Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

UN NUL DE HAUT VOL
11 octobre 2020
11 octobre 2020

Au terme d'une rencontre de haut niveau, Montpellier et Nantes se sont quittés dos à dos (27-27), dimanche, à l'issue du choc de la quatrième journée de Lidl Starligue.

Nantes a failli refaire le coup. Coupables d'avoir gâché les fêtes de fin d'année des Montpelliérains en 2019, en braquant Bougnol le 19 décembre (28-29), les Nantais étaient tout près de récidiver dimanche après-midi lors de ce duel des prétendants programmé très tôt dans la saison. Héroïques malgré l'hécatombe de blessés sur la base arrière (Aymeric Minne, Rok Ovnicek, Olivier Nyokas, Alex Cavalcanti et Eduardo Gurbindo, aperçu avec une poche de glace sur son genou droit doublement opéré l'année dernière), les Violets menaient 23-20 à dix minutes de la fin. C'est alors que le sauveur du MHB, Hugo Descat, a inscrit trois de ses treize buts, sous les yeux d'un Guillaume Gille forcément séduit, pour remettre son équipe sur les rails  (23-23, 53ème). Mais le "H" est reparti de l'avant jusqu'à ce que Diego Simonet n'égalise à dix secondes du terme. La balle de match était entre les mains des visiteurs, mais Thibaud Briet, encore une fois impressionnant, la laissait filer entre ses grandes mains, la victoire en terre héraultaise avec (27-27).

Les Nantais auraient pu gagner mais le match nul, à l'issue d'une rencontre très intense, n'est pas non plus illogique. Les Montpelliérains s'étaient montrés plus entreprenants en première période, conclue toutefois avec un avantage minime (14-13, MT). Kévin Bonnefoi, auteur de neuf parades dans la première demi-heure, faisait office de muraille. Mais déjà Nantes, parti au combat avec une inédite ligne arrière flanquée de deux gamins de 18 et 20 ans (De la Bretèche et Briet) et d'un vétéran de 40 qui pourrait être leur père (Lazarov), montrait les crocs. Sa jeunesse, incarnée aussi par Baptiste Damatrin, faisait vaciller Montpellier au retour des vestiaires. Souvent sans solution en attaque, empêtrés dans un jeu trop individualiste, les joueurs de Patrice Canayer ne sont pas passés loin de la correctionnelle. "Ce qui est un peu triste, c'est qu'on a dominé quasiment tout le match, mais on n'a pas su les enfoncer, analysait, à chaud, l'intenable Descat. Mais sur la fin du match, on s'en sort bien. On se retrouve à -3 à dix minutes de la fin. Ça s'est pas si mal fini pour nous. On voulait évidemment gagner ce match, mais on voulait aussi garder notre invincibilité à domicile."

Montpellier reste invaincu après trois matchs, Nantes l'est toujours après quatre. Mais il y avait quand même un petit goût d'amertume dans la bouche de Rock Feliho, le capitaine nantais, à l'issue de l'heure de jeu. "Il y a un regret, reconnaissait le défenseur. Malgré plein de choses, on avait la possibilité de l'emporter. C'est dommage qu'on ne puisse pas au moins tirer sur la dernière possession... On va se satisfaire de ça même s'il y a pas mal de frustration à l'instant. On fait plutôt une bonne semaine, c'est bien pour la confiance." Les deux principaux rivaux annoncés du PSG - après une victoire dans le derby à Nîmes pour Montpellier et un succès devant Toulouse pour Nantes mercredi - ont montré qu'ils avaient de belles choses à montrer cette année. 

JOURNÉE 4
Paris - Toulouse 41-35
Limoges - Istres 27-27
Dunkerque - Saint-Raphaël 24-25
Tremblay - Ivry 24-25
Nîmes - Créteil 22-25
Chartres - Cesson-Rennes 25-28
Montpellier - Nantes 27-27
Aix - Chambéry reporté

Par Régis Aumont