Aller au contenu principal

COUBERTIN EN DANGER

NEWS

COUBERTIN EN DANGER
30 novembre 2019
30 novembre 2019

Invaincus à domicile en Ligue des champions depuis plus de cinq ans, les Parisiens tenteront d'étirer leur série dimanche contre Barcelone, la seule équipe à les avoir battus cette saison.

Il faut remonter au 16 novembre 2014, et une confrontation avec les Allemands de Kiel (25-27), pour trouver trace de la dernière défaite du PSG à domicile en Ligue des champions. Ce n'était d'ailleurs pas à Coubertin, où les Parisiens ont élu domicile depuis quatre saisons, mais dans la désuète Halle-Carpentier. Depuis, Paris, qui accueille Barcelone dimanche, règne en maître chez lui lorsqu'il s'agit des représentations européennes. Quarante-et-un matchs qu'ils n'ont plus perdu dans la salle du 16ème arrondissement. Une série en cours ponctuée de 37 victoires et 4 matchs nuls. Il y a deux semaines, face à Flensburg (32-30), les partenaires de Nikola Karabatic ont même gagné pour la treizième fois de suite à la maison sur la scène de la reine des coupes d'Europe.

Toutes compétitions confondues, le PSG n'y a plus perdu depuis 56 matchs. Nantes, en juin 2017, est la dernière équipe à s'y être imposée (37-38), lors d'un match de Lidl Starligue de fin de saison. Inutile de dire que Coubertin fait peur. Barcelone, Veszprem, Kielce, Szeged, les meilleures équipes d'Europe s'y sont cassé les dents. Transformée en petit chaudron lorsque les Ultras donnent de la voix, l'enceinte parisienne est devenue une forteresse imprenable. Son invincibilité sera toutefois en péril ce week-end lors du choc de la dixième journée qui opposera Paris à Barcelone.

La première place en jeu

Les Catalans sont les seuls à avoir dominé le PSG en vingt matchs cette saison. A l'aller voilà six semaines, privé de presque toute sa colonie scandinave (Hansen, Sagosen, Toft Hansen, Ekdahl du Rietz), le champion de France avait cédé malgré une belle résistance (36-32). La deuxième manche promet de belles étincelles. Les Blaugrana, tombés à Szeged en ouverture, restent sur huit succès consécutifs dans la compétition. Leur attaque de feu, avec plus de 35 buts marqués en moyenne après neuf rencontres, est un cauchemar pour toutes les défenses. Un secteur dans lequel les Parisiens font du bon boulot cette saison – moins de 27 buts de moyenne encaissés en Ligue des champions –, et qu'il faudra encore musclé pour ralentir les courses des joueurs de Xavier Pascual.

S'ils veulent se qualifier directement pour les quarts de finale, et aussi s'offrir deux week-ends de repos au printemps, les Parisiens n'ont en fait pas d'autre choix que de préserver leur invincibilité à domicile ce dimanche. Une défaite les mettrait à deux longueurs de leur rival espagnol avec en plus un match-average en leur défaveur. Avec encore un déplacement très périlleux à effectuer en début d'année prochaine à Szeged, équipe en embuscade derrière les deux géants, l'affaire deviendrait très compliquée. Toujours sans Nedim Remili (cheville) et Henrik Toft Hansen (commotion), le PSG espère pouvoir compter sur la magie de Coubertin pour renverser une montagne. Et prendre seul les commandes de son groupe avant une trêve de deux mois.

Par Régis Aumont