Aller au contenu principal

LE TRAVAIL EST FAIT

MADE IN HAND TV

NEWS

LE TRAVAIL EST FAIT
27 avril 2021
27 avril 2021

L'équipe de France, malgré des largesses en défense, s'est montrée supérieure à la Grèce mardi à Korydallos (31-40) et a fait un grand pas vers l'Euro 2022. 
(FFHandball/Iconsport)  


Sans surprise, l'équipe de France a passé un début de soirée assez tranquille mardi à Korydallos, dans l'agglomération d'Athènes, à l'occasion de la première des deux rencontres programmées contre la Grèce cette semaine. Si tout ne fut pas parfait, notamment dans le secteur défensif où ils ont montré des lacunes préoccupantes, les joueurs de Guillaume Gille, dont il ne faut pas oublier que leur préparation fut réduite au strict minimum depuis leurs retrouvailles dimanche à la Maison du Handball, ont fait ce qu'il fallait pour se rendre la partie facile (31-40). Avant de retrouver le même adversaire dimanche à Créteil (18h), les Bleus se sont rapprochés de la qualification pour le prochain championnat d'Europe, prévu en Hongrie et en Slovaquie au début de l'année prochaine (13-30 janvier 2022). Ils ont même de grandes chances d'être qualifiés dès jeudi, il suffira pour cela que la Serbie ne s'incline pas en Grèce.

Si les Français se sont évités des frayeurs, c'est qu'ils ont réussi leur entame de match. Dans le sillage des ailiers Michaël Guigou - lequel a d'ailleurs inscrit son millième but en bleu dans le vieux gymnase qui servait d'écrin à cette rencontre -, et Valentin Porte, ils ont pris le score dès les premiers instants (2-6, 6ème). On aurait alors pu imaginer que les Tricolores allaient corriger une sélection bien loin du niveau des meilleures équipes du continent. Mais ce ne fut pas le cas, la faute à des absences en défense qui ont permis aux Grecs de rester dans le match (8-10, 13ème). Les locaux affichaient même un improbable 79% d'efficacité au tir à l'issue de la première demi-heure de jeu (16-22, MT).  

Seulement sept arrêts de gardiens

Malgré les très nombreuses rotations effectuées par Guillaume Gille, cela ne s'est pas amélioré après le repos. Au grand dam du sélectionneur que l'on a vu hausser le ton en fin de match lors d'un temps-mort. Il faut dire que les Bleus n'ont pas vraiment brillé en seconde période, toujours capables de trouver facilement des failles dans la défense adverse mais eux aussi beaucoup trop permissifs lorsqu'il s'agissait de faire barrage devant la la cage de Yann Genty, lequel, entré en jeu à la mi-temps, ne se montra pas beaucoup plus inspiré que son partenaire au PSG Vincent Gérard (7 arrêts à eux deux).

Les Français savent au moins ce qu'ils devront améliorer dans cinq jours lors de la revanche. Avec sans doute de nouvelles têtes puisque neuf réservistes vont venir se greffer au groupe pour préparer le deuxième match. Et dans l'optique de sa sélection pour les Jeux olympiques, attendue début juillet, Guillaume Gille effectuera assurément une large revue d'effectif. Laquelle servira sans doute d'abord à reposer certains cadres pas épargnés par le rythme infernal de cette saison si particulière. 

Déjà joués : Serbie - Grèce 31-21, Serbie - France 27-24, France - Serbie 26-26, Grèce - France 31-40
A jouer : Grèce - Serbie 29/04 (13h), France - Grèce 02/05 (18h)
Classement : 1. Serbie 5 pts (+13, 3m), 2. France 3 pts (+6, 3m), 3. Grèce 0 pt (-19, 2m), 4. Belgique (forfait)

Régis Aumont