Aller au contenu principal
Valentin Porte souhaite que le MHB joue sur tous les tableaux cette saison. (Panoramic)

PORTE : "QUI NE VEUT PAS LA PEAU DU CHAMPION D'EUROPE ?"

News

Par regisaumont
Mis à jour le mer 12/09/2018 - 11:20

PORTE : "QUI NE VEUT PAS LA PEAU DU CHAMPION D'EUROPE ?"

Alors que la Ligue des champions débute ce mercredi, le nouveau capitaine de Montpellier sait que son équipe sera plus attendue que la saison dernière. Ce qui ne l'empêche pas de nourrir de grandes ambitions avec un effectif qui "a encore soif de titres".

Qu'est-ce que ça fait de débuter cette saison dans la peau du champion d'Europe ?
Je ne vais pas dire qu'on se sent forts, mais on se sent attendus. On l'est en Lidl Starligue parce que Montpellier l'est toujours en championnat. Montpellier reste Montpellier. C'est surtout en coupe d'Europe qu'on le sera un peu plus. L'an dernier on était le petit Poucet qui sortait des poules basses. On ne nous prenait pas forcément au sérieux. Maintenant on est le champion en titre, et qui ne veut pas la peau du champion d'Europe ?

Vous êtes tombés dans le groupe de la mort. Comment l'appréhendez-vous ?
On va disputer beaucoup de chocs. J'espère qu'on ne va pas avoir trop de pépins physiques. Notre parcours dépendra aussi de notre championnat qui, aujourd'hui, ne nous permet pas de nous relâcher. On veut jouer sur tous les tableaux. On a 19 professionnels, on a un bel effectif. On est capable de le faire. Tout gagner, non je ne pense pas mais on peut répondre présent sur tous les tableaux.

"Cette équipe est jeune et morte de faim"

Avez-vous un objectif prioritaire ?
Non, aucun. On a envie de gagner des titres encore. Le titre en Ligue des champions c'est une chose, mais il y a encore beaucoup de choses à gagner : le championnat, des coupes... On a encore soif de titres. Cette équipe est jeune et morte de faim. On a envie de continuer à gagner. On verra ce qui se présente à nous. Il faudra saisir toutes les opportunités.

Existe-il une différence dans les comportements depuis votre titre de champion d'Europe ?
On se sentait forts à l'issue de la saison. Mais après tu pars en vacances, tu commences la prépa et là tu te sens comme une merde (rires). La prépa est très compliquée. Et la force du coach c'est aussi de nous dire que c'est passé, qu'aujourd'hui ça n'a aucune valeur. La nouvelle saison est commencée et on ne va pas rester sur ce qui s'est passé la saison dernière pendant dix ans. On a encore une grosse marge de progression. A nous de continuer à progresser pour aller chercher d'autres trophées.

Où se situe la plus grosse difficulté ?
La vraie difficulté va être de gérer à la fois le championnat et la poule haute en Ligue des champions. D'autant plus qu'on est tombés dans le pire groupe possible. Il y a quand même de grosses cylindrées. On va devoir gérer des matchs de Lidl Starligue de plus en plus relevés et derrière d'enchaîner un match contre un monstre européen quasiment à chaque fois. On va voir si on est capables de répéter des matchs de très haut niveau comme ça tous les trois jours. L'année dernière, sans faire injure à personne, la poule basse nous permettait de gagner largement certains matchs. Ce ne sera plus le cas.

"Un immense honneur et une grande fierté d'être le capitaine de Montpellier"

Vous avez récemment prolongé jusqu'en 2022. C'était une volonté de votre part de vous inscrire dans la durée à Montpellier ?
Vous savez, c'est facile quand ça se passe comme ça. J'ai été à Toulouse pendant huit ans. Et puis en 2016, j'ai eu envie de rejoindre Montpellier parce que j'adore l'image que renvoie ce club. J'étais sûr que c'était un club fait pour moi. Il se trouve que j'avais raison. C'est un club qui me convient. Je pense que je conviens au club par ma façon de faire et de voir les choses. Je n'avais qu'une envie c'était de continuer sur du très long terme. Je suis très bien ici. On est fait pour être ensemble.

Vous êtes le nouveau capitaine de cette équipe. Qu'est-ce que cela va changer ?
Cela ne va absolument rien changer à ma façon de faire, à ma façon d'appréhender un match, de voir les choses. J'essaierai toujours de me donner autant sur un terrain et en dehors, de donner le meilleur exemple possible. C'est un nouveau rôle, donc il faut l'apprendre. Pour apprendre il faut être bien drivé et je compte sur mes coéquipiers les plus expérimentés, Michaël Guigou en tête, lui qui a été capitaine capitaine avant et qui a beaucoup plus d'expérience que moi. J'espère que tous vont m'aider dans ce nouveau rôle et que l'équipe l'acceptera. Je ne vois pas pourquoi ça se passerait mal. On a notre façon de faire, avec une hiérarchie et des cadres en place. Tout est bien en place, ce n'est pas un changement de brassard qui va changer quoi que ce soit.

Comment avez-vous accueilli ce brassard ?
On a beaucoup échangé durant l'été avec Patrice (Canayer). Je lui ai demandé plusieurs fois si c'était acté. Il m'a répété que c'était son choix, donc il faut le respecter. Pour moi c'est un immense honneur et une grande fierté d'être le capitaine du Montpellier handball, une équipe qui m'a toujours fait rêver.

Propos recueillis par Régis Aumont

retour aux news