NEWS

« retour


le 17 juillet, 2017

Mondial U21 : Les jeunes veulent imiter les grands

Dika Mem vise un nouveau titre mondial six mois après celui acquis avec l’équipe de France A. (Panoramic)

Sacrée au Brésil voilà deux ans, l’équipe de France nouvelle génération attaque mardi le Mondial U21, organisé en Algérie, avec la ferme intention de se couvrir d’or.

Six mois après son aînée, une autre équipe de France, celle des U21, va tenter à partir de mardi en Algérie de décrocher le titre mondial. Yanis Lenne, 17ème homme des Experts encore une fois couronnés en janvier, va tenter le doublé avec cette génération 96-97 qui s’apprête à vivre son dernier grand rendez-vous ensemble. « Nous sommes tous très motivés, ce sera notre sixième été avec ce groupe, fait remarquer sur le site de la FFHB l’ailier droit de Sélestat qui rejoindra Barcelone dans les prochains jours. Au-delà de la performance, c’est un véritable groupe d’amis. Il y a toujours eu un noyau dur et un super accueil pour les nouveaux. »

Ce groupe a déjà gagné des titres, notamment ceux de champion du monde et d’Europe chez les U19. Il faut dire qu’avec des joueurs comme Dika Mem, Melvyn Richardson, Julien Meyer et Yanis Lenne, tous déjà convoqués chez les A, le talent ne manque pas. « L’objectif est la médaille d’or, je crois que tout le monde a cela en tête », ajoute d’ailleurs Yanis Lenne, sans langue de bois. « Nous avons l’envie commune de bien finir cette progression débutée il y a 5-6 ans, ajoute le Chambérien Julien Meyer. Cela coulait de source pour chacun d’entre nous. Nous sommes en âge d’être sélectionnés, on ne se voyait pas refuser la sélection, c’était impensable. Alors on passe l’été dans les salles et pas sous le soleil. Avec cette équipe nous n’avons pas perdu de matches pendant 3 ans ! »

La bande à Yohann Delattre fait partie des favorites au Maghreb, voire même d’équipe à battre. Mais avant d’imaginer conserver le titre glané par la génération précédente – équipe au sein de laquelle figuraient déjà Julien Meyer et Florian Billant -, les Français devront bien négocier la première phase au sein d’un groupe B très homogène. Opposés à l’Egypte, la Suède, la Slovénie, le Qatar et enfin le Danemark, le tout en une semaine, les Bleus ne viseront rien d’autre que la première place pour s’offrir un huitième de finale abordable. Avec potentiellement neuf rencontres à disputer en treize jours, le marathon débutera mardi après-midi face à de solides Égyptiens.

PHASE DE POULES
Groupe A : Allemagne – Norvège – Îles Féroé – Hongrie – Corée-du-Sud – Chili
Groupe B : France – Danemark – Qatar – Égypte – Slovénie – Suède
Groupe C : Espagne – Tunisie – Macédoine – Brésil – Burkina-Faso – Russie
Groupe D : Croatie – Islande – Algérie – Arabie-Saoudite – Argentine – Maroc

CALENDRIER
Mardi 18 juillet (17h) : France – Égypte
Mercredi 19 juillet (19h) : Suède – France
Vendredi 21 juillet (11h) : France – Slovénie
Samedi 22 juillet (19h) : Qatar – France
Lundi 24 juillet (15h) : France – Danemark
Mercredi 26 juillet : Huitièmes de finale
Jeudi 27 juillet : Quarts de finale
Samedi 29 juillet : Demi-finales
Dimanche 30 juillet : Finale et petite finale

L’EQUIPE DE FRANCE
Gardiens : Medhi Harbaoui (Istres) – Julien Meyer (Chambéry)
Arrières gauches : Romain Lagarde (Nantes) – Junior Scott (Nantes)
Demi-centres : Lucas Ferrandier (Créteil) – Aymeric Minne (Aix-en-Provence)
Arrières droits : Dika Mem (Barcelone) – Tom Pelayo (Dunkerque) – Melvyn Richardson (Chambéry)
Ailiers gauches : Adama Keita (PSG) – Etienne Mocquais (Pontault-Combault)
Pivots : David Lobry (Dunkerque) – Hugo Kamtchop-Baril (Cesson-Rennes) – Dragan Pechmalbec (Nantes)
Ailiers droits : Florian Billant (Dunkerque) – Yanis Lenne (Sélestat)

Par Régis Aumont

NEWS