Aller au contenu principal

NEWS

NUL MAIS EXCELLENT
27 février 2020
27 février 2020

A l'issue d'un choc qui a tenu toutes ses promesses, le PSG a lâché son premier point en Lidl Starligue face à une équipe de Nantes qui a longtemps cru pouvoir rafler la mise (29-29).

Attendu de pied ferme par les Nantais, les Parisiens ont bien failli mordre la poussière pour la première fois de la saison en championnat. Mais, à l'issue d'un magnifique combat de gladiateurs, dans une arène, la H Arena, qui n'a rien à envier aux plus belles ambiances européennes, le "H" et le PSG se sont quittés sur un match nul (29-29) qui permet au premier de reprendre sa deuxième place abandonnée la veille à Nîmes et au second de conforter son fauteuil de leader après dix-sept journées. Alors, tout le monde est content ? Non, parce que Nantes, dominateur dans la première demi-heure, a longtemps cru pouvoir être la première équipe, et peut-être bien la dernière, à faire trébucher les stars parisiennes en Lidl Starligue. Les Violets ont même eu la balle de match mais Rodrigo Corrales a gagné son duel avec Nicolas Tournat alors qu'il restait trois secondes à jouer dans ce choc au sommet.

Avant cet arrêt décisif, qui permet aux Parisiens de conserver six points d'avance sur leur adversaire du soir, les Nantais ont à plusieurs reprises mis les quintuples champions de France en titre dans les cordes. Débordant d'énergie dès le coup d'envoi, les hommes d'Alberto Entrerrios ont vite montré aux visiteurs qu'ils allaient devoir jouer leur meilleur handball pour conserver leur invincibilité. Pas encore véritablement sortis des vestiaires, les joueurs de la capitale encaissaient quatre buts en trois minutes sans pouvoir répondre (4-0, 3ème). Le décor était planté. Quelques instants plus tard, Rock Feliho retombait sur Sander Sagosen sans oublier de signifier au Norvégien que rien ne lui serait donné ce soir. Mais le Scandinave, sans conteste le meilleur de son équipe, encaissait sans broncher avant de s'employer à maintenir le PSG à flots malgré vingt premières minutes de turbulences (14-10, 22ème). Dominé comme jamais cette saison par un club français, le PSG parvenait néanmoins à refaire son retard en fin de première période pour ne pointer qu'à un but au moment de rentrer aux vestiaires (16-15, MT).

Feliho : "Au moins ils ne gagneront pas tous leurs matchs de championnat"

On se dit alors que les Nantais, si séduisants et efficaces pour démarrer, avaient sans doute laissé passer leur chance. Un sentiment renforcé au début du second acte quand le défenseur Viran Morros se retrouvait à la conclusion d'une contre-attaque qui permettait à Paris de prendre l'avantage pour la première fois de la soirée (17-18, 35ème). "Nantes a très bien joué, surtout en début de match. Mais on a fait quelques réglages par la suite", se félicitait Rodrigo Corrales, sur beIN Sports, à la fin de la rencontre. Reste qu'avec quelques arrêts d'Emil Nielsen, entré au relais de Cyril Dumoulin à la pause, la puissance de Nicolas Tournat, la vitesse d'Olivier Nyokas et le sang-froid de Valero Rivera, Nantes reprenait le fil de son jeu. Et comme dans le camp d'en face Mikkel Hansen et Nedim Remili multipliaient les échecs au tir et les mauvais choix, le "H" était de nouveau en position de gagner (26-24, 50ème).

Mais les Nantais ont une nouvelle fois peiné en fin de période. En ne marquant pas pendant près de sept minutes, ils s'exposaient au retour des Parisiens, sauvés dans le money-time par la fougue de Luc Abalo et le sans-faute aux jets de 7 mètres de Sander Sagosen, par ailleurs auteur de 11 des 29 buts de son équipe. "On a eu ce dernier ballon..., soufflait Olivier Nyokas une fois le match terminé. On en a eu d'autres avant qu'on a un peu gâchés, mais c'est comme ça. On doit retenir ce point de pris." "On n'a rien à se reprocher, même si c'est forcément un sentiment mitigé, relevait pour sa part Rock Feliho. On a pris un point contre le PSG. Au moins ils ne gagneront pas tous leurs matchs de championnat." C'est effectivement l'une des informations de la soirée. Si ce résultat nul renforce évidemment leur première place, les Parisiens ne réussiront pas un inédit 26 sur 26. Mais ils peuvent encore terminer l'exercice sans perdre une seule fois.

JOURNÉE 17
Aix-en-Provence - Ivry 32-25
Créteil - Istres 27-26
Nîmes - Dunkerque 30-28
Toulouse - Chartres 29-33
Tremblay - Chambéry 29-27
Montpellier - Saint-Raphaël 35-34
Nantes - Paris 29-29

Par Régis Aumont