Aller au contenu principal
Made in Hand, Handball, LNH, Lidl Starligue, Cesson-Rennes

CESSON AU BORD DU GOUFFRE

News

Par regisaumont
Mis à jour le mar 21/05/2019 - 14:30

CESSON AU BORD DU GOUFFRE

Désormais relégable, Cesson-Rennes, qui doit encore affronter Aix, Montpellier et Paris, a un pied et demi en Proligue.

La splendide Glaz Arena, inaugurée le 14 mars dernier, sera-t-elle le terrain de jeu d'une équipe de Proligue la saison prochaine ? Un écrin moderne pouvant accueillir 4 500 spectateurs – trois fois plus que dans l'ancien Palais des Sports – qui devait servir pour faire grandir le club de Cesson-Rennes. Mais deux mois après son inauguration marquée par une défaite face à Istres (20-23), l'équipe bretonne se retrouve en grand danger. La défaite concédée chez la lanterne rouge, Pontault-Combault (28-22) la semaine dernière a plongé Cesson dans la zone de relégation pour la première fois de la saison. Au pire moment, à seulement trois journées de la fin du championnat.

Une sanction inéluctable pour une équipe qui n'a plus gagné un match depuis six mois (lors de la neuvième journée, ndlr) et qui n'a grappillé que deux misérables points entre temps. Le réveil d'Istres, qui a gagné quatre de ses huit derniers matchs, a précipité la chute des Irréductibles. Avec un point de retard désormais sur les Provençaux ainsi que sur Ivry, les Cessonnais peuvent encore se sauver mathématiquement. Mais leur programme des trois dernières semaines ne pousse guère à l'optimisme.

Un exploit pourrait ne pas suffire

Alors qu'Istres doit encore accueillir Pontault-Combault, qu'Ivry va recevoir deux fois, Saint-Raphaël puis Toulouse, et finir à...Istres, Cesson doit se rendre à Aix-en-Provence ce mercredi avant de finir face aux deux meilleures équipes de Lidl Starligue : Montpellier et Paris. Autant dire que pour ne pas finir treizième, les hommes de Christian Gaudin vont avoir besoin de réussir un exploit au minimum, et plus certainement deux. Difficile à imaginer actuellement pour un club dont les carences offensives – seulement 23.2 buts inscrits en moyenne par match -, semblent rédhibitoires.

Une descente en Proligue, après dix années de présence dans l'élite, serait évidemment un frein au développement du CRMH. Au-delà de la Glaz Arena, pour laquelle le club est locataire à l'année, l'équipe dirigeante avait déjà bien avancé un recrutement de standing Lidl Starligue. Les jeunes Robin Cantegrel (Pontault-Combault), Florian Delecroix (Nantes) et Youenn Cardinal (Cherbourg), que des joueurs de 25 ans ou moins, et le plus confirmé Senjamin Buric (Zagreb), passé par Nantes, ont été recrutés pour faire franchir un nouveau palier à Cesson-Rennes. A ce moment-là, les dirigeants n'imaginaient pas se retrouver au bord de la relégation à quinze jours du dénouement de la saison.

Par Régis Aumont

retour aux news