Aller au contenu principal

PROFIL CLUB

NEWS

PORTUGAL, VALEUR MONTANTE
18 janvier 2020
18 janvier 2020

Toujours dans la course au dernier carré, la sélection lusitanienne est la belle surprise de ce championnat d'Europe.

L'écrasante victoire face à la Suède vendredi soir, 35 à 25, a sans doute fini de convaincre les derniers sceptiques. Pour son premier match du tour principal, le Portugal a climatisé la Malmö Arena sous les yeux d'une marée jaune sonnée par le récital des hommes de Paulo Pereira. Après avoir précipité la chute de l'équipe de France au tour préliminaire de ce championnat d'Europe, les Portugais ont accroché à leur tableau de chasse un autre candidat au podium désormais bien mal embarqué dans la course aux demi-finales. Les Lusitaniens, eux, peuvent toujours envisager le dernier carré, avant d'affronter l'Islande dimanche et de disputer ce qui sera peut-être un quart de finale déguisé contre la Slovénie en début de semaine prochaine.

Au milieu des traditionnels pays du handball, le Portugal détonne. Il n'avait plus disputé de grande compétition internationale depuis près de 15 ans lorsqu'il avait terminé avant-dernier (15ème) de l'Euro 2006 en Suisse. Les Portugais n'ont jamais fait mieux que 7ème à l'échelon continental (en 2000), 12ème d'un Mondial (2003) et ne comptent aucune participation aux Jeux olympiques. Mais depuis deux, trois ans, le handball lusitanien connaît une ascension fulgurante. A travers ses clubs pour commencer, notamment Porto, finaliste de la dernière coupe EHF et surprenant en Ligue des champions cette saison au point de gagner sur le terrain de Kiel et de Montpellier.

Pas de star mais un collectif parfaitement huilé

Sa sélection, majoritairement composée de joueurs de Porto, n'est pas en reste. Les Français l'ont appris à leur dépens le 11 avril 2019 lors de ce qui ressemblait à l'époque à un véritable fiasco. Sans réponse au jeu à 7 contre 6 proposé à outrance par leur adversaire, les joueurs de Didier Dinart avaient vécu un cauchemar à Guimaraes (33-27). S'ils s'étaient rattrapés trois jours plus tard à Strasbourg, toujours dans le cadre des éliminatoires de l'Euro, sur un score absolument pas révélateur de la résistance portugaise pendant les deux-tiers de la rencontre (33-24), les Bleus avaient assisté à l'éclosion d'une équipe. Arrivés neuf mois plus tard en Norvège sur la pointe des pieds, privés de l'une de leur pièce maîtresse, le Montpelliérain Gilberto Duarte, blessé, les Portugais ne font depuis que confirmer leur embellie.

S'ils ont cédé face à la Norvège (28-34) après avoir battu la France (28-25) et la Bosnie (27-24) lors de la première phase, les partenaires de l'ailier tremblaysien Pedro Portela, meilleur réalisateur de son équipe dans le tournoi (16 buts), ont donc de nouveau frappé un très grand coup vendredi soir contre la Suède. Sans star, mais avec un collectif parfaitement huilé, où chacun sait ce qu'il a à faire, le Portugal a encore montré qu'elle était une équipe difficile à manœuvrer et en pleine confiance. Il lui reste, pour franchir un nouveau palier, à montrer qu'elle peut tenir sur toute la durée d'un championnat d'Europe. Si c'est le cas, son meilleur résultat dans un Euro, qui date de 19 ans, risque de voler en éclats.

Par Régis Aumont