Aller au contenu principal

TOUJOURS EXPERTS

MADE IN HAND TV

NEWS

TOUJOURS EXPERTS
4 août 2021
4 août 2021

Nikola Karabatic, Michaël Guigou et Luc Abalo pourraient devenir face à l'Egypte les premiers handballeurs à se qualifier pour quatre finales olympiques. (FFHandball/Iconsport)

Ils sont les derniers rescapés de la générations des Experts, hégémonique sur le handball planétaire pendant une décennie avant de laisser petit à petit au compte-gouttes la place aux plus jeunes (à partir de 2015). Michaël Guigou (39 ans), Nikola Karabatic (37 ans) et Luc Abalo (36 ans) ont tout gagné aux cotés des Thierry Omeyer, Jérôme Fernandez, Didier Dinart, Bertrand et Guillaume Gille, Daniel Narcisse... Ils n'étaient que des gamins pétris de talent au début du mandat de Claude Onesta en 2001. Guigou et Karabatic portent le maillot bleu depuis 2002, Abalo les a rejoint trois ans plus tard. Ensemble ils ont empilé les titres, activement participé à la période dorée de l'équipe de France masculine et vu passer plusieurs générations de joueurs. En 2021 ils sont toujours là. Pour une dernière campagne internationale en ce qui concerne les deux ailiers, inséparables dès lors qu'ils se retrouvent en sélection. Avec les années les rôles de ces trois-là ont évolué. Jadis incontournables sur le terrain, ils ont laissé petit à petit les clés du jeu aux Dika Mem, Nedim Remili, Ludovic Fabregas...

A Tokyo, comme depuis la prise en mains de l'équipe par Guillaume Gille l'année dernière, Guigou, promu capitaine pour sa dernière année, et Abalo débutent les matchs avant de céder leur place à Hugo Descat et Valentin Porte au plus tard à la mi-temps. Karabatic, revenu de se grave blessure à un genou il y a seulement deux mois, avait pris l'habitude de jouer les jokers de luxe en sortie de banc. En quarts de finale mardi, il a commencé face au Bahreïn avec ses deux complices, le forfait de Timothey N'Guessan (mollet) ayant redistribué les cartes sur la base arrière. Si les jambes ne vont plus aussi vite qu'avant, leur expérience et leur science du jeu sciences du jeu font un bien fou aux Bleus. Et le staff semble avoir trouvé la bonne alchimie. ''Je trouve que nous avons beaucoup de plaisir à évoluer ensemble, confiait le nouvel entrant Romain Lagarde après la qualification pour le dernier carré. C'est vraiment top pour nous et du coup on joue mieux. La cohésion du groupe sur ces JO est vraiment top, c'est de bon augure pour la demie.''

Record de matchs aux JO pour Karabatic

Champions olympiques à Pékin (2008) et à Londres (2012), médaillés d'argent à Rio (2016), Guigou, Karabatic et Abalo auront l'opportunité jeudi de devenir les premiers handballeurs de l'histoire à disputer quatre finales olympiques. Pour cela les Français devront se défaire d'une redoutable équipe égyptienne, qui confirme au Japon sa montée en puissance amorcée lors de son Mondial en début d'année lorsqu'ils étaient passés à deux doigts se sortir le Danemark en quarts de finale. Vingt ans plus tôt les deux pays s'étaient déjà affrontés aux portes d'une finale, c'était lors du championnat du monde organisé et remporté par la France en 2001, un an donc avant les premiers pas internationaux de Guigou et Karabatic.

Face à une équipe moins habituée à ces très grands rendez-vous – l'Egypte disputera sa première demi-finale olympique -, l'apport des trois trois trentenaires sera une nouvelle fois précieuse. Karabatic est d'ailleurs devenu face au Bahreïn le nouveau recordman de rencontres disputées aux Jeux olympiques (36), effaçant des tablettes le légendaire gardien russe Andrey Lavrov (Guigou siège désormais à la troisième place devant Narcisse, Dinart, Omeyer et Guillaume Gille). Plus que jamais devenus les grands frères du groupe, Karabatic, Guigou et Abalo, respectivement auteurs de 16, 14 et 14 buts dans le tournoi, ne sont plus qu'à soixante minutes de marquer un petit peu plus encore l'histoire de leur sport. Une qualification pour la finale qui serait par ailleurs la première depuis le titre mondial de 2017, une éternité à l'échelle du handball français.

Demi-finales (heure française, pour l'heure locale ajouter +7h)
France – Egypte jeudi 10h
Danemark – Espagne jeudi 14h

Régis Aumont