Aller au contenu principal

NEWS

UNE ÉLITE A 16 ?
6 avril 2020
6 avril 2020

Si la Lidl Starligue devait ne pas reprendre, elle se déroulerait sans doute avec deux clubs supplémentaires la saison prochaine.

Plus les jours passent et plus la reprise de la saison de Lidl Starligue, à l'arrêt depuis le 5 mars, semble incertaine. La crise sanitaire du coronavirus pourrait selon les dires laisser les Français en confinement au moins jusqu'à la fin du mois d'avril. Le déconfinement, probablement progressif, de la population, puis la reprise des entraînements, avec obligatoirement une nouvelle préparation physique à prévoir, la programmation des huit journées restant à jouer, les fins de contrat au 30 juin... Même avec le report des Jeux olympiques d'une année, ce qui libère du temps au mois de juin voire en juillet, l'optimisme est de moins en moins présent chez les dirigeants du handball français.

On sait que depuis une grosse dizaine de jours trois groupes de travail issus de la LNH, de la Fédération Française, et de l'Union des clubs, syndicats de joueurs et d'entraîneurs planchent pour élaborer un plan de relance après la crise. Leurs conclusions, attendues dans les prochains jours, donneront le cap à suivre. Parmi les propositions fortes qui pourraient en découler, celle de faire passer la Lidl Starligue de 14 à 16 équipes la saison prochaine si l'exercice 2019-2020 ne pouvait pas se terminer. Ainsi, Tremblay et Créteil, actuellement relégables après deux-tiers des rencontres, ne seraient pas sanctionnés d'une descente en Proligue assez injuste d'un point de vue sportif, et les deux leaders de cette même Proligue, Cesson-Rennes et Limoges, seraient récompensés par une montée.

Un élargissement de l'élite poserait évidemment la question d'un calendrier alourdi de quatre journées. Mais du côté de la Ligue Nationale de Handball, ce projet d'une Lidl Starligue à 16 clubs était déjà dans les cartons pour la saison 2021-2022. A la nuance près que les deux nouveaux venus devaient bénéficier d'un système de wild-card, pour ''monter'' deux clubs dans des grandes villes autour desquelles le handball n'est pas très développé. Bordeaux et Lyon tenaient la corde pour rejoindre l'élite l'année prochaine. La crise sanitaire pourrait forcer les dirigeants à anticiper leur réforme. Réponse dans les prochains jours.

Par Régis Aumont