Aller au contenu principal

PARIS FAIT LE GRAND ÉCART

NEWS

PARIS FAIT LE GRAND ÉCART
14 novembre 2019
14 novembre 2019

Le PSG a outrageusement dominé le choc au sommet face à Montpellier (35-30) et s'envole en tête de la Lidl Starligue après neuf journées.

Après neuf journées, soit un tiers du championnat de France, peut-on déjà dire que le Paris Saint-Germain sera champion de France au printemps prochain ? La question mérite d'être posée tant les Parisiens dominent la Lidl Starligue de la tête et des épaules. Jeudi soir, dans ce qui constituait le choc entre les deux meilleures équipes de France, Paris et Montpellier, les joueurs de la capitale ont survolé les débats (35-30) pour décrocher leur neuvième victoire et prendre six points d'avance sur leur principal rival, rejoint au classement par Nantes, Nîmes, Aix et Toulouse. Au-delà de l'aspect comptable, certes très favorable à une équipe qui possède désormais trois jokers, c'est la manière avec laquelle le PSG a maîtrisé les débats qui laisse peu de place au suspense.

Sur un rythme endiablé, au diapason des chants des Ultras de retour dans les travées de Coubertin, les partenaires de Nikola Karabatic ont mordu dans la rencontre à pleines dents. Et les Montpelliérains, venus avec l'ambition de rivaliser et, pourquoi pas, mettre fin à l'invincibilité de 53 matchs sans défaite des Parisiens dans leur antre, ont très vite explosé (8-3, 11ème). La première période s'est même transformée en calvaire pour les Héraultais, incapables de contenir les assauts adverses et notamment les accélérations du vétéran (40 ans) Gudjon Valur Sigurdsson, auteur de sept buts dans la première demi-heure avant de céder sa place. L'avance des locaux est monté jusqu'à +8 (19-11, 26ème) avant que Gilberto Duarte ne sorte de sa torpeur pour rendre la note un petit peu moins salée à la pause pour le MHB (20-15, MT).

Montpellier n'a pas voulu lâcher

C'est ce même Duarte qui ramenait même Montpellier à -4 en tout début de seconde période (20-16, 32ème). Mais malgré toute leur volonté, et le retour aux affaires de Melvyn Richardson, qui a retrouvé le terrain pour la première fois depuis le début du mois d'octobre après avoir été opéré d'un doigt, les Montpelliérains n'avaient pas les armes pour contrer la superpuissance parisienne. Eux aussi avec un effectif au complet, dans un mois de novembre éprouvant pour les organismes avec pas moins de neuf matchs au programme des deux équipes, les hommes de Raul Gonzalez ont géré l'opposition à leur main (29-22, 45ème). Les visiteurs ont vite compris que la victoire ne leur serait pas accessible et qu'il fallait surtout éviter de repartir avec les valises trop pleines.

Chose réussie tant les vingt premières minutes de la partie avait laissé craindre le pire pour Valentin Porte et ses équipiers qui se sont accrochés jusqu'au bout pour éviter un gros éclat. Mais ils le savent désormais, leur championnat sera celui de la deuxième place, l'objectif du début de saison, avec de nombreux concurrents aux dents longues appâtés par la nouvelle formule de la Ligue des champions l'an prochain. Paris, de son côté, va pouvoir venir en Lidl Starligue et continuer de tout donner sur les autres tableaux. Sur la scène européenne bien sûr, mais aussi nationale avec la Coupe de la Ligue où ils retrouveront justement Montpellier dans trois semaines. Au même endroit. Pour un même résultat ?

JOURNÉE 9
Aix - Créteil 28-23
Chartres - Saint-Raphaël 29-33
Istres - Dunkerque 26-30
Ivry - Nantes 26-32
Tremblay - Nîmes 28-34
Chambéry - Toulouse 24-25
Paris - Montpellier 35-30

Par Régis Aumont, à Coubertin