Aller au contenu principal

DEUX MOIS POUR FAIRE DES CHOIX

MADE IN HAND TV

NEWS

DEUX MOIS POUR FAIRE DES CHOIX
3 mai 2021
3 mai 2021

Qualifiés pour l'Euro 2022 après leur deux succès contre la Grèce, les Bleus se retrouveront mi-juin pour préparer les JO (23 juillet-8 août). Avec quelles têtes ? (Crédit photo : FFHandball/Iconsport) 

Les Français ont quitté Créteil avec le sentiment du devoir accompli à l'issue d'une semaine qui les aura vu dominer par deux fois la Grèce (31-40 et 46-30) et valider leur billet pour le prochain championnat d'Europe (13-30 janvier 2022). ''Je suis satisfait, content de cette prestation aboutie, disait le sélectionneur Guillaume Gille après la large victoire dans l'acte 2 dimanche en fin d'après-midi. C’était un match qui, dans la tête des joueurs, ne comptait pas pour la qualif’, mais ils avaient tous très envie de montrer de quoi ils étaient capables. On fait une très belle première période, un début de deuxième solide avant d’être plus compliqué avec beaucoup d’exclusions. De manière générale, on ne peut qu’être ravis du comportement montré par l’ensemble du groupe.''

Un groupe qu'il retrouvera à partir du 23 juin à la Maison du Handball pour le début de la préparation olympique. Mais parmi les 24 joueurs utilisés face aux Grecs, tous ne seront pas appelés pour la dernière ligne droite menant à Tokyo. ''Cette semaine, on s’est appuyé sur un large groupe, un certain nombre ne verront pas la préparation olympique, assure Guillaume Gille. On va désormais devoir faire le bilan, et s’adapter aux blessés potentiels qui pourraient arriver dans cette fin de saison.'' Quelques absents, blessés, vont aussi retrouver le groupe le mois prochain. On pense à Luka Karabatic, aux Montpelliérains Melvyn Richardson et Yanis Lenne, mais aussi à Nikola Karabatic dont le retour au jeu est programmé pour les prochaines semaines. Reste à savoir à combien d'unités le staff tricolore souhaite réduire le groupe aujourd'hui constitué d'une petite trentaine de joueurs.

''On espère pouvoir avoir autant de difficultés que possible pour constituer cette liste pour les Jeux'' (Guillaume Gille)

Ce qui est sûr c'est que le sélectionneur devra donner au plus tard le 5 juillet une liste de 17 pour le Japon. Parmi lesquels quatorze titulaires, un remplaçant et deux joueurs (avec certainement un troisième gardien) qui n'auront pas accès au village olympique mais resteront à disposition si besoin. Le noyau dur de l'équipe, qui reste cette année sur une quatrième place mondiale et une belle qualification pour les JO, est connu. Mais le staff, satisfait de ce qu'il a vu de la part des ''réservistes'' dimanche, semble ne pas s'interdire une ou deux petites retouches. ''Désormais, mon rôle, avec le staff, va être de finaliser la feuille de route jusqu’aux Jeux, présente le sélectionneur. On doit avancer sur beaucoup de sujets pour bien lancer le groupe dans cette préparation. On espère pouvoir avoir autant de difficultés que possible pour constituer cette liste pour les Jeux.''

Au-delà du prochain rassemblement dans un mois et demi, sans doute avec une vingtaine de joueurs, qui pourrait créer la surprise et s'inviter à la dernière minute au Japon ? Trois noms semblent se détacher. Rémi Desbonnet d'abord. Le Nîmois, auteur de 10 parades en 30 minutes face aux Grecs, est en pole pour être le troisième gardien. En l'absence de Wesley Pardin, il possède une longueur d'avance sur Kévin Bonnefoi pour accompagner Vincent Gérard et Yann Genty à Tokyo. La surprise à son sujet serait plutôt qu'il destitue le binôme parisien parfois décrié. Restent les cas Aymeric Minne et Dylan Nahi. Deux joueurs pétris de talent qui feront sans doute les beaux jours de l'équipe de France dans un futur proche. Peuvent-ils en deux mois bousculer la hiérarchie et s'imposer comme des jokers ? L'ailier parisien, très en vue à Créteil (7 buts), part de trop loin pour bousculer le duo complémentaire formé par le capitaine Michaël Guigou et Hugo Descat, lui aussi brillant la semaine dernière. Mais au vu de ses performances cette saison et de son gros potentiel – un ailier capable de défendre au poste 2 qui plus est - Guillaume Gille doit forcément se poser la question de savoir si le futur joueur de Kielce ne serait pas idéal dans l'habit du dix-septième homme.

Aymeric Minne pourrait également être celui-ci. A un poste de meneur de jeu toujours à la recherche de son véritable taulier, où Nedim Remili fait des piges pour épauler Kentin Mahé, où le retour au plus haut niveau de Nikola Karabatic (37 ans) n'est aujourd'hui pas une certitude, le Nantais coche de nombreuses cases. Véritable organisateur et capable de fulgurances au shoot, le demi-centre de 24 ans est candidat. Mais comme pour Dylan Nahi, sa présence aux Jeux au sein d'un groupe très resserré signifierait des choix forts de la part d'un staff qui, jusque-là, s'est essentiellement appuyé sur des joueurs d'expérience. Avec un bon bilan à défaut d'être excellent.

Régis Aumont