Aller au contenu principal

LA VICTOIRE ATTENDRA

MADE IN HAND TV

NEWS

LA VICTOIRE ATTENDRA
9 janvier 2021
9 janvier 2021

Menés la quasi totalité de la rencontre, les Bleus ont trouvé les ressources pour ne pas perdre face à la Serbie (26-26) samedi soir à Créteil dans le cadre des qualifications de l'Euro 2022. Un résultat aussi mitigé que la prestation.

Quatre jours après la douche froide de Zrenjanin, les Français ont bien failli connaître une nouvelle désillusion, samedi soir à Créteil, contre la même équipe de Serbie. Au cours d'un match qui a étrangement ressemblé à un copié-collé du premier, les Bleus ont affiché les mêmes lacunes dans le jeu mais ont su cette fois éviter la défaite grâce à une belle réaction d'orgueil en seconde période. Pas suffisant pour décrocher leur première victoire de l'année (26-26), bien que Timothey N'Guessan a eu la balle de match entre les mains, mais au moins le pire a été évité. "Je ne suis pas satisfait du résultat brut, analysait à chaud le sélectionneur Guillaume Gille devant les caméras de beIN Sports. On voulait gagner ce match et renverser le goal-average. C'est à mettre au crédit des Serbes mais aussi dû à nos défaillances et aux errements que l'on a eus dans nombre de secteurs de jeu. Mais il faut souligner l'état d'esprit du groupe qui n'a pas lâché ce soir."

Il aurait pu le faire, en effet, tant les Français ont passé une grande partie de la soirée à courir derrière le score, le plus souvent à deux ou trois buts des Serbes. Après avoir mené 7-6 au quart d'heure de jeu, les partenaires de Michaël Guigou ont connu les mêmes difficultés qu'en début de semaine dans les Balkans, au point que l'on avait l'impression d'assister à un remake de l'acte 1. Les mêmes errements défensifs, les mêmes difficultés à assurer de la continuité dans le jeu en phases offensives et le sentiment de ne pas réussir à se libérer. Les Serbes, à l'image de Mijajlo Marsenic (8/9 au tir), se posaient beaucoup moins de questions.  Et, comme mardi, l'équipe de France rentrait aux vestiaires menée de trois buts (12-15, MT) avec encore une fois des doutes plein la tête.

"L'état d'esprit sur la fin de match est celui que l'on doit avoir pendant 60 minutes" (Nedim Remili)

A la reprise, les Français continuaient à "balbutier" leur handball, comme le dira Nedim Remili plus tard. Mais contrairement au premier match, ils allaient trouver des ressources pour ne pas perdre le combat. Toujours distancés à un gros quart d'heure de la fin (18-21, 44ème), les Tricolores allaient redoubler d'intensité pour ne pas connaitre le même sort. "L'état d'esprit sur la fin de match est celui que l'on doit avoir pendant 60 minutes", concédait Nedim Remili. Comme Hugo Descat, combatif pour son grand retour en Bleu et auteur ce soir de ses quatre premiers buts en sélection, les Français relevaient la tête et réussissaient enfin à revenir à hauteur de leur adversaire à l'entame du money-time (24-24, 54ème). Ils allaient même avoir le dernier ballon en mains, mais ce diable de Valdimir Cupara détournait donc l'ultime tentative de Timothey N'Guessan, évitant ainsi ce qui aurait été un véritable hold-up de la part des Bleus.

Avec un point pris en deux matchs, l'équipe de France n'a clairement pas bien commencé sa campagne de qualifications pour l'Euro 2022. Mais la Serbie était le gros morceau du groupe, supérieure à la Belgique et la Grèce que les hommes de Guillaume Gille devraient retrouver un peu plus tard. Reste que le gros objectif de ce début d'année se situe au niveau du championnat du monde. Et dans cinq jours c'est la Norvège, un adversaire autrement plus redoutable que la Serbie, qui attendra les Bleus en Egypte. "On travaille dur tous les jours, promet Hugo Descat, lequel a certainement marqué des points ce soir dans son ancienne maison cristolienne après être resté en tribunes mardi. Il n'y a pas de secret, il n'y a que le travail qui paie et on va travailler pour faire un gros Mondial." Pour le moment, les doutes planent toujours au-dessus de cette équipe de France en reconstruction. Mais la vérité de cette semaine ne sera peut-être pas celle de la suivante.


GROUPE 1
J1 :  Serbie - Grèce (13/01), France - Belgique (09/03)
J2 : Grèce - France (27/04), Belgique - Serbie (à fixer)
J3 : Serbie - France  27-24, Grèce - Belgique (à fixer)
J4 :  France - Serbie 26-26, Belgique - Grèce (à fixer)
J5 : Belgique - France (29/04), Grèce - Serbie (29/04)
J6 : France - Grèce (02/05), Serbie - Belgique (02/05)

Classement :  1. Serbie 3 pts (+3), 2. France 1 pt (-3), 3. Belgique 0 pt (0), 4. Grèce 0 pt (0)

Par Régis Aumont