Aller au contenu principal

LA REVANCHE TANT ATTENDUE

MADE IN HAND TV

NEWS

LA REVANCHE TANT ATTENDUE
6 août 2021
6 août 2021

Cinq ans après, l'équipe de France a l'occasion de prendre sa revanche sur le Danemark en finale du tournoi olympique de Tokyo. (FFHandball/Iconsport)

Il y a cinq ans, le 21 août 2016, l'équipe de France, double tenante du titre, s'était avancée en favorite devant le Danemark en finale des Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Avec encore une belle ossature d'Experts (Omeyer, Narcisse, Karabatic, Guigou, Abalo, Sorhaindo...), les Français étaient à l'époque toujours la référence mondiale en matière de handball. Cela ne les avait pas empêché de s'incliner (26-28), dans un match qui ressemblait à un passage de témoins même si les Bleus allaient réussir à aller décrocher un titre supplémentaire un an plus tard, lors du Mondial organisé à la maison. Mais les Danois, après de longues années à devoir se satisfaire des places d'honneur, avaient bien pris l'ascendant et le confirmèrent en remportant les deux championnats du monde suivants, le dernier en début d'année en Egypte.

Au moment de se retrouver en finale olympique ce samedi à Tokyo, ce sont bien les partenaires de Mikkel Hansen, à six buts de devenir le recordman du nombre de buts inscrits lors d'un tournoi olympique - il en a marqué 52 jusque-là à Tokyo -, qui auront la pancarte dans le dos. L'équipe de France, elle, n'a plus gagné depuis quatre ans et a connu deux changements de sélectionneur lors de la dernière olympiade, passant sous les ordres de Claude Onesta à ceux de Didier Dinart puis Guillaume Gille. Elle a connu des moments difficiles, particulièrement lors de l'Euro 2020 dont l'échec retentissant a coûté la place à Didier Dinart. En ''reconstruction'', comme ils n'ont cessé de le répéter depuis la prise en mains de Guillaume Gille, les Tricolores avaient déjà montré du mieux en se classant quatrièmes du Mondial au mois de janvier. Ils ont encore affiché de gros progrès au Japon où ils ont gagné six de leur sept matchs, concédant leur seule défaite lors d'une rencontre sans enjeu contre les Norvégiens (29-32).

Les Bleus dégagent quelque chose de nouveau

De cette équipe se dégage désormais quelque chose de nouveau : une vraie force collective. Alors qu'ils étaient il n'y a pas encore si longtemps dépendants de quelques individualités, ou plutôt d'exploits individuels, les Français jouent aujourd'hui tous ensemble et ça change tout. Ajoutez à cela un Vincent Gérard performant dans sa cage, ce qui n'était pas toujours le cas lors des dernières compétitions, et les performances répétées des Bleus prennent tout leur sens. ''Je trouve que nous avons beaucoup de plaisir à évoluer ensemble, confiait Romain Lagarde après la victoire devant le Bahreïn (42-28) en quarts de finale. C'est vraiment top pour nous et du coup on joue mieux. La cohésion du groupe sur ces JO est vraiment top.'' Cornaqués par les anciens, les Guigou, Karabatic, Abalo en quête d'une troisième médaille d'or après celles de 2008 et 2012, ces Bleus revigorés, vainqueurs à Tokyo des mêmes Espagnols qui les avaient privés de podium mondial en début d'année, mais aussi de l'Egypte, en pleine ascension, ne doivent pas se fixer de limites.

Evidémment, l'obstacle danois ne sera pas simple à franchir. Les Français s'étaient d'ailleurs inclinés assez sèchement (28-33) lors de leur dernier match de préparation il y a deux semaines et demie. Mais le visage de cette équipe de France a bien changé depuis. Les victoires ont conforté les hommes de Guillaume Gille dans le fait qu'ils allaient dans la bonne direction. Ils ne sont maintenant plus qu'à soixante minutes d'un troisième titre olympique, bien moins attendu que ceux acquis lors de leur outrageuse domination sur le handball mondial. Ce qui lui donnerait une saveur encore plus particulière.

FINALE (heure française, pour l'heure locale il faut ajouter +7h)
France – Danemark samedi 14h

MATCH 3ème PLACE (heure française, pour l'heure locale il faut ajouter +7h)
Egypte – Espagne samedi 10h

Régis Aumont