Aller au contenu principal

LE DERNIER ARRÊT DU MEILLEUR

NEWS

LE DERNIER ARRÊT DU MEILLEUR
5 juin 2019
5 juin 2019

Thierry Omeyer mettra un point final à son immense carrière jeudi à Coubertin contre Cesson-Rennes lors de la dernière journée de Lidl Starligue.

Cette fois, c'est la der. Jeudi soir, sur les coups de 22h15, Thierry Omeyer ne sera plus handballeur. Après avoir écoeuré les plus grands joueurs du monde pendant vingt-cinq ans, celui qui fut désigné meilleur gardien de l'histoire en 2010 refermera le livre d'or d'une carrière exceptionnelle. De Sélestat à Paris, en passant par Montpellier, deux fois, et par Kiel, l'Alsacien aura marqué l'histoire de son sport par ses performances et sa longévité au plus haut niveau. A 42 ans, et alors que Paris a déjà validé son cinquième titre de champion de France consécutif, il disputera face à Cesson-Rennes l'ultime match de son parcours professionnel, commencé en 1994 dans sa région natale.

Depuis quelques mois, il savoure ces derniers moments, prend du plaisir, reçoit des ovations sur les différents terrains de Lidl Starligue. La semaine passée, à Pontault-Combault, le match fut même brièvement arrêté à la 16ème minute, le numéro de son maillot, pour acclamer celui qui symbolise avec quelques autres l'âge d'or du handball français. Toujours animé de la même détermination, Thierry Omeyer vit le truc à fond, entouré de ses proches. Il partage équitablement le temps de jeu avec Rodrigo Corrales même si on peut imaginer que pour la dernière sortie de ''Titi'', Raul Gonzalez privilégiera la présence du gardien français dans la cage.

Encore très compétitif

A Paris depuis 2014, le natif de Mulhouse a fini de compléter un palmarès hors du commun. Quatre Ligues des champions, seize titres de champion, dix en France, six en Allemagne, vingt victoires dans les coupes nationales, une coupe du monde des clubs, une supercoupe d'Europe... Sans oublier évidemment ses exploits en équipe de France avec qui il a remporté dix grands titres. Personne n'a fait mieux. Cette saison, si l'échec en quarts de finale de Ligue des champions a été difficile à digérer, il a encore assuré dans la cage – avec notamment un match à 16 arrêts effectués face à Pontault-Combault en septembre -, et pris part à l'intégralité des rencontres de Lidl Starligue. La dernière, ce jeudi, sera l'occasion pour lui de recevoir un hommage infiniment mérité pour l'ensemble de son œuvre.

Il sera ensuite temps de passer à la suite. Elle pourrait s'écrire dans la capitale. ''Je suis impatient de voir ce dont je suis capable de l’autre côté, a-t-il confié cette semaine dans des propos relayés sur le site officiel de la Ligue Nationale de Handball. Pour cela, je vais terminer en septembre ma formation de manager général sportif d’un club, à Limoges, avec le CDES. Je ne pense pas que le terrain me manque beaucoup. J’ai 42 ans, j’ai 25 saisons derrière moi, et je suis arrivé au bout. Il est temps de passer à autre chose, et c’est une décision mûrement réfléchie. Je suis très excité de découvrir l’après.'' En attendant il lui reste un dernier match à jouer. Une dernière heure pour savourer et faire ses derniers arrêts.

Par Régis Aumont