCHET PAR LA GRÈCE

MADE IN HAND TV

NEWS

UN CROCHET PAR LA GRÈCE
27 avril 2021
27 avril 2021

Les Bleus auront un double objectif lors des deux matchs face à la Grèce cette semaine : se qualifier pour l'Euro 2022 et préparer les JO prévus dans trois mois. (FFHandball/Iconsport)

C'est cette semaine que se terminent les qualifications pour le moins chaotiques de l'Euro 2022 programmé début d'année prochaine (13-30 janvier). Après le forfait de la Belgique, l'équipe de France, qui n'a jusque-là disputé que deux matchs pour un seul point pris lors de la double confrontation avec la Serbie début janvier, doit valider son billet pour la Hongrie et la Slovaquie cette semaine lors de son double rendez-vous avec la Grèce. Une mission largement à la portée des hommes de Guillaume Gille face à un adversaire qui n'a plus pris part à une grande compétition internationale depuis le championnat du monde de 2005, terminé à la sixième place. ''Cela fait longtemps que la Grèce ne figure plus sur la scène internationale'', concède Erick Mathé, l'entraîneur-adjoint des Bleus.

C'est d'ailleurs lors de cette compétition, organisée par la Tunisie, que les Grecs ont battu les Français pour la seule fois en dix confrontations (19-20). ''C’était le match inaugural du Mondial, se souvient Guillaume Gille, alors sur le terrain. Nous avions pris le bouillon face à une équipe grecque pleine de culot, d’allant et d’agressivité. Elle nous avait surpris toute la partie et nous n’avions jamais trouvé la bonne carburation. Cela nous avait coûté très cher et beaucoup entamé notre confiance.'' Les choses ont bien changé depuis. L'équipe de France est restée au sommet du handball pendant une grosse dizaine d'années pendant que les Grecs sont retombés dans l'anonymat.

''La Grèce est très cohérente dans ce qu'elle produit'' (Erick Mathé)

Ils ne s'étaient toutefois pas montrés ridicules en Serbie, tombeuse des Bleus une semaine plus tôt, le 13 janvier (31-21). ''La base arrière est très correcte avec notamment trois joueurs (Mylonas, Passias, Iliopoulos) qui ont une expérience à l’étranger en particulier en Allemagne, confie Erick Mathé. Les autres joueurs ont moins de notoriété, poursuit-il avant de prévenir que ''si la Grèce ne figure pas dans le top européen, elle est très cohérente dans ce qu’elle produit. À nous de tirer les leçons de ce que nous avons mal fait face à la Serbie et de nous appuyer sur ce que nous avons bien fait au Mondial et au TQO afin d’asseoir notre domination sur ce genre d’équipe.'' Revigorés par leur quatrième en Egypte et leur qualification pour Tokyo, les Français ne devraient normalement pas connaître trop de difficultés face à ce type d'adversaire.

Leur préparation aura néanmoins été minimaliste avant ce premier acte mardi soir à Korydallos, dans la périphérie d'Athènes. Réunis dimanche à la Maison du Handball, avec au menu des tests PCR, les Tricolores se sont envolés lundi en fin de matinée et ont effectué un décrassage dans la soirée, vingt-quatre heures avant le match. En plus d'une préparation a minima, Guillaume Gille a dû déplorer à la fin du week-end les forfaits du Parisien Luka Karabatic, touché à une cuisse, et des Montpelliérains Melvyn Richardson et Yanis Lenne. Censés rejoindre Créteil seulement mardi avec les autres réservistes, Romain Lagarde et Benoît Kounkoud ont donc été appelés au dernier moment.

Cela ne devrait normalement pas trop perturber les Bleus, dont l'objectif, outre la victoire, sera de reprendre leurs marques à moins de trois mois du début des Jeux olympiques (23 juillet-8 août). Et si victoire il y a mardi soir, alors il sera ensuite temps pour le staff de préserver certains cadres très sollicités ces dernières semaines pour la seconde rencontre prévue dimanche. Et de tester certains jeunes qui rêvent de bousculer la hiérarchie

Déjà joués : Serbie - Grèce 31-21, Serbie - France 27-24, France - Serbie 26-26
A jouer : Grèce - France 27/04 (19h), Grèce - Serbie 29/04 (13h), France - Grèce 02/05 (18h)
Classement : 1. Serbie 5 pts (+13, 3m), 2. France 1 pt (-3, 2m), 3. Grèce 0 pt (-10, 1m), 4. Belgique (forfait)

Régis Aumont