Connexion

NEWS

« retour


le 12 avril, 2018

Mikkel Hansen a marqué huit buts dont cinq sur penalty face aux Nantais. (Panoramic)

J20 : Paris résiste à Nantes

Le PSG, qui a dû s’employer en fin de match pour contenir le retour de Nantes (31-29), a signé un succès capital jeudi soir pour rester au contact de Montpellier au sommet de la Lidl Starligue.

Pas plus que Saran, Dunkerque, Montpellier, Saint-Raphaël, Nîmes et Ivry, Nantes n’a pas résisté au PSG version 2018. Dans le choc au sommet de la 20ème journée, un duel entre les deux dauphins du leader montpelliérain, Paris a enregistré une septième victoire consécutive en Lidl Starligue. Irrésistibles depuis le début de la phase retour, les Parisiens ont toutefois dû s’employer pour repousser des Nantais bien plus dangereux en fin de partie qu’au début. « Physiquement on a été en-dedans à un moment, admettait le futur retraité Daniel Narcisse devant les caméras de beIN Sports. Ça a été chaud parce qu’ils sont bien revenus. On a quand même réussi à bien gérer ça sur la fin. »

Souverains pendant une grosse demi-heure (22-16, 35ème), les Parisiens ont en effet connu un coup de mou d’une quinzaine de minutes. Les Nantais, malgré la perte sur blessure d’Eduardo Gurbindo, en ont profité pour revenir et instiller le doute dans la tête des joueurs locaux (27-27, 52ème). Mais les champions de France, qu’une défaite jeudi soir aurait relégués à quatre points de Montpellier, n’ont pas flanché. Encouragés par un Nikola Karabatic survolté depuis le banc des remplaçants, les joueurs de la capitale ont su rebondir dans le money-time durant lequel le sang glacé de Mikkel Hansen a refroidi les ardeurs nantaises.

Transformant deux de ses cinq penaltys dans les derniers instants, le Danois, meilleur marqueur de la partie (8 buts), s’est révélé décisif. « Ça fait toujours plaisir de gagner contre une équipe comme Nantes, soufflait l’arrière scandinave. Ce sont toujours des matchs serrés face à eux. On a su trouver des solutions dans les dernières minutes. » Pour Paris, cette victoire finalement bien méritée (31-29) est un véritable espoir dans sa quête de quadruplé. Revenus de nouveau à deux longueurs de Montpellier, les hommes de Zvonimir Serdarusic ont désormais un calendrier assez clément d’ici la fin mai. Tout le contraire du rival héraultais qui doit encore rencontrer Nantes, Saint-Raphaël et Nîmes lors de ses six derniers rendez-vous de la saison.

Par Régis Aumont

NEWS