Aller au contenu principal
Made in Hand, Handball, LNH, Lidl Starligue, PSG, Luka Karabatic

KARABATIC : "LE PSG NE PEUT PAS FAIRE D'IMPASSE"

News

Par regisaumont
Mis à jour le lun 02/09/2019 - 15:30

KARABATIC : "LE PSG NE PEUT PAS FAIRE D'IMPASSE"

Devenu capitaine cet été, Luka Karabatic espère que le PSG poursuivra sur la lancée de sa précédente saison et que la réussite sera enfin au rendez-vous en Ligue des champions.

Comment vous-êtes vous retrouvé capitaine du Paris Saint-Germain ?
C'est un choix d'équipe, une décision d'équipe. On arrivait sur un nouveau cycle avec l'arrêt de "Titi" (Thierry Omeyer). Cela impliquait le choix d'un nouveau capitaine. On a fait un tour de table après quelques jours de préparation. J'étais prêt à le faire et j'ai été désigné par mes coéquipiers.

Qu'est-ce qui a fait que vous étiez prêt à vous engager ?
Parce que je fais partie des plus anciens de l'équipe, de ceux qui ont le plus d'expérience dans ce groupe. On a des leaders, avec "Niko" (Nikola Karabatic, avec "Mikky" (Mikkel Hansen), donc je suis certes capitaine mais on a des joueurs cadres qui sont encore là donc les responsabilités seront partagées.

Quelles sont les ambitions du PSG cette saison ?
Elles restent toujours les mêmes. On aura toujours la possibilité de remporter les compétitions dans lesquelles on sera engagées. Mais on sait qu'il y aura des grosses batailles à chaque fois, comme la saison dernière et comme celles d'avant.

"Notre marge de manœuvre est très faible"

Que faut-il faire pour remporter cette Ligue des champions ? Faut-il s'économiser par moments ?
Il faut avoir de la chance, un peu. De la réussite. Pas de blessures à certains moments clés de la saison. C'est très difficile de réussir dans toutes les compétitions. Mais quand tu es le Paris Saint-Germain tu ne peux pas faire d'impasse. On joue tous les matchs à fond, pour les gagner.

Quel sentiment vous a laissé la saison dernière ?
Le sentiment qu'on n'a jamais aussi bien joué je pense. Notre parcours en Lidl Starligue c'est quasiment un sans-faute. On a perdu un match, à Saint-Raphaël, trois jours après avoir fêté le titre de champion de France. On l'a remporté avec la manière. On est juste passé à travers un match en Ligue des champions (à Kielce, en quarts de finale aller, ndlr), le jour où il y avait tout contre nous. C'est paradoxal parce qu'on est passé à deux doigts de faire un exploit énorme sur le match retour. Il s'est passé quelque chose de spécial à Coubertin. Je pense qu'il faut que l'on continue dans la lancée de ce qu'on a fait l'année dernière. On débute une deuxième saison avec Raul (Gonzalez) et il y a déjà une méthode qui est connue des joueurs. Les choses vont aller plus vite. On sait comment il travaille, on a déjà des automatismes.

Avez-vous une marge sur la concurrence en Lidl Starligue ?
Je ne pense pas. On voit que la plupart des clubs se renforcent et que le niveau est extrêmement relevé. C'est difficile de jouer un peu partout à l'extérieur. Si on n'arrive pas à 100% dans la majorité des matchs on sait qu'on peut laisser des points. Notre marge de manœuvre est très faible, tout en sachant qu'on dispute la Ligue des champions en parallèle et que ça pompe beaucoup d'énergie. C'est difficile de jouer sur les deux tableaux même si on a plus ou moins bien réussi à le faire depuis le début.

Propos recueillis par Régis Aumont

retour aux news