Aller au contenu principal

LA DÉFAITE QUI FAIT MAL

MADE IN HAND TV

NEWS

LA DÉFAITE QUI FAIT MAL
31 juillet 2021
31 juillet 2021

Battues d'un petit but par la Russie (27-28), les Françaises se retrouvent en grand danger et devront impérativement battre le Brésil lundi. (FFHandball/Iconsport)

L'étau se resserre sur l'équipe de France. Dans une situation inconfortable après n'avoir remporté qu'un seul de leurs trois premiers matchs, les Françaises se sont encore un petit peu plus compliquées la tâche en concédant, samedi, une deuxième défaite dans le tournoi olympique. Dans le remake de la finale de Rio, cinq ans plus tôt, les filles d'Olivier Krumbholz sont venues échouer à un petit but des tenantes du titre russes (27-28) à l'issue d'une rencontre qui va leur laisser beaucoup de regrets. Avec seulement trois points au compteur à l'issue de la quatrième journée, les Bleues se retrouvent dos au mur. La victoire sera impérative face au Brésil lundi matin (11h, 4h en France) pour ne pas quitter Tokyo avant les quarts de finale, ce qui serait une immense déception pour un groupe habitué depuis 2016 à jouer les premiers rôles sur la scène internationale.

Dans un match au scénario parfois difficile à suivre, les partenaires de Coralie Lassource sont passées par toutes les émotions. D'abord fébriles en début de partie, avec déjà de nombreuses pertes de balle dans le premier quart d'heure (5-8, 15ème), elles se sont remises sur les rails grâce à un excellent passage qui leur a valu d'infliger un 6-0 à la Russie dans le sillage d'une très entreprenante Laura Flippes (15-11, 27ème). "On était bien à ce moment-là, on récupérait énormément de ballons, on montait bien les ballons", dira plus tard au micro de France 4 celle qui aura marqué tous ses buts (6) dans la première demi-heure. "On a fait une très bonne première période", renchérissait Olivier Krumbholz, lequel trouvera peut-être à redire plus tard sur les 15 buts encaissées (17-15, MT).

Pineau, par ailleurs excellente, rate le but de l'égalisation

Au retour des vestiaires, l'équipe de France parvenait malgré quelques soubresauts à repousser des Russes maintenues en vie grâce aux prouesses d'Ekaterina Ilina (9/9). Les Bleues menaient encore de +2 à la 48ème minute (24-22), mais de nombreux mauvais choix ponctués de préjudiciables pertes de balle (16 au total) permettaient à leur adversaire de prendre les commandes du match (25-27, 55ème). Au courage les Françaises revenaient à hauteur (27-27, 57ème), et sur une interception du bout des doigts Allison Pineau, partie à grandes enjambées vers le but russe, se retrouvait face à la gardienne pour inscrire le but de l'égalisation dans les ultimes secondes. Malheureusement la tentative de l'arrière, certainement la meilleur tricolore aujourd'hui (9 buts à 82%), était détournée par Anna Sedoykina. 

L'espoir d'arracher un point précieux, comme deux jours plus tôt face à la Suède, s'envolait d'un seul coup. Et les visages défaits des Françaises au coup de sifflet final en disaient long sur leur désillusion. "On a craqué un petit peu tout au long de la seconde période, regrettait Olivier Krumbholz, affecté mais pas abattu. On a été valeureux. On a certainement manqué de lucidité par moments. De culot aussi parfois en attaque, on a joué étriqué." Désormais cinquièmes de leur poule et en position d'être éliminées dans quarante-huit heures, les Bleues savent qu'il leur reste une dernière carte à abattre contre le Brésil, battu de peu par la Suède aujourd'hui (31-34). "On aura notre sort entre nos mains en les battant, fait remarquer le sélectionneur. C'est un scénario qui était probable au vu du niveau élevé de la poule et des problèmes que l'on a rencontrés depuis quelques mois. Ce sera un huitième de finale et ce sera difficile parce qu'elles joueront leur peau aussi." L'équipe de France n'a désormais plus le droit à la moindre erreur si elle veut aller chercher une médaille olympique au pays du soleil-levant.

CO Russie - France : 28-27 (15-17)
Yoyogi National Stadium, à Tokyo - Huis clos

CO Russie
Gardiennes : Sedokyna (31', 5 arrêts) - Kalininza (29', 2 arrêts) / Kuznetsova (3/4) - Gorshkova - Dmitrieva (4/5) - Sen - Vyakhireva (5/10) - Vedekhina (3/4) - Bobrovnikoava (0/3) - Makeeva (0/2) - Fomina (4/5) - Ilina (9/9) - Nanagarova (0/1)  Skorobogatchenko (0/1) - Exclusions temporaires : Makkeva
Entraîneur : Alexey Alekseev

France 
Gardiennes : Darleux (29', 4 arrêts) - Leynaud (29',4 arrêts) / Nocandy (4/4- Dancette (0/1) - Valentini (1/1) - Pineau (9/11) - C. Lassource (cap) - Zaadi-Deuna (2/3) - Niakaté (0/1) - Sercien-Ugolin (1/2) - Flippes (6/7) - Edwige (0/1) - Foppa (2/3) - Nze-Minko (2/4) - Exclusions temporaires : Zaadi-Deuna - Flippes
Entraîneur : Olivier Krumbholz

Programme et résultats 
J1 (25/07) : Russie - Brésil 24-24, Espagne - Suède 24-31, Hongrie - France 29-30
J2 (27/07) : Brésil - Hongrie 33-27, Suède - Russie 36-24, France - Espagne 25-28
J3 (29/07) : Espagne - Brésil 27-23, Hongrie - Russie 31-38, Suède - France 28-28
J4 (31/07) :  Russie - France 28-27, Brésil - Suède 31-34, Hongrie - Espagne 29-25
J5 (02/08) : France - Brésil 4h, Espagne - Russie 7h15, Hongrie - Suède 9h15

Classement :  1. Suède 7 pts (+22), 2. Russie 5 pts (-4), 3. Espagne 4 pts (-4), 4. Brésil 3 pts (-1), 5. France 3 pts (-3), 6. Hongrie 2 pts (-10)

Régis Aumont