Aller au contenu principal

LA JOURNÉE DÉCHIFFRÉE

NEWS

LA JOURNÉE DÉCHIFFRÉE
4 octobre 2019
4 octobre 2019

Comme à l'issue de chaque épisode de Lidl Starligue cette saison, nous vous proposons un retour sur les chiffres marquants de la cinquième journée.

22, vla Nielsen !
Le phénomène Emil Nielsen a frappé très fort face à Tremblay. Le gardien danois a littéralement écoeuré les tireurs de la Yellow and black army en effectuant la bagatelle de 22 arrêts, le nouveau record de la saison, et ainsi mis les Nantais sur les rails d'un succès tranquille (39-20). Déjà à son avantage lors de ses trois premiers matchs de Lidl Starligue – il était resté sur le banc la semaine dernière à Chartres -, l'ancien joueur de Skjern a réussi la prouesse rare de terminer avec plus de 50% d'efficacité. Mieux que cela, c'est carrément 56% des tentatives tremblaysiennes que Nielsen a repoussé. Impressionnant.

Un Nielsen peut en cacher un autre
Si le gardien de Nantes a donc réussi une performance majuscule cette semaine, ce n'est pas le seul Nielsen à avoir crevé l'écran. Aucun lien de parenté entre Emil et Rasmus, l'ailier d'Istres, euphorique face à Créteil (32-30). Le Danois, arrivé en Provence cet été, a marqué 13 buts et a du coup établi le nouveau record de la saison. Et dire qu'une semaine plus tôt, à Aix-en-Provence, le gaucher avait fini fanny...

Ballons égarés...
Si le suspense a rendu la partie haletante jusqu'au bout, le duel entre Toulouse et Aix-en-Provence n'a pas toujours atteint des sommets de jeu. Statistique la plus révélatrice des atermoiements des deux équipes : les 29 ballons perdus, soit près d'un turnover toutes les deux minutes. Si le Fénix s'en est un tout petit peu mieux tiré que le PAUC (13 contre 16), il n'y a rien eu d'illogique à ce qu'aucun des deux clubs ne repartent avec la victoire (27-27).

Paris 10/10
Le Paris Saint-Germain a bien négocié son déplacment à Nîmes (28-31) où il a décroché sa cinquième victoire en autant de matchs de Lidl Starligue. Les quintuples champions de France, les seuls à avoir fait le plein de points, sont partis encore plus forts que la saison passée. Il y a un an, les Parisiens avaient lâché un point lors de la quatrième levée, un match nul concédé...au Parnasse.

Saint-Raphaël se pénalise
Dans le dur en ce début de saison, avec un compteur toujours bloqué à zéro point après la défaite concédée à Dunkerque (27-25), Saint-Raphaël s'est un petit peu tiré une balle dans le pied dans le Nord en commettant beaucoup trop de fautes. Sanctionnés de deux minutes à neuf reprises, les partenaires d'Adrien Dipanda ont donc passé près d'un tiers de la rencontre en infériorité numérique. Enfin pas tout à fait puisque les Dunkerquois, aussi, ont souvent évolué à six (6x2 minutes). Les frères Gasmi, arbitres internationaux, ont beaucoup joué du sifflet.

Par Régis Aumont