Connexion

NEWS

« retour


le 15 avril, 2018

Les championnes du monde Grace Zaadi et Béatrice Edwige n'ont pas démérité lors de ce deuxième acte. (Panoramic)

Metz sort par la grande porte

Si elles n’ont pas pu remonter leurs 13 buts de retard du match aller, les Messines ont quand même fait douter Bucarest dimanche lors du quart de finale retour de Ligue des champions (27-20).

Un air de remontada a soufflé dans les Arènes de Metz dimanche après-midi. Notamment quand les Messines, corrigées à Bucarest une semaine plus tôt (34-21), comptaient neuf buts d’avance en début de seconde période de leur quart de finale retour de Ligue des champions (19-10, 39ème). Les filles d’Emmanuel Mayonnade ont réussi à sérieusement faire douter les Roumaines, lauréates de cette Ligue des champions en 2016, qui ne s’attendaient sans doute pas à cela. Totalement transfigurées, les championnes de France, dont l’objectif premier était de remporter cet acte 2, ont réussi une sacrée performance malheureusement insuffisante pour devenir le premier club français à s’inviter au Final Four de l’épreuve reine.

Car les visiteuses, en perdition pendant quarante minutes, ont su redresser la barre pour assurer l’essentiel : la qualification pour le dernier carré programmé à Bucarest dans un mois. Sans doute essoufflées par le rythme infernal imprimé dès les premiers instants, les Lorraines ont un petit peu pioché sur la fin, ne parvenant jamais à franchir la barre des dix buts d’avance. « On y a cru. C’était le discours de Manu (Mayonnade) dès la fin du premier match, confiait, devant les caméras de beIN Sports, l’internationale Manon Houette. On a tout donné et franchement on n’est pas loin. Je suis hyper fière de mon équipe ce soir. On sera encore là l’année prochaine je l’espère. »

La victoire joliment obtenue (27-20) permet à Metz de quitter la compétition par la grande porte même si l’objectif initial de découvrir les demi-finales n’est pas atteint. Les regrets ne seront pas à chercher du côté de ce match retour, mais l’écart à remonter était trop conséquent. Gnonsiane Niombla, qui rejoindra…Metz l’été prochain, et Camille Ayglon-Saurina ne s’en plaindront pas, elles qui rêvent désormais d’atteindre la finale avant de quitter la Roumanie, un an après avoir échoué sur la troisième marche du podium.

Par Régis Aumont

NEWS