Connexion

NEWS

« retour


le 16 janvier, 2018

Au repos contre l'Autriche, le capitaine Cédric Sorhaindo a effectué son retour mardi. (Panoramic)

Les Bleus font le plein !

Au repos contre l’Autriche, le capitaine Cédric Sorhaindo a effectué son retour mardi. (Panoramic)

Vainqueurs de la Biélorussie mardi (32-25), les Français entameront le tour principal de l’Euro en bonne position pour accéder au dernier carré.

Zagreb, les voilà ! L’équipe de France en a terminé avec Porec et le premier tour de l’Euro. Après avoir battu la Norvège et l’Autriche, les Bleus ont gagné leur troisième match, mardi soir, contre une Biélorussie pénible à déborder dans un premier temps. Un succès qui offre aux Français la première place du groupe mais surtout 4 points pour entamer, à partir de samedi, le tour principal de la compétition. Un petit pécule qui offrira un joker aux champions du monde bien lancés dans la course aux demi-finales. Ce qui ne sera pas de trop à l’heure d’affronter des adversaires de haut niveau.

Pour cette troisième rencontre en cinq jours, Didier Dinart avait choisi, comme attendu, de relancer ses cadres, notamment Nikola Karabatic et Cédric Sorhaindo laissés au repos contre l’Autriche. Par ailleurs, Valentin Porte retrouvait son poste d’arrière, Luc Abalo redevenant titulaire sur l’aile droite, ce qui reléguait le jeune Dika Mem sur le banc au coup d’envoi. Malgré un petit écart creusé d’entrée (3-1, 6ème), les Bleus ont peiné avant de distancer un adversaire qui avait bien résisté devant les Norvégiens dimanche (33-28). Le cœur de la première période se révélait même assez compliqué. Déjà parce qu’au quart d’heure de jeu, Timothey N’Guessan se retrouvait au sol et était contraint de rejoindre le banc. L’arrière gauche venait de se tordre le genou suite à un choc avec la tête de Vadim Gayduchenko, le futur Raphaëlois, tombé involontairement vers l’avant après avoir déclenché son tir. Inquiétant tant il s’agit du poste le moins fourbi des Bleus après les forfaits d’Accambray, Nyokas et Grébille.

Le break après le repos

Peut-être un peu sonnés, bien que le Barcelonais pouvait marcher malgré la douleur lue sur son visage, les Tricolores perdaient un instant le fil de la partie (7-9, 17ème). Heureusement les deux complices Luc Abalo et Michaël Guigou remettaient un peu d’ordre dans la maison pendant que Vincent Gérard écoeurait les tireurs de penalty biélorusses (3/3 en première période). A la pause, le +3 était bien payé tant les débats avaient été équilibrés (14-11, MT). La différence entre les deux équipes était plus flagrante après le repos. L’équipe de France, plus agressive et inspirée, forçait plus facilement le verrou de la défense adverse (22-15, 41ème). Les Bleus s’évitaient ainsi une fin de match crispante et soignaient leur confiance en vue du tour principal (32-25). Ce qui permettait aussi à Nicolas Claire et Raphaël Caucheteux de gratter un peu de temps de jeu.

A Zagreb, qu’ils rejoindront mercredi, les partenaires de Nikola Karabatic affronteront la Suède, samedi, puis la Serbie et la Croatie. Autant dire que le niveau sera plus proche de celui des Norvégiens battus sur le fil en ouverture. « L’objectif était de sortir de la poule avec 4 points, c’est fait », appréciait devant les caméras de beIN Sports Vincent Gérard, par ailleurs excellent dans sa cage (15 arrêts à 41%). Un avantage certain avant d’attaquer un tour principal qui promet de sacrées batailles.

Groupe B (à Porec) : France, Norvège, Biélorussie, Autriche

PROGRAMME
Vendredi 12 janvier
Biléorussie-Autriche 27-26
France-Norvège 32-31
Dimanche 14 janvier
Autriche-France 26-33
Norvège-Biélorussie 33-28
Mardi 16 janvier
France-Biélorussie 32-25
Norvège-Autriche 39-28

CLASSEMENT
1. France 6 pts (+15), 2. Norvège 4 pts (+15), 3. Biélorussie 2 pts (-11), 4. Autriche 0 pt (-19)

Par Régis Aumont

NEWS