Aller au contenu principal

KARABATIC, LE GROS PLUS

MADE IN HAND TV

NEWS

KARABATIC, LE GROS PLUS
10 juin 2021
10 juin 2021

Revenu à la compétition il y a quinze jours, le boss du PSG sera un atout majeur dans la conquête de la Ligue des champions ce week-end à Cologne.

Le Paris Saint-Germain a montré cette saison qu'il pouvait gagner (Lidl Starligue, coupe de France) sans Nikola Karabatic. Blessé gravement au genou droit à la mi-octobre, opéré rupture du ligament croisé antérieur une dizaine de jours plus tard, le leader emblématique du club de la capitale a manqué plus de sept mois de compétition avant de faire son grand retour le 30 mai contre Saint-Raphaël. A 37 ans, après la plus longue convalescence de son immense carrière, l'arrière est revenu comme s'il n'était jamais parti. Tout de suite dans le rythme, il s'est surtout rassuré sur son état physique, chassant les appréhensions naturelles après une grosse blessure. Il a pu disputer des bouts de match à l'occasion des trois dernières sorties de la saison du PSG en Lidl Starligue, la dernière vendredi dernier face à Nîmes avant de fêter le titre devant le public de Coubertin.

Le retour de Nikola Karabatic est intervenu au meilleur des moments pour Paris. Il a pu mouiller le maillot sans trop de pression tant le titre de champion de France était promis à son équipe, victorieuse de ses vingt-deux premières rencontres. Et maintenant qu'il a retrouvé ses sensations, il va arriver tout frais à Cologne, physiquement et mentalement, pour disputer le sixième Final4 de Ligue des champions de sa carrière, le quatrième avec le PSG (il n'avait pas pu jouer celui de la saison dernière repoussé au mois de décembre, ndlr).

Il apportera aussi son enthousiasme et son esprit de compétition

S'il est encore trop tôt pour qu'il soit à 100% - même s'il possède une faculté extraordinaire à franchir les obstacles dans un temps record -, Nikola Karabatic va d'abord apporter son enthousiasme au collectif parisien. Il n'y a qu'à voir son bonheur de retrouver les terrains, tel un gamin, pour constater à quel point le handball a pu lui manquer. Son envie de jouer, mais aussi de gagner. Malgré un palmarès long comme le bras, ''NK'' est resté un immense compétiteur qui rêve de remporter la Ligue des champions avec un quatrième club, après ceux obtenus à Montpellier (2003), Kiel (2007) et Barcelone (2015). Le double champion olympique est aussi un leader de vestiaire dont la seule présence donne confiance. Face à Aalborg samedi (15h15), puis on l'espère en finale, il tiendra un rôle de joker, un joker de luxe quand on connait le pédigrée du garçon.

Les Danois, seuls novices du dernier carré, auraient certainement préféré que Nikola Karabatic diffère son retour de quelques semaines. Pour Paris, dont il s'agira de la deuxième participation en l'espace de cinq mois et demi, c'est évidemment un gros plus. Celui qui lui permettra peut-être de décrocher, enfin, ce titre européen tant convoité,

DEMI-FINALES
PSG (FRA) - Aalborg (DAN) samedi 15h15
Barcelone (ESP) - Nantes (FRA) sam 18h

Régis Aumont