Aller au contenu principal

RICHARDSON : "IL NE FAUT PAS PERDRE CONFIANCE"

NEWS

RICHARDSON : "IL NE FAUT PAS PERDRE CONFIANCE"
15 novembre 2019
15 novembre 2019

De retour après son opération à un doigt, Melvyn Richardson, s'il n'a pu éviter la défaite de Montpellier à Paris (35-30), voulait retenir le positif de ce match, et notamment le rendement offensif de son équipe.

Quelles sont vos premières impressions au sortir de cette rencontre ?
On s'attendait à un match très difficile. On a joué quarante-cinq minutes à fond, mais les quinze premières minutes, avec trop d'inattention de notre part, c'est fatal contre ce genre d'équipe. Ils accéléraient le jeu et nous on a fait trop d'erreurs en défense. Il ne faut pas perdre confiance. On a encore beaucoup de matchs importants à jouer ce mois-ci. A nous de se servir de ce match-là pour vite rebondir.

Malgré la défaite, est-ce qu'il y a des choses positives à retenir ?
Il y a beaucoup de positif. On a mis 30 buts à Paris. On a été très efficace sur les tirs de loin, ce qui nous manquait depuis le début de saison. On a su bien faire tourner le ballon, on a trouvé des solutions en attaque. Mais c'est en défense qu'on a été en dessous. Trop d'erreurs d'inattention. Quand tu joues contre des grandes équipes tu dois être concentré pendant soixante minutes, pas pendant quarante-cinq. C'est là-dessus que l'on va devoir le plus bosser lors des prochains jours.

"On ne va pas faire attention à ce que fait Paris"

Avez-vous eu peur, notamment quand Montpellier s'est retrouvé à huit buts après vingt minutes, que le match tourne à la démonstration ?
Non je n'ai pas eu peur. Personnellement je n'ai pas trop prêté attention au score, j'étais concentré sur notre jeu. Même quand tu es derrière il faut toujours y croire, continuer à jouer. Dimanche à Zaporozhye on a été mené tout le match et on est revenu à la fin. C'est important de ne jamais lâcher. On sait qu'il est parfois difficile quand tu es devant au score de ne pas te déconcentrer, d'ailleurs ils se sont un peu relâchés à la fin.

Montpellier a maintenant six points de retard sur le PSG. Est-ce que le titre est joué ?
Non. Quand tu es compétiteur tu ne peux pas dire "c'est bon, c'est mort". Comme quand tu affrontes le PSG, tu n'y vas pas en te disant "on va perdre". Ce n'est pas l'esprit de Montpellier. La saison est encore longue. On ne peut pas savoir ce qui va arriver. Il y a beaucoup d'équipes qui peuvent faire déjouer tout le monde. On va se concentrer sur notre jeu, on ne va pas faire attention à ce que fait Paris.

Comment vous êtes-vous senti sur le terrain après un mois et demi d'absence ?
Je suis content d'avoir retrouvé le terrain. Le handball c'est ma passion, alors revenir pour ce genre de match c'est très bien. Je manque encore un peu de rythme. mais ça va revenir petit à petit. J'ai bien bossé pendant ces cinq semaines. J'étais bien entouré pour bien rééduquer ma main et je suis heureux d'avoir pu revenir un peu plus tôt que prévu.

Propos recueillis par Régis Aumont, à Coubertin