Aller au contenu principal

PROFIL CLUB

NEWS

A CHACUN SA STAR
24 janvier 2020
24 janvier 2020

Ils sont les fers de lance de la Norvège, de l'Espagne, de la Slovénie et de la Croatie en lice vendredi lors des demi-finales de l'Euro à Stockholm. De leur rendement dépendra sans doute la performance de leur équipe.

SANDER SAGOSEN (NORVÈGE)
Il est la star de la Norvège mais aussi de ce championnat d'Europe en partie disputé chez lui. Même à Malmö, où les vice-champions du monde ont disputé leurs matchs du tour principal, Sander Sagosen était celui que tout le monde voulait voir. Il faut dire que le Parisien éclabousse de toute sa classe un Euro dont il est le meilleur réalisateur (51) et le meilleur passeur (39). A 24 ans, il est plus que jamais le patron de sa sélection, toujours en quête d'un premier titre sur la scène internationale. Laissé au repos face aux Slovènes mercredi, le futur arrière de Kiel devrait attaquer ce Final Four avec un surplus de fraîcheur. Avec un Sagosen au sommet de son art, les Norvégiens, les seuls à avoir gagné leur sept matchs dans le tournoi, peuvent rêver à la consécration dimanche.

Matchs joués : 6
Temps de jeu : 3h59
Buts : 51
Passes décisives : 39

ALEX DUJSHEBAEV (ESPAGNE)
L'Espagne ne dépend pas d'un joueur en particulier et c'est sans doute ce qui fait sa force. Son collectif, parfaitement bien huilé, permet à ses individualités de briller plus que l'inverse. Alex Dujshebaev en est néanmoins le joueur le plus décisif sur ce championnat d'Europe, aussi bien à la finition (29 buts) qu'à la création (25 passes décisives). Le talentueux gaucher, fils du génial Talant Dujshebaev qui le coache à longueur d'année à Kielce, peut faire la différence à tout moment. Très difficile à arrêter une fois lancé, le puissant arrière droit (1m87 ; 94 kilos) est capable de transpercer n'importe quelle défense. Et s'il connaît un jour sans sur cette fin d'Euro, le joueur de 27 ans sait qu'il pourra compter sur ses partenaires, au premier rang desquels les expérimentés Jorge Maqueda ou Raul Entrerrios.

Matchs joués : 7
Temps de jeu : 3h12
Buts : 29
Passes décisives : 25

JURE DOLENEC (SLOVÉNIE)
Il n'est pas le plus démonstratif, sur et en dehors du terrain. Mais Jure Dolenec est bien un leader au sein d'une équipe pas forcément attendue à pareille fête en ce mois de janvier. L'ancien montpelliérain, déjà crédité de 32 buts sur ce championnat d'Europe, possède une excellente technique à l'instar de nombreux joueurs slovènes. Sa finesse, sa faculté à effacer un défenseur dans un tout petit périmètre, son sens du jeu, sont ses principaux atouts. L'arrière droit, dont le rôle en sélection est bien plus important que celui qu'il tient à Barcelone depuis trois ans, marque d'ailleurs plus jusque-là des six mètres (10 buts) que des neuf mètres (7). Contre les Espagnols en demi-finales, il va croiser de nombreux visages connus et nul doute qu'il sera surveillé comme le lait sur le feu.

Matchs joués : 6
Temps de jeu : 3h44
Buts : 32
Passes décisives : 16

LUKA CINDRIC (CROATIE)
En Croatie, les talents foisonnent depuis toujours. Domagj Duvnjak ou Igor Karacic sont excellents depuis le début du championnat d'Europe. Mais la sélection de Lino Cervar compte dans ses rangs un magicien, Luka Cindric, capable de gestes dont lui seul a le secret pour déstabiliser toute une défense. L'ancien chef d'orchestre du Vardar Skopje, avec qui il a remporté une Ligue des champions (2017), est un meneur de jeu à l'ancienne. Véritable organisateur de l'attaque croate, grande adepte du jeu placé, le néo-Barcelonais, a cumulé 20 buts et 20 passes décisives dans la compétition. Le lutin d'Ogulin (1m82), dispensé des sombres tâches défensives, est prêt à livrer vendredi un duel très attendu avec Sander Sagosen, Dans un style très différent de celui du Norvégien mais également très efficace.

Matchs joués : 7
Temps de jeu : 3h08
Buts : 20
Passes décisives : 20

Par Régis Aumont