Aller au contenu principal

UN CAUCHEMAR...

NEWS

UN CAUCHEMAR...
10 janvier 2020
10 janvier 2020

Surprise par le Portugal (25-28) ce vendredi pour son premier match de l'Euro, l'équipe de France devra impérativement battre la Norvège, chez elle dans deux jours, pour rester en vie.

"Le pire scénario." Ludovic Fabregas a tout résumé quelques minutes après le K.O. reçu par l'équipe de France, battue par le Portugal (25-28), vendredi soir, lors de son premier match dans l'Euro 2020. Le pire scénario parce que les Français, dans cette nouvelle formule avec désormais 24 nations et des poules dont seules les deux premières équipes accéderont au tour principal, sont déjà dos au mur. Une deuxième défaite dimanche contre la Norvège, soutenue par tout un peuple, et les joueurs de Didier Dinart seraient éliminés avant même le début des choses sérieuses. A vrai dire, après la triste copie rendue face à une équipe portugaise qui a confirmé ses immenses progrès, un succès face aux vice-champions du monde dans quarante-huit heures relèverait de l'exploit.

A l'occasion de leur première sortie dans le Spektrum de Trondheim, rien n'a vraiment fonctionné pour les partenaires de Cédric Sorhaindo. Ils ont fait illusion une dizaine de minutes, dans le sillage d'un Dika Mem très bien entré dans la partie (6-3, 11ème). Mais la suite fut pénible, agrémentée d'un nombre incalculable d'erreurs, de pertes de balle en pagaille (13 au total), et l'interminable passage à vide de onze minutes en fin de première période illustrait bien les maux bleus. Entre les deux buts marqués par Nikola Karabatic, onze minutes ont défilé, onze minutes durant lesquelles les Lusitaniens ont pris le pouvoir en passant un 5-0 aux Français (9-12, 28ème). Heureusement, en marquant ses troisième et quatrième buts, Nikola Karabatic permettait à son équipe de se rapprocher au moment de rejoindre les vestiaires (11-12, MT).

Fabregas : "Une belle claque"

Les premiers instants de la seconde période, marqués par une entrée fracassante de Melvyn Richardson - auteur de trois buts - ont donné l'impression que les Bleus pouvaient se sortir du piège (16-15, 39ème). Mais il s'est en fait refermé sur eux au fil des minutes, Bien trop empruntés et prévisibles en attaque, pas vraiment aidés par leurs gardiens, même si Yann Genty a effectué quelques parades au relais d'un Vincent Gérard transparent, les Français ont cru au hold-up jusqu'à cinq minutes de la fin du match (25-25, 56ème). Mais le Portugal a repris l'ascendant dans le money-time, quand les Bleus, en double infériorité numérique pour finir après les exclusions de Ludovic Fabregas et Michaël Guigou, coinçaient littéralement, terminant la partie en encaissant les trois derniers buts.

"On était prévenus, soufflait, sur beIN Sports, un Cédric Sorhaindo sonné. On aurait dû faire preuve de plus maturité à certains moments... On n'a pas su les inquiéter." "Les Portugais étaient plus concentrés que nous dès le début, osait pour sa part Ludovic Fabregas, lequel a souffert face à Alexis Borges (3/3), comme toute la défense tricolore. Ce n'est pas un match très abouti. On a manqué de tirs de loin, d'un peu de confiance aussi peut-être, ce n'est jamais facile de débuter un tournoi, surtout un championnat d'Europe. On peut avoir des regrets. On se tire une balle dans le pied et on n'a plus le choix. On devra faire un sans-faute maintenant. C'est une belle claque." Une claque à laquelle les Français, déjà battus par cette même équipe neuf mois plus tôt à Guimaraes (27-33) lors des éliminatoires de cet Euro, ne s'attendaient pas. Les voilà condamné à réussir une immense performance dimanche contre les Norvégiens pour ne pas quitter l'Euro par la toute petite porte.

FRANCE - PORTUGAL : 25-28 (11-12)
Arbitres : Z. Sondors, R. Licis (LET)
Spektrum, Trondheim, 7507 spectateurs

France : Gérard (1 arrêt / 13 tirs), Genty (6 arrêts / 21 tirs) ; Rémili (1/3), Lagarde (4/5), Prandi (0/1), Richardson (3/4), Mem (5/9), Tournat, N. Karabatic (4/5), Grébille (0/2), Abalo (2/2), Sorhaindo (0/1), Guigou (2/3 dont 0/1 pén), Fabregas (4/5), Dipanda, Porte
Exclusions : Guigou (44’, 59’), Fabregas (58’)

Portugal : Quintana (9 arrêts / 29 tirs dont 1/1 pén), Gomes ; Portela (3/3), Ferraz (4/8), M. Martins, R. Silva (2/7), Salina (2/2), T. Rocha, Borges (3/3), Branquinho (5/5), Cavalcanti, Areia (1/1), Gomes (4/7), Antunes, Frade (1/1), Magalhaes (2/3)
Exclusions : Salina (7’), Borges (10’, 49’), Gomes (54’)

GROUPE D (Trondheim, Norvège)
Programme et résultats
10/01 (18h15) : France - Portugal 25-28
10/01 (20h30) : Norvège - Bosnie 32-26
12/01 (16h) : Portugal - Bosnie
12/01 (18h15) : France - Norvège
14/01 (18h15) : Bosnie - France
14/01 (20h30) : Portugal - Norvège

CLASSEMENT
1. Norvège 2 pts (+6), 2. Portugal 2 pts (+3), 3. France 0 pt (-3), 4. Bosnie 0 pt (-6)

Par Régis Aumont