Aller au contenu principal
Made in Hand, Handball, LNH, Lidl Starligue, USAM, MHB

MONTPELLIER, TÊTE DE DAUPHIN

News

Par regisaumont
Mis à jour le jeu 16/05/2019 - 23:00

MONTPELLIER, TÊTE DE DAUPHIN

Solide à Nîmes jeudi soir (24-25), les Montpellierains ont pris la main dans la course à la deuxième place de Lidl Starligue.

Le derby et la bonne affaire pour Montpellier. Mais il s'en est fallu d'un rien pour que les Héraultais ne gaspillent dans les toutes dernières minutes tout le bénéfice de leur très belle prestation réalisée à Nîmes jeudi soir. De +4 à deux minutes de la fin du match, les Héraultais sont passés à deux doigts de se faire rejoindre dans les ultimes secondes. Mais à 24-25, et en infériorité numérique suite au carton rouge de Mohamed Soussi, les Montpelléiarins ont fait front et, comme un symbole, c'est Michaël Guigou, le futur Nîmois, qui a provoqué le passage en force de Luc Tobie. Bien qu'étriqué, le succès du MHB ne peut souffrir d'aucune contestation tant les visiteurs, qui n'ont pas été menés une seule fois au Parnasse, ont dominé les débats.

Les hommes de Patrice Canayer ont construit leur victoire sur leur défense à plat qui a causé les pires difficultés aux Nîmois. Avec seulement 45% d'efficacité au tir et aucun but inscrit en contre-attaque dans la première demi-heure, les Gardois, habituellement si forts sur le jeu rapide, se sont heurtés à un bloc bien en place. L'écart à la pause (10-15, MT) reflétait bien la mainmise des Héraultais sur la rencontre. Et quand, suite à un 3-0 passé dès le retour des vestiaires, le score passait à 10-18 (36ème) alors la messe semblait être dite. On imaginait alors mal les joueurs locaux avoir la balle de match nul entre leurs mains une grosse vingtaine de minutes plus tard. Pourtant, par l'intermédiaire de Rémi Desbonnet, la Green Team allait sonner la révolte. Deux arrêts, une interception suivie d'une passe décisive, le gardien lançait enfin la machine nimoîse (13-18, 38ème).

Desbonnet sonne la révolte

Les Montpelliérains ne trouvaient plus les solutions en attaque et multipliaient les échecs devant le but. Nîmes revenait à -3 (17-20, 50ème) puis -2 (21-23, 57ème)... Chauffé à blanc, le chaudron du Parnasse poussait fort mais en l'espace de trente secondes, Mohamed Soussi puis Melvyn Richardson climatisaient la salle (21-25, 58ème). On pensait alors se diriger vers une fin de partie sans histoire. Ce ne fut pas le cas, mais malgré la folie des derniers instants le come-back des Nîmois restait incomplet. "Notre performance offensive n'est pas au niveau d'une telle rencontre, se plaignait Rémi Desbonnet, auteur de 12 parades, soit deux de moins que Vincent Gérard (14), devant les caméras de beIN Sports. En défense on était à l'heure mais on a connu trop d'échecs en attaque. Malgré cela on n'a rien lâché, c'est à l'image de notre saison, et on va se battre comme des chiens sur chaque match pour finir le plus haut possible."

Pour la deuxième place, cela semble très compromis pour l'USAM qui s'était relancée dans la course la semaine passée grâce à son succès à Nantes. Mais désormais à trois points de Montpellier, en plus d'un goal-average particulier défavorable, les joueurs de Franck Maurice, qui se rendront à Paris dans six jours, ne reverront sans doute pas leur imposant voisin. Des Montpelliérains désormais seuls deuxièmes et qui auront l'occasion de distancer définitivement Nantes jeudi prochain dans le choc de l'antépénultième journée de Lidl Starligue. "Si on gagne de quatre buts (Nantes s'était imposé 31-28 à l'aller, ndlr) les choses seront peut-être réglées", signifiait Michaël Guigou pour conclure. Le monument du MHB qui, en se sacrifiant sur la dernière action du derby, aura joué un vilain tour à ses futurs partenaires.

JOURNEE 23
Saint-Raphaël - Paris 33-31
Dunkerque - Chambéry 24-30
Nantes - Aix-en-Provence 28-29
Pontault-Combault - Cesson-Rennes 28-22
Toulouse - Istres 26-28
Tremblay - Ivry 28-27
Nîmes - Montpellier 24-25

Par Régis Aumont

retour aux news