Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

NANTES, C'EST FRAIS
12 octobre 2020
12 octobre 2020

Miné par les blessures depuis le début de saison, le ''H'' répond quand même présent, comme dimanche à Montpellier, avec une bande de jeunes joueurs épatants.

Vainqueur héroïque à Kiel (27-35) il y a trois semaines en Ligue des champions et toujours invaincu en Lidl Starligue après quatre rencontres, Nantes a plutôt bien réussi son début de saison. On en oublierait presque que le club du président Gaël Pelletier paie actuellement un très lourd tribut aux blessures. Dimanche, à Montpellier, les Nantais se sont une nouvelle fois présentés très amoindris, ce qui ne les a pas empêchés de repartir avec un match nul (27-27). En quittant Bougnol, c'est même la déception qui ressortait le plus des vestiaires. ''Un point avant le match, je l'aurais pris, constatait l'entraîneur Alberto Entrerrios. Mais quand on a un +3 à quelques minutes de la fin, c'est rageant.'' Car malgré les nombreuses absences (Minne, Nyokas, Ovnicek, Cavalcanti), le forfait de dernière minute d'Eduardo Gurbindo, encore tracassé par son genou, et un Valero Rivera amoindri, les Nantais ont d'abord résisté, avant de bousculer des Montpelliérains au bord de la rupture au cœur de la seconde période.

Pourtant, au coup d'envoi, face à un rival à qui il ne manquait qu'un seul joueur (Fredric Pettersson), Nantes alignait un sept tout frais. Les jeunes Thibaud Briet (20 ans) et Lucas De La Bretèche (18 ans) accompagnaient le ''vieux'' (40 ans) Kiril Lazaov sur la ligne arrière quand Dragan Pechmalbec (24 ans) débutait au pivot et Sebastian Augustinussen (24 ans) sur l'aile droite. Sur le papier, ce choc aurait pu sembler déséquilibré. Surtout que les Héraultais avaient encore en travers de la gorge la défaite concédée au même endroit juste avant les fêtes l'année dernière. Mais, comme ils l'avaient déjà fait en coupe d'Europe, y compris lors des défaites contre Veszprem ou Barcelone, ou pas plus tard que mercredi devant Toulouse en championnat, les Violets ont une nouvelle fois fait admirer la profondeur de leur effectif.

Briet, la grande révélation

Les jeunes pousses nantaises ont encore répondu présent. A commencer par Thibaud Briet, la grande révélation de ce début de saison. L'arrière gauche au physique de basketteur (2m05 ; 95 kilos) s'est révélé être un poison pour la défense héraultaise. Ses tirs lointains ont fait mouche à six reprises, avec une belle efficacité (75%), dont l'un est venu nettoyer la lucarne de Marin Sego et refroidir l'assistance. Déjà auteur de 20 buts en quatre matchs, le néo-pro, qui avait essentiellement disputé des petits bouts de match la saison dernière, a pris une dimension inattendue en même pas un mois. Et si le club tient à préserver sa nouvelle pépite, extrêmement sollicitée ces derniers jours, elle ne pourra pas la couver éternellement. Il sera d'ailleurs intéressant de voir quelle sera la hiérarchie sur le poste d'arrière gauche lorsque Alexandre Cavalcanti, blessé au pied au premier jour de la préparation, et Olivier Nyokas seront de retour.

Lui aussi passé professionnel cet été, Baptiste Damatrin n'est pas autant exposé en ce moment que son ancien partenaire du centre de formation. Mais l'ailier gauche, né en 2000, ne s'est pas défilé lors de son entrée en jeu hier (2 buts à 100%). Passé n°2 dans la hiérarchie derrière Valero Rivera après le départ de Julian Emonet, celui qui a commencé le hand du côté de Créteil aura sans doute des occasions de montrer son fort potentiel durant cette saison à rallonges. Cette chance, Alberto Entrerrios est en train de la donner au teenager Lucas De La Bretèche. A 18 ans, et sans aucune expérience en Lidl Starligue il y a encore un mois, le demi-centre profite de l'absence d'Aymeric Minne pour pointer le bout de son nez. A Montpellier, où Rok Ovnicek faisait également défaut, De La Bretèche a été lancé dans le grand bain pour la deuxième fois de la semaine pour diriger l'attaque nantaise. Malgré un manque certain d'expérience, il a montré une assurance déconcertante pour son âge. Dans une rencontre de haut niveau et ô combien importante pour les deux équipes, les jeunes pousses du ''H'', dont fait aussi partie Matteo Fadhuile (18 ans) entré en fin de match, ont montré qu'elles en avaient dans le ventre. Avec elles, Nantes se prépare un bel avenir. 

Par Régis Aumont