Aller au contenu principal

MADE IN HAND TV

NEWS

LEYNAUD : "ON A RETROUVÉ DU PLAISIR"
5 décembre 2019
5 décembre 2019

Exemplaire depuis le début du championnat du monde, la gardienne de l'équipe de France s'attend à un gros combat face au Danemark, vendredi.

Comment s'est passée cette journée sans match, après cette belle victoire sur l'Allemagne et avant d'affronter le Danemark vendredi ?
On a récupéré ce matin (jeudi). On n'avait pas encore trop eu le temps de visiter depuis notre arrivée donc on est allées voir le jardin et le château de Kumamoto. Ça fait du bien de s'aérer la tête. L'après-midi on a eu une réunion puis un entraînement, axé sur la tactique par rapport au match qui nous attend contre les Danoises. Certaines joueuses, qui ont des petits bobos, sont restées aux soins.

Vous allez disputer un nouveau match couperet. On a l'impression que l'équipe de France n'est jamais meilleure que lorsqu'elle est dos au mur.
J'espère que cela se vérifiera et que tout se passera bien demain (vendredi). C'est un match décisif pour le Danemark également. Il faut s'attendre à une rencontre intense. L'équipe de France devra être au point, tactiquement et physiquement, et prête à un gros combat.

Quelle est la différence entre l'équipe des deux premiers matchs et celle des deux suivants ?
Le début a été compliqué. Beaucoup de monde a été surpris de nous voir perdre contre la Corée du Sud. Mais c'est une équipe difficile à manœuvrer, que l'on craignait, et qui a très bien joué. Elles ont un collectif génial. A l'issue de la rencontre, j'ai entendu dire que ça faisait un mois qu'elles préparaient ce match ! Après une défaite, il est parfois difficile de réagir tout de suite. Même s'il n'y a aucune honte à perdre contre la Corée. Sur les deux premiers matchs, on était un peu en dessous de notre niveau habituel. On a essayé de se concentrer sur nous-mêmes pour rebondir. Régler les petites choses qui n'allaient pas. Ça a fonctionné. On a retrouvé du plaisir à jouer. On a retrouvé notre défense aussi. Cela s'est vu contre l'Allemagne.

"La magie n'avait pas disparu"

Finalement, ce match qui semblait anodin contre l'Australie, n'a-t-il pas servi de déclic ?
Ce qui est sûr, c'est que l'on s'est montrées très sérieuses face aux Australiennes. Ce match a permis à certaines filles de se relancer, de retrouver des affinités dans le jeu. Mais ce que l'on a réussi à faire contre l'Allemagne n'est pas venu que de là. On a surtout mieux géré les moments importants, par rapport à ce que l'on avait fait face à la Corée et au Brésil. On a beaucoup mieux géré le money-time.

Est-ce que la magie, née de vos titres mondiaux et européen, n'avait-elle pas un petit peu disparu en début de compétition ?
Elle n'avait pas disparu. Le groupe vit toujours super bien. Mais perdre le premier match nous a fait mal. Il n'y a pas eu d'excès de confiance de notre part. On avait très envie de bien faire et de bien débuter. Après, il faut trouver comment réagir et ce n'est pas toujours facile. C'est humain de douter. La force de cette équipe a toujours été de se remettre au travail, de ne pas baisser les bras. On est sur la bonne voie.

Un petit mot sur votre première expérience en bleue en tant que capitaine ?
A vrai dire cela ne change pas grand-chose pour moi. J'ai toujours le même rôle qu'avant, en tant qu'ancienne, j'essaie de partager mon expérience auprès des plus jeunes. J'essaie de rester moi-même. J'espère que c'est ce que les filles attendaient de moi.

Propos recueillis par Régis Aumont