Connexion

NEWS

« retour


le 26 janvier, 2018

Nikola Karabatic et Kentin Mahé ne semblent pas comprendre ce qui leur arrive. (Panoramic)

L’impossible remontada

Nikola Karabatic et Kentin Mahé ne semblent pas comprendre ce qui leur arrive. (Panoramic)

Malgré un baroud d’honneur, l’équipe de France, menée de neuf buts à un quart d’heure de la fin, s’est inclinée face à l’Espagne en demi-finale de l’Euro (23-27).

Un cauchemar. L’équipe de France est passée au travers de sa demi-finale de l’Euro vendredi soir à Zagreb. Donnés favoris de leur affrontement avec les Espagnols, les Bleus, les seuls à avoir tout gagné dans le tournoi jusque-là, ont déchanté (23-27). La première demi-heure, durant laquelle les Français n’ont marqué que neuf buts, fut fatale aux champions du monde, méconnaissables jusqu’à la pause. « Y’a rien qui va, se plaignait devant les caméras de beIN Sports Valentin Porte avant de retourner aux vestiaires. Les Espagnols font ce qu’on attendait d’eux. On avait dit de ne pas trop se livrer en défense, on se livre. Il n’y a pas d’arrêts de gardien, on rate des tirs. Voilà, il y a -6 à la mi-temps… »

Vincent Gérard à 3/17, Kentin Mahé puis Michaël Guigou en échec aux penaltys, des boulevards dans le secteur défensif, dix minutes passées sans marquer entre la 17ème et la 27ème minute, il n’en fallait pas plus pour que les Espagnols s’installent tranquillement aux commandes de cette première demi-finale (9-15, 30ème).

Un raid de Nikola Karabatic conclu victorieusement quinze secondes seulement après le coup d’envoi du deuxième acte donnait l’espoir d’une remontada. Mais les Tricolores bafouillaient encore leur handball et les Ibères ne rataient (presque) rien dans les premières minutes de la seconde période. Englués dans le faux-rythme imprimé par les hommes de Jordi Ribera, les Experts ne trouvaient pas la solution jusqu’à un sursaut à l’entame du dernier quart d’heure. Au bord du précipice, menés de neuf buts (14-23, 45ème), les Français signaient un 6-0 en six minutes qui donnaient un fol espoir aux Tricolores (20-23, 51ème). Mais quelques nouvelles étourderies l’éteignaient définitivement, pour le plus grand bonheur des Espagnols si souvent stoppés par les Français ces dernières années.

Dinart : « Un non match »

« Il y a eu un non match, constatait, amer, Didier Dinart. Il y a eu de l’orgueil pour essayer de revenir, mais remonter neuf buts en demi-finale c’est trop difficile. Peut-être que le fait de ne pas avoir souffert depuis le début du tournoi, alors qu’eux avaient perdu deux fois, a joué. » « On perd le match sur la première mi-temps, regrettait, comme tous, Luc Abalo sur beIN Sports. Après, c’était difficile de revenir, c’était épuisant. Cette première période, on la rate parce qu’on ne fait pas tout à fond. Ça va nous laisser des regrets. » Pour les Bleus, il faudra désormais trouver les ressources mentales pour revenir au combat, dimanche, quand viendra l’heure de disputer la petite finale. « Il y a encore cette chance d’avoir cette médaille, il faut se remobiliser», demande le sélectionneur. Son capitaine, Cédric Sorhaindo, a déjà reçu le message : « On a perdu le match qu’il ne fallait pas. On va apprendre des ces erreurs, et on va essayer de se relever pour aller chercher la médaille de bronze. »

Il faudra avoir une grosse force mentale pour des joueurs pas habitués à être dominés de la sorte. Imaginez, les Français restaient sur neuf demi-finales victorieuses, c’est dire si cette défaite constitue un véritable événement. Champions d’Europe en 2006, 2010 et 2014, les joueurs de Didier Dinart espéraient poursuivre leur série de remporter le trophée une fois sur deux. Mais en jouant à leur niveau seulement vingt minutes, les vingt dernières, il était impossible d’espérer se qualifier pour une énième finale. Comme il y a deux ans en Pologne, l’Espagne sera présent lors du dernier rendez-vous du championnat d’Europe avec l’espoir, cette fois, de se couvrir d’or. Pour les Français, la plus haute marche sera ce coup-ci inaccessible.

DEMI-FINALES
Vendredi 26 janvier
France-Espagne 23-27
Danemark-Suède 34-35 a.p.

Par Régis Aumont

NEWS