Aller au contenu principal

UN SOUFFLE D'AIR FRAIS

MADE IN HAND TV

NEWS

UN SOUFFLE D'AIR FRAIS
2 mai 2021
2 mai 2021

Renouvelée et rajeunie, l'équipe de France a largement battu la Grèce (46-30) dimanche à Créteil lors d'une rencontre sans véritables enjeux pour conclure sa campagne de qualifications pour l'Euro 2022. (FFHandball/Iconsport)  

On le savait, mais l'équipe de France a un sacré réservoir de talents. Le match contre la Grèce, le dernier des éliminatoires de l'Euro 2022 disputé dimanche à Créteil, a permis de le confirmer. Sans huit joueurs, dont de nombreux cadres, mis au repos (Guigou, Remili, Mahé, Fabregas, Mem, N'Guessan, Gérard, Genty) mais aussi quelques blessés (les frères Karabatic, Richardson, Pardin, Lenne), les Bleus, largement renouvelés pour ce match sans enjeu puisque la qualification était déjà en poche, ont régalé face à la Grèce (46-30). Cinq jours après le succès sans histoire à Korydallos (31-40), les Français ont mené la vie plus dure au même adversaire, il est vrai sans doute fatigué au moment de jouer sa troisième rencontre en cinq jours. Guillaume Gille souhaitait profiter de ce dernier match officiel avant les Jeux olympiques (23 juillet-8 août) pour voir évoluer certains éléments sans doute amenés à jouer un vrai rôle dans ce collectif dans un futur proche. 

Le sélectionneur ne peut être que satisfait de ce qu'il a vu dans l'antre habituelle de l'US Créteil. A l'image de Dylan Nahi (7 buts à 87%), de retour en sélection quatre ans après être devenu le plus jeune joueur de l'histoire à porter le maillot bleu, les réservistes n'ont pas laissé passer l'occasion de montrer ce dont ils étaient capables. Si Rémi Desbonnet était le seul petit nouveau à débuter la partie, en compagnie de Valentin Porte, Romain Lagarde, Nicolas Claire, Nicolas Tournat, Hugo Descat et Luc Abalo, les jeunes Dylan Nahi, Benoît Kounkoud, O'Brian Nyateu, Karl Konan, Aymeric Minne et Théo Monar n'ont pas attendu plus d'un quart d'heure avant de poser le pied sur le terrain. C'est d'ailleurs avec eux que l'écart allait se faire. De +2 (10-8, 17ème) à +10 (23-13, 30ème) au moment de rejoindre les vestiaires.

Et ils ont encore pu profiter d'un gros temps de jeu en seconde période - tous les nouveaux ont d'ailleurs pu inscrire au moins un but - même si d'autres plus anciens, à l'image de Hugo Descat (8 buts) et Nicolas Tournat (7 buts), ont également grandement apporté leur contribution. "On a fait un bon boulot, disait tout sourire Valentin Porte, le capitaine d'un soir, devant les caméras de beIN Sports. Tout le monde a pris la mesure de ce match et a mis beaucoup d'intensité. Je suis très content pour ceux dont c'était la première ce soir. C'était un vrai beau match collectif." Hormis la sortie prématurée de Romain Lagarde, une poche de glace posée sur les ischio-jambiers, la soirée fut parfaite pour l'équipe de France. Et s'il y a peu de chances qu'un jeune joueur vienne bousculer la hiérarchie établie par le staff d'ici aux JO de Tokyo dans trois mois, nul doute que cette jeunesse talentueuse fera bientpot les beaux jours de l'équipe de France.

Résultats : Serbie - Grèce 31-21, Serbie - France 27-24, France - Serbie 26-26, Grèce - France 31-40, Grèce - Serbie 25-27, France - Grèce 46-30
Classement : 1. Serbie 7 pts (+15), 2. France 5 pts (+22), 3. Grèce 0 pt (-37), 4. Belgique (forfait)

Régis Aumont