Aller au contenu principal

NANTES FAIT CHUTER LE PSG !

MADE IN HAND TV

NEWS

NANTES FAIT CHUTER LE PSG !
25 avril 2021
25 avril 2021

Les Nantais ont réussi une performance majuscule dimanche à Coubertin pour mettre fin à l'invincibilité record du PSG cette saison en Lidl Starligue (24-25). 

Après vingt-deux victoires consécutives - un nouveau record en la matière pour débuter une saison de Lidl Starligue -, les Parisiens ont mordu la poussière, dimanche, dans leur antre de Coubertin. La faute à une équipe de Nantes combattante, généreuse, et même héroïque en fin de match pour conserver un court avantage (24-25) et réussir l'exploit de mettre fin à la série du PSG, tellement dominateur depuis le début de l'exercice. Des Parisiens qui n'avaient d'ailleurs plus perdu en championnat depuis...43 rencontres ! Mais les partenaires de Luka Karabatic ont perdu le combat physique face à des Nantais pourtant privés de Rock Feliho, leur chef de défense. Mais la relève, Dragan Pechmalbec en tête, a pris la suite pour mettre en échec une attaque qui tourne habituellement à près de 36 buts par match.

Les champions de France étaient pourtant bien entrés dans ce choc de la vingt-quatrième journée, déroulant leur handball comme d'accoutumée. Au quart d'heure de jeu, les hommes de Raul Gonzalez avaient déjà trouvé le chemin des filets à neuf reprises et l'écart affichait +4 (9-5, 15ème).  "On s'est fait avoir par le tempo au début du match, dira après coup Dragan Pechmalbec devant les caméras de beIN Sports. Et on s'est fait punir." Mais les Violets, en blanc cet après-midi, ont su rectifier le tir. Et même si Vincent Gérard multipliait les prouesses dans le but parisien - 12 arrêts à 48% dans la première demi-heure -, les visiteurs haussaient soudainement le ton. Paris ne marquait plus un but, à l'image de Mikkel Hansen et Nedim Remili, muets en première période. Nantes passait un 5-0 au PSG en huit minutes et prenait les commandes de la partie (9-10, 23ème). Plus jamais les joueurs de la capitale, encore menés d'un but à la pause (12-13, MT), n'allaient reprendre le score.

Des Parisiens limités à 48% d'efficacité au tir 

Car si Vincent Gérard s'était mis en valeur lors du premier acte, le deuxième allait appartenir à Emil Nielsen. Le dernier rempart du "H" parvenait à écoeurer tous les tireurs parisiens, à commencer par les ailiers, habituellement si efficaces et limités cette fois à seulement deux buts, tous signés Dylan Nahi. L'armada parisienne, qui tourne en moyenne à 65% d'efficacité au tir, n'a pas réussi à convertir un tir sur deux (48%). La faute au talent du gardien danois, crédité de 15 parades, mais aussi au collectif nantais tout entier qui a su se surpasser pour défendre sa cage. Les hommes d'Alberto Entrerrios ont compté eux aussi jusqu'à quatre buts d'avance, et ce à deux reprises (14-18, 40ème et 21-25, 55ème). Ils ont toutefois dû s'arracher jusqu'au bout, quand les Parisiens ont jeté leurs dernières forces dans la bataille. Mais en conservant le ballon à la limite du refus de jeu sur la dernière possession, ils ont réussi à conserver l'essentiel, une victoire qui marquera évidemment cette saison si particulière.

Alors que Paris n'a pas trop de souci à se faire pour sa première place, Montpellier, relégué à six longueurs du leader avec un match de moins, aurait sans doute préféré une autre issue pour ce choc. Nantes, qui comme le disait Dragan Pechmalbec "peut battre les meilleurs dans un grand jour", n'a en effet pas dit son dernier mot dans la lutte pour la deuxième place synonyme de participation à la prochaine Ligue des champions. S'ils accusent un retard de cinq points sur les Héraultais, les Nantais vont aborder la trêve internationale le moral gonflé à bloc. Et ils savent très bien qu'ils accueilleront leur rival montpelliérain à l'occasion de la dernière journée au tout début du mois de juin...

JOURNÉE 24
Chambéry- Istres 30-21
Montpellier - Tremblay 34-22
Nîmes - Cesson-Rennes 29-27
Toulouse - Saint-Raphaël 32-27
Ivry-Aix 23-22
Dunkerque - Chartres 28-29
Paris - Nantes 24-25
Créteil - Limoges le 26/05

Régis Aumont