NEWS

« retour


le 11 octobre, 2017

J5 : La fête à Aix, Nantes en échec

Les Aixois, ici lors du succès à Saran la semaine passée, ont réussi leur première à l’Arena. (Panoramic)

Si Aix a inauguré son Arena par une victoire devant Chambéry (29-28), la cinquième levée de Lidl Starligue a également été marquée mercredi soir par les défaites de Nantes à Dunkerque (30-22) et de Saint-Raphaël devant Nîmes (31-35).

Le PAUC n’a pas manqué sa première dans sa somptueuse Arena, inaugurée ce mercredi soir face à Chambéry. Dans sa nouvelle enceinte ultra moderne, dotée d’une salle principale pouvant accueillir jusqu’à 6 000 spectateurs, les Aixois ont mis le temps avant de prendre la mesure de Chambériens déterminés à enfin ouvrir leur compteur cette saison. Plutôt dominateurs dans les premières minutes (12-8, 23ème), les joueurs de Jérôme Fernandez connaissaient une fin de première période cauchemardesque qui leur coûtaient de rentrer aux vestiaires avec trois longueurs de retard suite à un 9-2 en faveur des visiteurs (14-17, 30ème). Encore en position de s’imposer en fin de partie (22-24, 53ème), Chambéry allait craquer dans les derniers instants, la faute notamment à un Mohamed Mamdouh déchaîné (9/10). Si le coup est dur pour des Savoyards qui méritaient mieux qu’une courte défaite (30-29), la fête est totale pour les Provençaux, troisièmes et assurés de rester sur le podium demain soir.

Loin de cette euphorie, Nantes traverse une mauvaise passe. Battu par Montpellier voilà sept jours puis à Barcelone le week-end dernier, les Ligériens ont coulé à Dunkerque (30-22), concédant donc une troisième défaite en l’espace de huit jours. S’ils enregistraient ce soir le retour de Dominik Klein, les Nantais devaient composer sans trois de leurs tops arrières : Olivier Nyokas, Nicolas Claire mais aussi Kiril Lazarov. Contre une formation nordiste séduisante, les joueurs de Thierry Anti n’ont jamais été dans le coup, pointant déjà à six longueurs à la pause (16-10, 30ème). Et comme une fois n’est pas coutume les gardiens nantais n’ont pas performé, huit arrêts seulement pour le duo Dumoulin-Siffert, le H n’a rien pu faire pour éviter le naufrage. Dépassé par son bourreau au classement, Nantes ne pointe qu’à la sixième place à l’issue de cette cinquième journée.

Montpellier engrange

Les Nantais ne sont pas les seuls cadors à avoir mordu la poussière mercredi. Saint-Raphaël, qui comptait sur la réception de Nîmes pour enfin décoller, a coincé dans son antre (31-35). Face à d’épatants Nîmois, emmenés encore une fois par un excellent Mohammad Sanad (10/12), les Varois semblaient pourtant avoir pris l’ascendant en début de seconde période après un premier acte très équilibré (21-18, 37ème). Mais l’Usam, a beaucoup mieux fini, usant de son jeu rapide pour reprendre le dessus et filer vers une quatrième victoire en cinq matchs.

Comme la semaine passée, Montpellier a provisoirement pris seul les rênes du championnat. Et après Nantes, c’est encore en Bretagne, à Cesson, que les Héraultais l’ont emporté (23-28). Très vite dominateurs contre une équipe toujours en quête d’une première victoire (8-13, 20ème), les partenaires de Vincent Gérard (16 arrêts) ont néanmoins été sérieusement inquiétés après le repos (20-19, 41ème). Mais le MHB a remis les gaz dans le dernier quart d’heure pour décrocher une cinquième victoire de suite en Lidl Starligue, la dixième toutes compétitions confondues. Le PSG devra s’imposer à Saran jeudi soir pour revenir à hauteur de ce solide leader.

Dans le derby francilien de la soirée, Ivry et Massy se sont quittés dos à dos (24-24). Mais les plus gros regrets reviendront au promu qui comptait encore quatre buts d’avance dans le dernier quart d’heure (19-23, 47ème). Les Essonniens décrochent cependant un deuxième point en une semaine qui doit donner de l’espoir dans leur quête du maintien. L’autre équipe venue de Proligue, Tremblay, continue de souffrir. Malgré une belle résistance à Toulouse (31-29), les Séquano-Dionysiens ont concédé une cinquième défaite qui les laisse scotchés dans les profondeurs du classement. Et ça, personne ne s’y attendait.

Par Régis Aumont

NEWS