Aller au contenu principal

PUISSANCE 4 !

MADE IN HAND TV

NEWS

PUISSANCE 4 !
30 juillet 2021
30 juillet 2021

L'équipe de France a livré une magnifique prestation face à l'Espagne (36-31) vendredi à Tokyo et poursuit son sans-faute dans le tournoi olympique. (FFHandball/Iconsport)

La montée en puissance de l'équipe de France se poursuit à Tokyo. Après trois premiers succès et une qualification déjà validée pour les quarts de finale du tournoi olympique, les Français affrontaient vendredi les doubles champions d'Europe espagnols, eux aussi nantis de six points. Revanche de la petite finale du dernier Mondial en Egypte, où les Bleus s'étaient assez lourdement inclinés en début d'année (25-31), ce duel au sommet a vu les hommes de Guillaume Gille signer une éclatante victoire (36-31). Avant d'affronter la Norvège, dimanche (9h15, heure française), lors de leur ultime rendez-vous du tour préliminaire, les Tricolores sont en position de force pour obtenir la première place de leur groupe et ainsi s'offrir un adversaire peut-être un petit peu plus abordable en quarts de finale.

Quarante-huit heures après avoir réussi leur test face à l'Allemagne, l'équipe de France a envoyé un signal encore plus fort à la concurrence en infligeant aux Espagnols leur première défaite de la compétition. Outre l'écart de +5, qui symbolise bien leur domination durant cette rencontre, les Bleus y ont ajouté la manière. A l'image de la performance XXL de Nedim Remili, en demi-teinte jusque-là au Japon, mais intenable aujourd'hui. Le Parisien, crédité d'un magnifique 9/10 au tir, a facilité le jeu offensif tricolore, en atteste sa connexion avec Nicolas Tournat, son futur équipier à Kielce, mise en avant en première période. Comme ils en ont pris l'habitude depuis le début des Jeux, les Français ont dégainé les premiers (4-1, 7ème). Encore une fois, Vincent Gérard a bien fermé sa cage dès les premières minutes. Le gardien tricolore, auteur de 11 arrêts, a même gagné son duel à distance avec la meilleure paire du monde, Corrales-Perez de Vargas, limitée à 8 parades sur l'heure de jeu. Et si les Espagnols avaient su un temps se remettre dans le sens de la marche, l'équipe de France s'est de nouveau détachée pour atteindre la mi-temps avec un avantage de six buts (18-12, MT).

Descat n'en rate pas une 

Elle s'est fait un petit peu peur au retour des vestiaires en retombant dans certains travers, notamment les pertes de balle dont les Ibères ont su tirer profit pour se rapprocher (19-16, 36ème). Mais cette équipe semble bien avoir pris de l'épaisseur ces derniers temps et dégage une sérénité nouvelle. Loin de paniquer quand Alex Dujshebaev tentait de sonner la révolte de la Roja, les Bleus ont repris leur marche en avant. Nedim Remili a continué de régaler, et Hugo Descat a encore fait admirer ses qualités de finisseur sur son aile en trouvant à sept reprises le chemin des filets en une demi-heure (à 100% de réussite). Les Français se sont envolés (30-22, 50ème), livrant un véritable récital face à des Espagnols dépassés. "On a fait un match très complet, retenait Remili, le héros du jour, à sa sortie du terrain. Je trouve qu'on joue très bien, même si on perd encore quelques ballons parfois. On a envie avec ce groupe de faire quelque chose de grand, de fort, on a les qualités pour", poursuivait l'arrière qui veut "aller chercher la médaille d'or."

Comme le rappelait Nikola Karabatic  après la victoire sur l'Allemagne, "le chemin est encore long." Mais il commence à se dégager, et à force de "bien jouer ensemble", dixit Hugo Descat, les Bleus ont raison de croire de plus en plus à un destin doré au pays du soleil-levant. Dimanche ils auront une nouvelle belle occasion de se tester, contre des Norvégiens qu'ils avaient battus lors du dernier championnat du monde et qui auront donc à coeur de prendre leur revanche. Encore une grosse bataille à prévoir. Pour une nouvelle victoire ?

France - Espagne : 36-31 (18-12)
Yoyogi National Stadium, à Tokyo - Huis clos

France
Gardiens : Genty - Gérard (58’, 11 arrêts) / Remili (9/10) - Mem (3/4) - Tournat (4/6) - N.Karabatic (0/2) - Mahé (3/4) - N’Guessan (3/4) - Abalo (3/5) - Guigou (1/1) - L.Karabatic - Fabregas (1/2) - Descat (7/7) - Porte (2/2) - Exclusions temporaires : Fabregas - N’Guessan (2)
Entraîneur : Guillaume Gille

Espagne
Gardiens : Perez de Vargas (30’, 5 arrêts) - Corrales (30’, 3 arrêts) / Gurbindo (2/3) - Maqueda (1/5) - Fernandez (1/3) - Entrerrios (1/4) - Dujshebaev (5/8) - Sarmiento (4/4) - Aguinagalde (3/3) - Sole (3/5) - Figueras (2/2) - Garcia (4/7) - Gomez (5/6) - Guardiola - Exclusions temporaires : Dujshebaev et Guardiola
Entraîneur : Jordi Ribera

Programme et résultats (heure française, pour l'heure locale il faut ajouter +7h)
J1 (24/07) : Norvège - Brésil 27-24, France- Argentine 33-27, Allemagne - Espagne 27-28
J2 (26/07) : Brésil - France 29-34, Argentine - Allemagne 25-33, Espagne - Norvège 28-27
J3 (28/07) : Norvège - Argentine 27-23, Brésil - Espagne 25-32, France - Allemagne 30-29
J4 (30/07) : Argentine - Brésil 23-25, France - Espagne 36-31 Allemagne - Norvège 28-23
J 5 (01/08) : Espagne - Argentine 7h15, France - Norvège 9h15, Allemagne - Brésil 12h30

Classement : 1. France 8 pts (+17), 2. Espagne 6 pts (+4), 3. Allemagne 4 pts (+11), 4. Norvège 4 pts (+1), 5. Brésil 2 pts (-13), 6. Argentine 0 pt (-20)

Régis Aumont