Aller au contenu principal

FORCÉMENT REVANCHARDS

NEWS

FORCÉMENT REVANCHARDS
13 septembre 2019
13 septembre 2019

Vexés par leur parcours la saison passée, Paris et Montpellier retrouvent la Ligue des champions ce week-end avec la ferme intention de se racheter.

Paris : retrouver Cologne
La cicatrice de Kielce à peine refermée que le Paris Saint-Germain va entamer, samedi à Zagreb, une nouvelle campagne européenne. L'élimination en quarts de finale la saison passée fut un cuisant échec pour le club de la capitale auteur avant ce couac d'un parcours quasi sans-faute. Hyper favori de son duel face aux Polonais, le PSG avait littéralement sombré à l'aller (34-24). L'élimination, une semaine plus tard, avait été d'autant plus difficile à accepter que la remontada à Coubertin avait failli aboutir (35-26). Quatre mois après cette sortie par la petite porte, pour une équipe taillée pour gagner cette Ligue des champions, les Parisiens reviennent déterminés. ''Il n'y a pas de fantôme'', confiait Nedim Remili cette semaine après la victoire devant Nantes. ''Mais pour la gagner, il faudra de la chance, de la réussite, comme ne pas avoir de blessés aux moments clés de la saison'', renchérit son nouveau capitaine, Luka Karabatic.

Dans un groupe plus relevé que celui de la saison passée, où les hommes de Raul Gonzalez retrouveront tout de même quatre équipes sur sept (Szeged, Flensburg, Zagreb, Celje), les champions de France chasseront encore la première place pour éviter les huitièmes de finale et pouvoir souffler deux week-ends au printemps. Mais Barcelone, l'un des autres épouvantails de la compétition avec Veszprem, ne l'entend pas de cette oreille. Les face-à-face avec les Catalans, le 12 octobre en Espagne et le 1er décembre à Paris, pourraient décider de l'issue de ce groupe même si les deux favoris devront éviter les nombreux pièges placés sur leur route. L'objectif majeur pour le PSG est évidemment de retrouver Cologne où le Final Four, qu'il a fréquenté entre 2016 et 2018, redistribue complètement les cartes depuis quelques années.

Groupe A : Barcelone (ESP), Paris (FRA), Szeged (HON), Flensburg (ALL), Zagreb (CRO), Celje (SLO), Aalborg (DAN), Elverum (NOR)

Montpellier : sortir des poules
Champion d'Europe en 2018, éliminé en poules neuf mois plus tard. La trajectoire de Montpellier est unique pusique jamais un tenant du titre n'avait été éliminé avant la phase finale la saison suivante. Certes le MHB avait hérité d'un groupe extrêmement difficile, mais avec seulement trois victoires au compteur le parcours des Héraultais s'était résumé à un long chemin de croix. Comme Paris, Montpellier a hérité de quatre équipes déjà affrontées la saison dernière, et pas les moins fortes : le Vardar, Veszprem, Kielce et Meshkov. Avec Kiel en plus, une équipe allemande en quête de sa gloire passé, la route de la qualification pour les huitièmes de finale s'annonce encore une fois sinueuse. Mais c'est bien l'objectif du MHB à l'heure de commencer, samedi, par la réception de son successeur au palmarès, le Vardar Skopje.

''Nous n'allons pas refaire la même erreur de regarder les adversaires les plus prestigieux de la poule, nous révélait fin août Valentin Porte. On va dire qu'il y a quatre équipes au-dessus de nous et qu'il faudra surtout se focaliser sur nos confrontations avec les trois autres (Meshkov, Porto, Zaporozhye)'', confiait le capitaine. Très remaniée, l'équipe de Patrice Canayer, battue lors de deux de ses trois pemiers matchs officiels (contre Paris et Nîmes), jouera gros dès la deuxième journée à Meshkov, le club qui lui avait barré la route de la phase finale au mois de mars. Un match déjà capital avant de défier à la suite Vesprem, Kielce et Kiel...

Groupe B : Vardar (MAC), Veszprem (HON), Kielce (POL), Kiel (ALL), Meshkov (BLR), Montpellier (FRA), Zaporozhye (UKR), Porto (POR)

Par Régis Aumont