Aller au contenu principal

UN COUAC POUR COMMENCER

NEWS

UN COUAC POUR COMMENCER
30 novembre 2019
30 novembre 2019

L'équipe de France a loupé son entrée dans le championnat du monde, samedi à Yamaga, en s'inclinant face à la Corée du Sud (27-29).

L'équipe de France rêvait d'une meilleure entrée en matière au Japon où débutait, samedi, le 24ème championnat du monde. Attendues au tournant après leurs titres mondiaux et européen ces deux dernières années, les Bleues n'ont pas répondu présent et sont tombées dans le piège coréen (27-29). Olivier Krumbholz craignait ce premier rendez-vous avec la Corée du Sud, une équipe aux caractéristiques bien différentes des standards européens, avec un jeu plus axé sur la rapidité que sur la puissance. Le sélectionneur n'a pu que constater depuis son banc qu'il avait raison de se méfier tant les Coréennes, bien plus vives, ont gêné les Françaises, trop peu précises en attaque pour espérer mieux lors de ce premier match à Yamaga.

"On a fait preuve de maladresse, notamment au tir où l'on a été trop stressé, reconnaissait Olivier Krumbholz sur beIN Sports. On a eu de bonnes périodes mais elles sont restées plus constantes. On n'a pas été dominateur en défense non plus. On a perdu trop de duels. Et puis on'a pas réussi à contrer Ryu qui est leur meilleure joueuse." Eun Hee Ryu, l'arrière droite (12 buts), en a fait voir de toutes les couleurs aux Tricolores, incapables d'arrêter le principal atout de la Corée du Sud qui aura su faire le dos rond en première période lors des rares temps-forts des Bleues (7-4, 13ème ; 12-9, 24ème). Après la pause, que l'équipe de France avait atteint avec un petit but d'avance (13-12, MT), la formation asiatique a fait preuve de plus de constance dans son jeu quand les partenaires d'Amandine Leynaud alternaient le bon et le mauvais. "C'est une équipe très dure à jouer, analysait la gardienne de but et capitaine. Elles ont besoin de beaucoup d'énergie dans ce qu'elles proposent et on savait que ce serait compliqué de les affronter en début de compétition."

Plus aucun joker

Les choses se sont en effet gâtées pour les Bleues en seconde période. Chaque perte de balle - 16 au total - se payait cash et la France, vraiment pas inspirée devant le but, voyait le score lui échapper (18-22, 44ème). Elle allait réagir dans un premier temps, sur la base d'un 4-0 qui donnait l'impression que les championnes du monde pouvaient encore se tirer de ce mauvais pas (22-22, 48ème). Mais une nouvelle panne d'efficacité allait définitivement les plomber, malgré l'entrée tranchante de la jeune Méline Nocandy (23-27, 55ème). "On est déjà un peu au pied du mur, confesse Olivier Krumbholz alors que le Brésil, également battu, se profile dans moins de vingt-quatre heures. Ce sera certainement un match au couteau. Tout peut encore arriver, on peut évidemment encore se qualifier, mais si on perd ce match-là on rentrera à la maison après le premier tour."

Dans un groupe relevé, où seulement les trois premières équipes se hisseront au tour principal, l'équipe de France a déjà utilisé son joker. Il lui faudra rebondir contre le Brésil bien-sûr mais peut-être aussi battre l'Allemagne et le Danemark la semaine prochaine pour conserver ses chances d'accéder au dernier carré du tournoi en cas de qualification. En espérant, également, que la Corée ne se qualifie pas pour ne pas garder trop longtemps cette défaite initiale collée aux basques.

PROGRAMME ET RÉSULTATS
J1 - 30/11 : Allemagne - Brésil 30-24, France - Corée 27-29, Danemark - Australie 37-12
J2 - 01/12 : Brésil - France (7h), Australie - Allemagne (10h), Corée - Danemark (12h30)
J3 - 03/12 : Corée - Brésil (7h), France - Australie (11h), Allemagne - Danemark (12h30)
J4 - 04/12 : Australie - Corée (7h), Allemagne - France (11h), Danemark - Brésil (12h30)
J5 - 06/12 : Brésil - Australie (7h), Allemagne - Corée (11h), France - Danemark (12h30)

CLASSEMENT
1. Danemark 2 pts (+25), 2. Allemagne 2 pts (+6), 3. Corée 2 pts (+2), 4. France 0 pt (-2), 5. Brésil 0 pt (-6), 6. Australie 0 pt (-25)

Par Régis Aumont