Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

FELIHO : "IL VA Y AVOIR DE SACRÉES AFFICHES !"
2 juillet 2020
2 juillet 2020

Le capitaine de Nantes, enthousiaste à l'idée de retrouver la Ligue des champions, est ravi du groupe dont a hérité le "H". A une petite exception près...

Que vous inspire ce tirage au sort ?
Je suis pleinement satisfait. J'aurais bien aimé avoir Kielce dans la poule quand même, pour revoir Nicolas (Tournat). C'est mon petit regret. Mais sinon c'est top, il va y avoir de sacrées affiches ! Avec cette nouvelle formule il ne reste que deux poules très relevées et c'est top d'en faire partie. C'est bien pour nous, pour le club et pour les supporters. Barcelone on connaît déjà. En revanche Kiel et Veszprem ce sera nouveau pour le "H". On va bien se préparer parce que franchement il n'y a aucune petite équipe. J'ai vraiment hâte de me mesurer à elles, et comme d'habitude on ira avec beaucoup d'ambitions.

Quelle est l'équipe que vous avez le plus envie d'affronter ?
Veszprem. Kiel, personnellement, je connais parce que j'ai joué en Bundesliga (à Balingen entre 2007 et 2010, ndlr). On m'a dit que Veszprem c'était bien de connaître ça au moins une fois. C'est une superbe équipe et l'ambiance là-bas ça doit être quelque chose.

Avec quels objectifs le club va-t-il faire son retour en Ligue des champions ?
On veut finir dans les six premiers pour se qualifier. La place, ce n'est pas le plus important parce que c'est à partir de la phase finale que ça commence vraiment, qu'il peut se passer plein de choses. Bien sûr c'est toujours mieux de finir le plus haut possible mais il faut déjà réussir à se qualifier. On aura beaucoup de respect pour tous nos adversaires. Regardez, une équipe comme Zaporozhye on ne l'a jamais battue. Il n'y aura aucun match facile.

"Quand tu y as goûté, tu as envie de la rejouer tous les ans !"

L'atmosphère des grandes rencontres européennes vous a-t-elle manqué la saison passée ?
Bien sûr. J'ai pas vraiment regardé la compétition la saison dernière, j'avais trop de frustration. En trois participations on a connu tellement de belles choses dans cette épreuve. Un huitième de finale contre le PSG la première année, la finale la deuxième année puis un quart de finale contre Barcelone la troisième année. Forcément ça donne beaucoup d'amour pour cette Ligue des champions. Quand tu y as goûté, tu as envie de la rejouer tous les ans ! Je suis fier que Nantes soit de retour. Et je suis super content de la retrouver. C'était le but.

L'équipe n'a plus rien à voir avec celle d'il y a deux ans.
Ce n'est plus le Nantes de 2018. Le staff a changé, il y a eu beaucoup de nouveaux joueurs à intégrer, et il y en aura encore cet été, mais on a réussi à garder un bon état d'esprit. On a beaucoup travaillé. Et on a prouvé sur certaines rencontres la saison dernière, comme contre Chambéry et Saint-Raphaël, qu'on avait du mental. L'objectif est de continuer à faire avancer le club. Là on a perdu Nicolas (Tournat) qui avait un rôle très important dans notre jeu, mais on va tout faire pour s'adapter, avec de nouveaux pivots (Adria Figueras et Mathieu Bataille, ndlr), et rester performants.

Quel est votre programme des prochains jours ?
On va reprendre le 15 juillet donc on profite encore de quelques jours de repos. Ça a été important de couper en partant un petit peu en vacances après l'épisode de confinement que l'on a vécu. Pour moi il fallait changer d'air pour se sentir vraiment en vacances. Avant on ne faisait plus notre métier mais on était enfermés chez nous. Le corps et la tête avaient bien besoin de s'aérer dans un autre cadre. C'était nécessaire, surtout que la saison prochaine risque d'être intense.

Propos recueillis par Régis Aumont