Aller au contenu principal
Made in Hand, Handball, LNH, Lidl Starligue, PSG, MHB, HBC Nantes, Chambéry, USAM, PAUC, SRVHB, FENIX, USDK, Tremblay, Istres, Ivry, Cesson-Rennes, Pontault-Combault

"TITI" REUSSIT SA SORTIE

News

Par regisaumont
Mis à jour le jeu 06/06/2019 - 23:00

"TITI" REUSSIT SA SORTIE

La légende des gardiens de but a pleinement réussi la dernière sortie de son immense carrière (15 arrêts) face à Cesson-Rennes qui, logiquement dépassé à Paris (29-20), n'évoluera plus en Lidl Starligue la saison prochaine.

Pour la dernière de son immense carrière, Thierry Omeyer a fait du Thierry Omeyer. Malgré l'émotion de disputer son ultime match, dans un Coubertin archi plein pour le voir jouer une dernière fois, le gardien du PSG a réussi une sortie digne de sa légende. 15 arrêts, 44% de tirs adverses repoussés, un but marqué depuis sa cage à la 54ème minute, l'Alsacien a montré qu'il était encore, à 42 ans, un joueur remarquable. "On a l'impression qu'il est éternel quand on le voit encore jouer comme ça", commentait d'ailleurs à la mi-temps de ce match face à Cesson-Rennes un Daniel Narcisse qui avait tiré sa révérence dans la même salle un an avant son pote. Après une demi-heure de jeu, le "n°16 d'anthologie", comme le soulignait l'un des nombreux tifos déployés durant la soirée, avait déjà détourné huit tirs et Paris avait presque enterré le mince espoir de Cesson de se maintenir (16-10, MT).

Car oui, au-delà de la soirée hommage à Thierry Omeyer - alors que les partants Uwe Gensheimer et Luka Stepancic ont eu droit à leur cérémonie personnalisée avant le coup d'envoi de la rencontre -, l'adversaire du PSG jouait dans le même temps sa survie en Lidl Starligue. Les Bretons devaient compter sur une défaite d'Ivry à Toulouse, ce qui arriva (35-30), et gratter un point à Coubertin. Mais la marche était trop haute pour les hommes de Christian Gaudin, notamment punis par les hommes fêtés ce soir : Thierry Omeyer donc mais aussi Uwe Gensheimer, auteur de 10 buts pour sa dernière représentation dans le championnat de France avant de retourner à Mannheim, de là où il était arrivé il y a trois ans.

Omeyer : "J'ai réalisé aujourd'hui que c'était vraiment la fin"

Acclamé à de nombreuses reprises, la première fois en pénétrant en dernier sur le terrain, la dernière quand Raul Gonzalez a posé un temps-mort à quelques secondes de la fin du match pour lui offrir une ultime ovation, "Titi" a reçu un soutien à la hauteur de l'événement. "Vous avez été géniaux", a-t-il adressé au public parisien quand, entouré de sa femme et ses enfants, il a eu droit lui aussi à sa petite cérémonie. Un peu plus tôt, au micro de beIN Sports, il avait confié "réalisé aujourd'hui que c'était vraiment la fin." "Mais je ne suis pas triste, a tenu à préciser l'homme aux 59 titres. C'est une décision qui est mûrement réfléchie. Je ressens beaucoup d'émotions. Je veux remercier tous les gens qui sont venus m'encourager, ceux aussi qui m'ont regardé devant la télé. Et si j'ai pu faire naître des vocations à travers ma carrière, pour le handball et notamment pour le poste de gardien de but, alors c'est pour moi une victoire."

Thierry Omeyer a pleinement réussi ses adieux. Il n'était pas le seul à mettre un terme à sa carrière ce soir. On pense en particulier à Guillaume Joli, champion olympique et triple champion du monde notamment avec les Bleus, qui a inscrit un petit but face à Nantes (25-28), un but marqué à Arnaud Siffert, un autre gardien de talent qui a lui aussi achevé une bien belle carrière sur une grosse performance dans le Nord (14 arrêts). Ce n'était pas la fin de carrière de Michaël Guigou ce jeudi, mais la fin de sa magnifique aventure avec Montpellier, son club de toujours qui ne sera finalement pas le dernier malgré lui. Avant de rejoindre Nîmes, "Mika", le chouchou de Bougnol, a régalé une dernière fois son public en terminant sur un sans-faute (4/4) devant Pontault-Combault (32-23). Décidément, la Lidl Starligue, dont cette dernière journée n'a eu aucune incidence sur un classement resté inchangé, ne sera plus totalement la même à la rentrée.

JOURNÉE 26
Chambéry - Nîmes 28-27
Dunkerque – Nantes 25-28
Istres – Ivry 35-30
Montpellier - Pontault-Combault 32-23
Paris - Cesson-Rennes 29-20
Toulouse - Aix-en-Provence 29-24
Tremblay - Saint-Raphaël 33-32

Par Régis Aumont

retour aux news