Aller au contenu principal

"ON CROIT EN NOS CHANCES"

MADE IN HAND TV

NEWS

"ON CROIT EN NOS CHANCES"
8 juin 2021
8 juin 2021

Entraîneur-adjoint et directeur du centre de formation, Grégory Cojean, au club depuis 2005,  livre quelques-uns des secrets du HBC Nantes avant le Final4 de la Ligue des champions.

LE PARCOURS : ''La victoire à Kiel a été un moment important''

''Le début de l'aventure a été rude et compliqué. Avec trois matchs contre Veszprem, Barcelone et Kiel pour commencer. On avait beaucoup de blessés à l'époque. La victoire à Kiel a été un moment important pour l'équipe. Elle nous a montré qu'on était capables de faire quelque chose cette saison. On a ensuite connu d'autres passages difficiles, comme à Aalborg d'où l'on est revenus avec trois cas de Covid, ou encore au mois de décembre avec ces deux défaites d'un but face à Zaporozhye. L'équipe était mieux à la reprise en février. Plus sûre d'elle dans le jeu. On a pris notamment notre revanche sur Aalborg puis sont venus les matchs à éliminations directes. D'abord contre Kielce, équipe qui s'était déclarée candidate au titre, puis face à Veszprem, un habitué du dernier carré. L'objectif du club en début de saison était d'atteindre les quarts de finale. Et quand on y est arrivés, contre Veszprem, évidemment favori, on a fait preuve d'ambitions tout en abordant la double confrontation avec beaucoup de sérénité. Et ça nous a réussi.''

LE FINAL4 : ''La qualification a relancé une dynamique au club''
''Atteindre le dernier carré, pour la deuxième fois en quatre éditions, c'est le signe d'une régularité dans la performance. J'avais récemment regardé l'historique des clubs qui ont participé au Final4. Seize ou dix-sept équipes sont déjà venues une fois à Cologne, mais seulement sept ou huit l'ont fait à deux reprises. Cela montre qu'en 2018 on n'était pas un météorite mais bien un club qui allait s'inscrire dans la durée à ce niveau-là. Ce n'est pas un hasard de revenir ici, surtout après avoir éliminé des clubs comme Kielce et Veszprem. Cela vient valider un an et demi de travail avec ce groupe. On n'a jamais cessé de travailler dur. Au-delà du terrain, cette qualification a eu un réel retentissement en interne, notamment auprès de nos supporters et de nos partenaires. Après une année marquée par le Covid, par l'absence de relations, cet événement a permis de relancer une vraie dynamique dans le club. Le début d'un renouveau après une saison particulière. C'est dommage que les supporters ne puissent pas en profiter (l'événement sera organisé à huis clos, ndlr). Cologne c'est la Mecque du handball, et c'est forcément une déception de ne pas pouvoir vivre l'événement comme il se doit, avec des tribunes pleines. Le côté positif, s'il doit y en avoir un, c'est que cela va nous pousser à se concentrer encore plus sur l'aspect sportif. On ne sera pas distrait par la ferveur populaire.''

BARCELONE : ''On va jouer les favoris''
''On les a déjà joués deux fois cette saison. On les connaît bien. Ils ont des joueurs de très grande qualité. Barcelone a une grande maîtrise de son jeu. C'est un handball basé sur la vitesse avec une très grande qualité technique. Ils ont réussi un parcours sans-faute. C'est une superbe affiche, quelque chose de magnifique à vivre. On va jouer les favoris. Ça va être compliqué mais il faut y croire, être ambitieux. Il se passe toujours des choses particulières dans ce Final4, c'est l'histoire de Cologne. L'outsider a souvent tiré son épingle du jeu. Tout peut se passer sur un week-end comme celui-là, avec deux rencontres de très haut niveau à jouer en vingt-quatre heures. On croit en nos chances. Il y a évidemment plus d'expérience côté barcelonais, comme côté parisien, mais on a de l'ambition.''

LA JEUNESSE : ''Une vraie réussite''
''Dès notre arrivée en deuxième division, en 2005, on m'a demandé de créer un centre de formation. Et trois ans après, lors de notre montée dans l'élite, la formation faisait déjà partie de notre identité. On a pu s'appuyer sur nos jeunes formés au club sur la durée, même quand l'équipe est montée en gamme. Nantes va disputer son deuxième Final4 de Ligue des champions en trois ans et continue de sortir des jeunes qui jouent un vrai rôle dans l'équipe. Ce ne sont pas des porteurs d'eau. Certains ont déjà un rôle majeur. C'est l'identité du club et on a la volonté de continuer à s'appuyer sur notre jeunesse. A travers la formation, on transmet nos valeurs et on voit au fil des années que ces joueurs deviennent les porte-paroles du club. Ils s'intègrent très vite dans l'équipe première, sans doute parce qu'ils comprennent les codes. C'est une vraie réussite.''

LA FIN DE FELIHO : ''Rock a marqué l'histoire du club''
''Cela vient ajouter un petit peu plus d'émotion à la préparation de l'événement. Ce n'est pas anodin. Rock a marqué l'histoire du club et de cette équipe. Par ce qu'il a fait sur le terrain, par son tempérament, par son énergie de tous les instants. C'est un joueur qui a beaucoup donné en onze ans, et on ne peut que le féliciter pour son immense carrière. Il restera comme un joueur historique de Nantes. Le fait qu'il va disputer ses deux derniers matchs ajoute forcément une note émotionnelle à ce week-end. Mais dans la préparation d'un tel événement on doit rester concentré sur l'essentiel, sur le jeu.''

Propos recueillis par Régis Aumont