Aller au contenu principal

PARIS A JOUÉ AVEC LE FEU

NEWS

PARIS A JOUÉ AVEC LE FEU
10 octobre 2019
10 octobre 2019

Malgré une frayeur en fin de match, le PSG s'est défait de Chambéry (32-29) jeudi soir et reprend ainsi seul les rênes de la Lidl Starligue après six journées.

Paris poursuit sa marche en avant sur la Lidl Starligue. Sous les acclamations des Ultras, qui redonnent de la voix à Coubertin après une courte grève en début de saison, les Parisiens ont signé face à Chambéry une sixième victoire consécutive (32-29). De nouveau seuls leaders, avec deux points de plus que Nantes et Aix, tout va pour le mieux pour les champions de France toujours invaincus après leurs dix premiers matchs toutes compétitions confondues. Même si la prestation jeudi soir a quelque peu laissé sur leur faim les joueurs de la capitale, à l'image d'un Kim Ekdahl du Rietz par ailleurs excellent. "Je retiens qu'on a gagné ce match mais je ne peux pas être content, analyse froidement le Suédois interrogé sur beIN Sports. On a raté des tirs, perdu des balles, on est resté trop passif en défense." L'ancien joueur de Rhein-Neckar a gardé en mémoire les vingt dernières minutes de la partie bafouillées par le PSG.

Dominateur en première période, après cinq premières minutes délicates (1-2, 5ème), Paris avait pris son envol dans le sillage de son arrière scandinave auteur des quatre premiers buts de son équipe (5-2, 10ème). Les Chambériens étaient bien en place mais souffraient alors de leur manque d'efficacité face au but et de celle de leurs gardiens. Yann Genty cédait d'ailleurs sa place après un quart d'heure et Julien Meyer réussissait le premier arrêt des visiteurs après...17 minutes ! Le match était lancé, et le PSG, alors en maîtrise, terminait la première période sur une merveille de kung-fu. En sortie de temps-mort, posé par Raul Gonzalez à seulement quatre secondes de la mi-temps, Nikola Karabatic délivrait une merveille de passe à Benoît Kounkoud qui, en haute altitude, se saisissait du ballon avant de l'expédier dans les filets. Si les images montraient que l'ailier gauche avait le pied en zone au moment de son appel, le but était bien accordé au PSG qui prenait quatre buts d'avance à la pause (19-15, MT).

Gérard : "C'est un peu agaçant"

Toujours appliqués au retour des vestiaires, les Rouge et Bleu, une nouvelle fois privés de Mikkel Hansen pas encore remis de sa commotion et de Sander Sagosen dont le retour s'effectuera après la trêve internationale, semblaient s'acheminer vers un succès tranquille quand Kim Ekdahl du Rietz inscrivait son huitième et...dernier but de la soirée (22-16, 36ème). Mais à partir de là, les partenaires de Nedim Remili, anormalement maladroit au tir dans le jeu (0/7), ont déjoué et remis leur adversaire dans le match. Venus sans pression à Paris, malgré un grand besoin de points, les Chambériens profitaient de la baisse de régime du PSG pour revenir à un petit but (26-25, 50ème). Romain Briffe pensait même ramener son équipe à hauteur à cinq minutes du terme mais sa tentative, effleurée par Vincent Gérard, trouvait la barre transversale (29-28, 56ème)...

Sans le savoir alors, les hommes d'Erick Mathé venaient de laisser passer leurs chances de ramener un petit quelque chose de leur déplacement le plus délicat de la saison. Les Parisiens se reprenaient dans le money-time pour éviter un scénario catastrophe et finalement s'imposer sur le même score que contre Nantes un mois plus tôt. "C'est un peu agaçant, rouspétait toutefois Vincent Gérard, lui aussi peu satisfait de la manière. Ce n'est pas la première fois qu'on a l'impression que le match est plié, et que l'adversaire revient bien et nous pousse dans nos derniers retranchements. On a été à +6 à un moment et puis finalement on doit puiser dans notre énergie. On aurait pu faire mieux et différemment pour éviter cela. On doit apprendre de ces situations pour franchir un nouveau palier." Après dix matchs et dix victoires, le PSG a donc encore une marge de progression.

JOURNEE 6
Aix-en-Provence - Dunkerque 27-24
Chartres - Istres 25-23
Créteil - Nantes 27-34
Toulouse - Nîmes 32-32
Tremblay - Ivry 23-31
Saint-Raphaël - Montpellier 29-29
Paris - Chambéry 32-29

Par Régis Aumont