Aller au contenu principal

EN QUARTS ET EN BEAUTÉ

MADE IN HAND TV

NEWS

EN QUARTS ET EN BEAUTÉ
24 janvier 2021
24 janvier 2021

Enfin libérée, l'équipe de France a livré un récital face au Portugal (32-23) dimanche soir. La voilà qualifiée pour les quarts de finale du championnat du monde avec une confiance retrouvée.  

On a retrouvé l'équipe de France. Après un premier bon match contre la Norvège puis quatre copies assez imparfaites, les Français, malgré leur cinq victoires, n'avaient pas encore sorti le grand jeu dans ce Mondial égyptien. Ils l'ont fait, dimanche soir, lors de leurs retrouvailles avec les Portugais et une rencontre décisive pour assurer leur place en quarts de finale. Une prestation de haut vol, conclue sur un écart inattendu (32-23), qui a pour première conséquence d'envoyer la France, ainsi que la Norvège, dans le grand huit dans ce championnat du monde aux dépens du Portugal, clairement pas invité dans la salle du docteur Hassan Moustafa lors de cette dernière rencontre du tour principal. Le premier objectif des Bleus est donc rempli. Un an après le crash de l'Euro, ils sont de retour parmi les cadors, ce qui n'était pas gagné avant qu'ils ne posent les pieds en Egypte, surtout après leurs deux contre-performances face à la Serbie. Six matchs plus tard, et une invincibilité toujours d'actualité, les hommes de Guillaume Gille sont plus que jamais dans la course aux récompenses, même si le quart de finale, mercredi soir, sera à double tranchant.

Même si cela ne présage de rien, l'équipe de France l'aura préparé de la meilleure des façons contre le Portugal. "On a fait tout ça avec la manière", se réjouissait le capitaine Michaël Guigou sur beIN Sports. Si souvent poussif en attaque, les Bleus ont tout emporté sur leur passage. Il faut dire que Timothey N'Guessan, de retour après avoir soigné ses adducteurs, et Dika Mem, les complices de Barcelone, ont allumé plusieurs pétards dans le premier quart d'heure pour enflammer la rencontre. Les deux arrières, pas toujours en réussite depuis le début du tournoi, marquaient huit des neuf premiers buts des Bleus pour les mettre sur orbite (9-6, 15ème). La Seleçao n'avait sans doute pas prévu de voir les Français emballer autant la partie. Et la confiance gagnait les rangs tricolores, à l'image de cette merveille de passe dans le dos de Kentin Mahé pour Romain Lagarde, lequel soignait son entrée en jeu (11-7, 17ème).  L'écart de +4 à la mi-temps (16-12, 30ème) résumait bien la domination française et les Lusitaniens, dans l'obligation de vaincre pour chiper la deuxième place aux Norvégiens, faisaient déjà grise mine au moment de rejoindre les vestiaires.

Descat parachève le chef d'oeuvre 

Qualifiés à 99% avec cette avance, les Français auraient pu connaître un relâchement en seconde période. Il n'en fut rien. Au contraire. Et comme Vincent Gérard montait en températures dans sa cage, l'écart ne cessait de grimper (22-16, 42ème). Il allait culminer jusqu'à dix buts, après une nouvelle réalisation de Hugo Descat (27-17, 51ème). Entré à la pause, l'ailier montpelliérain a fait admirer ses qualités de finisseur (8 buts à 80%) pour parachever le chef-d'oeuvre des Tricolores. "On avait à coeur aujourd'hui de faire un très gros match et on l'a fait", se réjouissait celui qui dispute sa première grande compétition internationale. Assurément, l'équipe de France de l'ère Guillaume Gille tient désormais son match référence. Les Portugais, si séduisants jusque-là, n'ont pas existé pendant une heure. "On a fait un match plein face à une équipe qui jouait son avenir dans la compétition, relevait le sélectionneur. C'est une grosse satisfaction d'avoir pu livrer un tel combat. C'est une très belle réussite mais il y a encore beaucoup de travail et de défis qui nous attendent."

Les Français pensent déjà à la suite. Elle s'écrira mercredi contre l'Espagne ou la Hongrie (les deux équipes s'affrontent lundi avec comme enjeu la première place de leur groupe, ndlr). "Ce match va nous donner plus de confiance et de certitudes, poursuivait Guillaume Gille. Mais il faudra pouvoir le refaire dans trois jours." Quel que soit l'adversaire, le double champion d'Europe espagnole ou la belle surprise hongroise, l'équipe de France devra rééditer ce genre de grand match pour pousser les portes du dernier carré. Mais dimanche soir, elle a montré ce qu'elle était encore capable de faire. Et ça donne beaucoup d'espoir. 

J1 : Suisse - Islande 20-18, France – Algérie 29-26, Portugal - Norvège 28-29
J2 : Suisse - Portugal 29-33, Islande – France 26-28, Norvège - Algérie 36-23
J3 : Algérie - Suisse 24-27, Islande - Norvège 33-35, Portugal – France  23-32
Classement : 1. France 10 pts (+19), 2. Norvège 8 pts (+18), 3. Portugal 6 pts (+3), 4. Suisse 4 pts (-6), 5. Islande 2 pts (+7), 6. Algérie 0 pt (-41)

Par Régis Aumont