Connexion

NEWS

« retour


le 11 avril, 2018

Nikola Karabatic lors d'un match au sommet de Lidl Starligue entre le PSG à Montpellier. (Panoramic)

L’itinéraire de… Nikola Karabatic

Énoncer les nombreux titres de Nikola Karabatic aurait pu suffire à remplir cet article… Pour son 34ème anniversaire, retour sur l’itinéraire d’un joueur hors normes.

Son palmarès est impressionnant, son talent est extraordinaire. Qu’il joue avec sa sélection ou en club, chaque fois Nikola Karabatic affole les compteurs. Considéré comme l’un des meilleurs joueurs au monde, tour d’horizon de ce qui a construit l’homme que l’on connaît aujourd’hui.

La famille au centre de tout

Nikola Karabatic est né d’un père croate et d’une mère serbe en 1984, à Nis (Serbie). Arrivé en France lorsqu’il avait 4 ans grâce à un père ancien international de handball venu jouer puis entraîner, c’est sous le drapeau bleu-blanc-rouge que le demi-centre a décidé d’évoluer.

Enfant, Nikola a toujours été passionné de sport ; sous toutes ses formes. Ses premiers buts, il les a marqués à la maison, dans le jardin. Son frère, Luka, s’en souvient encore “Quand on était petit, on était déjà fou de handball ! On avait des cages de but et on s’amusait à se lancer des défis !”. Avant de poursuivre qu’“avoir un père handballeur a forcément contribué à nous lancer à un moment ou à un autre dans cette discipline, même s’il ne nous a jamais forcé à rien.”

Des débuts remarqués

L’épopée de Nikola Karabatic au sein des Bleus débute en 2002 alors qu’il n’a que 18 ans. Rapidement, il s’impose comme un élément important de l’équipe tricolore. L’Allemagne et l’Espagne seront par la suite deux pays privilégiés par le handballeur pour poursuivre sa carrière, entre 2005 et 2009 pour le premier, et de 2013 à 2015 pour le second.

Désigné meilleur handballeur de l’année 2007, le joueur n’a eu de cesse d’enchaîner les médailles : deux fois champion olympique, quatre médailles d’or lors des championnats du monde et trois fois sacré champion d’Europe. Et plus extraordinaire encore : entre 2002 et 2012, il termine toujours premier de son championnat, que ce soit avec Montpellier, Kiel ou Barcelone !

Mais de ces premières années dans le monde professionnel, on retient également son tête contre tête d’anthologie avec Ivano Balic, lors de la finale du Mondial 2009 opposant la Croatie et la France. Un véritable choc des titans lorsque l’on sait qu’en 2006, Balic est sacré meilleur joueur du monde et que l’année qui suit il est succédé par Nikola lui-même. En parallèle, les deux nations ont pour habitude de se rencontrer depuis plusieurs années déjà.

En 2009, lors du Mondial organisé en Croatie, Ivano Balic et Nikola Karabatic se toisent lors de la finale. Les Français sortent vainqueurs du duel. (REUTERS/Damir Sagolj)

Un joueur exigeant avec lui-même

Sur les bancs de l’école comme sur le terrain, Nikola Karabatic a toujours été exigeant avec lui-même, poussé par cette inlassable envie d’être toujours le meilleur. Comme l’explique son frère Luka : “On a toujours voulu être les premiers peu importe le domaine. Nous, on prenait ça pour un jeu. (…) Même avec nos devoirs. Quand on était plus jeunes, nos parents ne parlaient pas français et ne pouvaient pas nous aider avec nos devoirs. Mais ça n’a jamais été un frein. »

Grâce à cette exigence additionnée à un talent naturel, les résultats n’ont pas tardé à arriver. Sur le terrain, le demi-centre est un joueur complet. Si bien qu’il est difficile de le réduire à un geste technique. Pourtant, si on ne devait retenir qu’une de ses qualités, cela serait sans doute son un-contre-un qui lui a si souvent permis de faire la différence.

Le grand frère et pas seulement de Luka

Au sein des Bleus, Nikola Karabatic a prouvé à maintes reprises que, tout comme avec Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, les plus jeunes pouvaient compter sur lui. Un statut de “grand frère” qu’il jouera au moins jusqu’en 2022 avec le PSG. Une situation que Luka exprime de la plus belle des manières. “Niko a toujours été un modèle de réussite pour moi ! C’est quelqu’un qui travaille énormément, c’est quelqu’un d’exemplaire.” Dans un cercle plus intime, c’est avec son petit frère que l’international français entretient un lien très fort. Et avec qui il a vécu plusieurs moments forts de sa vie et de sa carrière : même ville de résidence, désormais même club de handball et papa à un an de différence.

La fin de carrière

Avec un tel palmarès et autant d’ancienneté dans le monde du sport de haut niveau, la question de la retraite se pose inévitablement. Mais ce n’est pas un sujet auquel l’un des meilleurs joueurs au monde pense. Pourtant, en janvier 2017, après le titre mondial obtenue par l’équipe de France sur ses terres, plusieurs piliers de l’équipe tricolore ont envisagé de mettre un terme à leur carrière. Mais pas lui, pas encore.

“Je pense qu’il a encore beaucoup de choses à donner au handball, confie son frère cadet. Ce sport ça a été toute sa vie durant plusieurs années et, je pense, que ça va le rester encore pendant longtemps.”

 

* Et pour découvrir plus de moments exclusifs sur la vie de Nikola Karabatic, tentez de remporter le DVD N comme Karabatic en commentant ce post directement sur Facebook !

Par Jessica Dufour

NEWS