Aller au contenu principal
Made in Hand, Handball, Mondial 2019, Equipe de France, Luc Abalo

ABALO : "MON DERNIER CHAMPIONNAT DU MONDE"

News

Par regisaumont
Mis à jour le mer 09/01/2019 - 13:40

ABALO : "MON DERNIER CHAMPIONNAT DU MONDE"

En équipe de France depuis 2005, Luc Abalo nous a confié qu'il s'apprêtait à disputer son dernier championnat du monde. Un Mondial durant lequel le génial gaucher espère que l'équipe de France saura mettre tous ses talents individuels au service du collectif.

Etes-vous passé en mode Mondial maintenant que la préparation est terminée ?
J'ai l'habitude de préparer ce genre de compétition, et avec l'expérience j'ai appris qu'il fallait y penser le moins possible. C'est pour moi la meilleure façon de préparer un grand championnat. S'entraîner dur pendant la préparation, bien préparer le premier match mais ne pas trop se projeter sur la suite. Il faut juste se mettre dans la tête qu'on y va pour tout casser. On jouera les matchs les uns après les autres et on verra comment ça se passe.

L'équipe de France a un titre à défendre. Est-ce que vous y pensez ?
Je ne pense pas au titre à défendre. Surtout qu'il y a une nouvelle équipe et qu'on va devoir bien se trouver sur le terrain. Il y aura sûrement des moments difficiles durant cette compétition, et c'est là-dessus que je suis concentré. On essaie de résoudre nos problèmes lors des entraînements.

L'absence de Nikola Karabatic change-t-elle quelque chose ?
Bien sûr que ça change les choses. Nikola fait partie, avec Michaël Guigou, des deux meilleurs joueurs avec qui j'ai eu l'occasion de jouer. Dans une équipe il apporte énormément. Il est toujours aussi bon et toujours aussi important. Son absence nous fait un peu de mal mais il y a d'autres joueurs qui ont envie de montrer qu'ils peuvent apporter quelque chose. On va devoir allier toutes nos individualités pour recréer une équipe.

"Il y a dans cette équipe beaucoup de joueurs qui sont très importants dans leurs clubs"

Est-ce que de rejouer un Mondial en Allemagne, avec le douloureux souvenir de 2007, a une saveur particulière ?
Pour ceux qui étaient en Allemagne en 2007, c'est un peu particulier. Mais le chemin est long avant d'arriver à une éventuelle confrontation décisive avec l'Allemagne (seulement en finale, ndlr). On n'y pense pas trop. Il ne faut pas se tromper de combat. Mais c'est sûr que contre eux ce sera particulier et on va se donner différemment.

Vous avez parlé de votre volonté de tout casser. C'est que vous avez quelques certitudes sur votre équipe même si elle est renouvelée.
Il faut avoir confiance en soi déjà, individuellement. On a confiance en nous collectivement. On sait qu'il y a dans cette équipe beaucoup de joueurs qui sont très importants dans leurs clubs. Des joueurs qui tiennent leurs équipes. Des joueurs comme Dika (Mem), comme Nedim (Remili), comme Ludovic (Fabregas), comme Sorhaindo qui est toujours un pilier à Barcelone, comme Nicolas Claire à Nantes. Ça prouve qu'en France on a des supers joueurs. Maintenant c'est à nous de jouer en équipe.

Est-ce que dans un coin de votre tête vous vous dites que c'est peut-être votre dernier championnat du monde ?
C'est sûr, c'est mon dernier championnat du monde. Mon but c'est d'aller jusqu'aux Jeux olympiques au Japon.

Est-ce que cela change votre manière de l'aborder ?
Non. Il y aura sûrement une émotion particulière pour ma dernière compétition mais là non.

Propos recueillis par Régis Aumont

retour aux news