Aller au contenu principal

LA VOIE EST OUVERTE

MADE IN HAND TV

NEWS

LA VOIE EST OUVERTE
27 janvier 2021
27 janvier 2021

L'équipe de France, toujours invaincue en Egypte, est aux portes de sa treizième demi-finale dans un championnat du monde. Mais il faudra écarter la Hongrie, talentueuse mais moins expérimentée.

Après 60 rencontres pas toutes toujours passionnantes, le premier championnat du monde à trente-deux équipes entre mercredi dans sa dernière ligne droite. Celle des matchs sans filet, des émotions décuplées, celle qui, en temps normal, c'est à dire sans pandémie mondiale, embrase les salles. Le tour principal aura tout de même fait un joli écrémage parmi les prétendants aux médailles. La Croatie, vice-championne d'Europe il y a un an, la Slovénie, souvent placée, et l'Allemagne, plombée il est vrai par une dizaine de forfaits, sont passées par la fenêtre. Pas la France, arrivée à tâtons en Egypte il y a quinze jours mais qui a su tracer sa route, pas toujours linéaire, pour s'immiscer parmi les huit meilleurs élèves de ce Mondial, 27ème du nom.

Les grands favoris (Danemark, Norvège, Espagne) ont également franchi l'écueil avec plus ou moins de facilité. Le pays hôte a lui réussi son pari d'accompagner les meilleurs, obtenant sa qualification in extremis après un match nul contre la Slovénie qui continue de faire couler beaucoup d'encre (une dizaine de joueurs slovènes s'est plaint de maux d'estomac dans les heures qui ont précédé la rencontre décisive, ndlr). Le Qatar est le deuxième pays non européen avec l'Egypte à rester en lice, tandis que la Suède fait partie des quatre équipes, avec la France, le Danemark et l'Espagne, à être encore invaincues après six matchs. Enfin la Hongrie, grande nation de handball, a agréablement surpris, notamment devant l'Allemagne et la Pologne.

''Nous nous trouvons dans un moment de bascule'' (Guillaume Gille)

Des Hongrois qui, après avoir bazardé leur dernière rencontre face à l'Espagne (28-36) en mettant au repos leurs meilleurs joueurs, se sont fait dépasser par les doubles champions d'Europe et ont intégré la partie de tableau la plus...abordable. Sans les Danois ni les Norvégiens mais avec comme adversaires en quarts de finale les Français qu'ils n'ont plus affronté en compétition officielle depuis l'Euro 2012. Un scénario plutôt favorable aux Bleus tant les Espagnols possèdent une culture de la gagne et une expérience des phases finales bien supérieures à celles des Hongrois. ''La Hongrie a parfois réalisé de belles choses mais sans trouver la régularité'', évoque Guillaume Gille. Deux fois dans son histoire la sélection magyare a atteint le dernier carré d'un Mondial, pour une médaille d'argent obtenue en 1986 et une quatrième place en 1997. Un vécu évidemment très loin de celui de l'équipe de France qui essaiera mercredi de se qualifier pour sa treizième demi-finale dans un championnat du monde. ''Sur ce Mondial, elle s’est montrée stable et performante, prévient toutefois le sélectionneur tricolore. Nous aurons besoin d’être bien présent au rendez-vous.''

Articulée autour de l'axe Mikler-Lekai-Bahnidi, la formation de Istvan Gulyas ''est une équipe puissante, dense et massive, ce qui la rend difficile à manœuvrer, analyse Erick Mathé qui a pu décortiquer son jeu. Sa défense est assez compacte. Son attaque tourne notamment autour du pivot Bence Banhidi qui est lourd à déplacer, à contenir et à contourner. Il a déjà bien brillé depuis le début du championnat. Comme le demi-centre Mate Lekai et le gardien Roland Mikler.'' En revanche, la Hongrie, dont dix-huit joueurs sur vingt évoluent au pays, essentiellement à Veszprem et Szeged, est assez limitée au niveau de ses rotations, ce qui peut jouer en fin de match, là où les Bleus excellent depuis le début du tournoi. Alors qu'il pourra compter sur toutes ses forces vives, Guillaume Gille sait l'importance de ce quart de finale. ''Aujourd’hui, nous nous trouvons dans un moment de bascule qui nous renverra à la maison ou nous verra jouer la médaille'', prévient le double champion du monde (2001, 2009). La différence entre un Mondial réussi et un Mondial raté, ou du moins qui laisserait un sacré goût d'inachevé.

Quarts de finale (dans l'ordre du tableau)
Danemark - Egypte mer 17h30
Espagne - Norvège mer 20h30
Suède - Qatar mer 20h30
France - Hongrie mer 20h30

Par Régis Aumont